Plus de faits sur les décorations florales sur les tombes d'Israël

Plus de faits sur les décorations florales sur les tombes d'Israël

Dans la grotte de Raqefet sur le mont Carmel, située dans le nord d'Israël, les premières preuves de l'utilisation d'ornements floraux dans les tombes ont été trouvées. Dans quatre tombes différentes de la période natoufienne, il y a 13 700 à 11 700 ans, des dizaines d'empreintes de plantes de Salvia et d'autres espèces telles que des roseaux et des menthes ont été trouvées, selon des images fournies par l'Université de Haïfa.

Le cimetière contient environ 29 squelettes pour la plupart enterrés individuellement, bien que dans le cas des couples, deux corps aient été enterrés ensemble. Dans quatre des tombes, ils ont été trouvés des empreintes végétales dans une fine couche de boue. Les empreintes sont pour la plupart des tiges carrées et appartiennent à la fleur de Judean Sage, l'une des trois espèces proches de la grotte. Cela a conduit les experts à croire que les enterrements ont été faits au printemps.

Les fleurs ont été utilisées chez les adultes et les adolescents et les enfants. Parce que la couche d'argile ne contient pas d'impressions d'objets en pierre et en os, les chercheurs ont suggéré que la couche de fleurs était épaisse et continuait à englober tout le sol de la tombe et ses côtés.

Les Natoufiens Ils vivaient à une époque de grands changements où une forte augmentation de la densité de population provoquait une lutte pour la terre, la nourriture et les ressources et avec elle une augmentation des cimetières et des rituels funéraires.

Je suis né à Madrid le 27 août 1988 et depuis j'ai commencé un travail dont il n'y a pas d'exemple. Fasciné à la fois par les chiffres et les lettres et amoureux de l'inconnu, c'est pourquoi je suis un futur diplômé en économie et en journalisme, intéressé à comprendre la vie et les forces qui l'ont façonnée. Tout est plus facile, plus utile et plus excitant si, avec un regard sur notre passé, nous pouvons améliorer notre avenir et pour cela… Histoire.


Vidéo: Le tube à essais, une conférence de Jean-Marc Lévy-Leblond