Découvrez comment les Romains fabriquaient leurs perles de verre

Découvrez comment les Romains fabriquaient leurs perles de verre

Des scientifiques de l'Université de Mayence découvrent pour la première fois le techniques utilisées pour produire des perles de verre. Ceci a été réalisé grâce à la nouvelle technologie utilisée, basée sur l'analyse d'activation neutronique à l'aide du réacteur TRIGA.

Les restes retrouvés n'appartiennent pas à la région des gisements rhétiques, en Bavière, selon l'analyse des billes réalisée par le réacteur TRIGA de l'Institut de chimie nucléaire de l'Université Johannes Gutenberg Mainz (JGU). Ces restes proviennent de différents endroits et la plupart datent de 30-60 après JC. Les autres datent du 4ème siècle après JC. tous deux de la période romaine.

Le sodium était utilisé pour fabriquer du verre, ce qui indique qu'ils ont été réalisés près du lac de soude, dans les fouilles près d'Oberammergau, lieu de culte des rhétiques. De même, il a été possible d'extraire davantage de données sur l'industrie, la technologie, les routes commerciales et le mode de vie de ses habitants, rapporte Barbara Karches, de l'Institut JGU de chimie nucléaire.

Ainsi, on peut savoir que les perles étaient utilisées comme bijoux et dans les rituels sacrificiels. Selon Christian Stieghorst, superviseur de l'étude, les perles ont aidé à déterminer que le règlement date du 1er siècle avant JC.

[Tweet "Les Romains utilisaient du sodium pour fabriquer du verre"]

En utilisant la technologie d'analyse d'activation neutronique (ANA), qui utilise le rayonnement produit par le réacteur TRIGA, les éléments des restes de perles peuvent être identifiés trouvé à Oberammergau, Heimstätten, Auerberg et Neubiberg.

Selon le Dr Gabriele Hampel, la technologie fonctionne comme suit: «en exposant le matériau aux rayons neutroniques, son cœur se déstabilise. Une fois qu'il a retrouvé son état naturel, le noyau émet un rayonnement gamma avec un profil unique de chaque composant et qui est utile pour identifier». Enfin, TRIGA fonctionne sans endommager le matériau, a souligné Hampel.

A partir de cette exposition radioactive, les chercheurs ont découvert que les billes sont en verre sodé avec un pourcentage plus faible d'oxyde de sodium, ce qui indique qu'ils proviennent d'une autre région comme le lac Soda. Étant donné que dans les temps anciens, la technologie n'était pas disponible pour atteindre la température nécessaire pour faire fondre le matériau, les fabricants de ces billes ont dû utiliser d'autres agents tels que la potasse ou la soude naturelle.

Les perles sont assez frappantes de par leur couleur, obtenues grâce à la manipulation de matériaux avec du manganèse, du fer ou du cobalt.

J'étudie actuellement le journalisme et la communication audiovisuelle à l'Université Rey Juan Carlos, ce qui m'a poussé vers la section internationale, y compris l'étude des langues. Pour cette raison, je n'exclus pas de me consacrer à l'enseignement. J'aime aussi faire de l'exercice physique et passer un agréable moment à discuter avec mes connaissances et avec de nouvelles personnes. Enfin, j'aime voyager pour connaître la culture authentique de chaque région du monde, même si j'avoue qu'avant J'ai besoin d'en savoir le plus possible sur l'endroit que je vais visiter, pour profiter pleinement de l'expérience.


Vidéo: Au cœur de lhistoire: Auguste, lhomme providentiel Franck Ferrand