Le lac tacheté du Canada : le lac le plus extraterrestre au monde

Le lac tacheté du Canada : le lac le plus extraterrestre au monde

Le monde naturel recèle de nombreuses merveilles. C'est un plan d'eau à pois qui a l'air si bizarre qu'on pourrait vous pardonner de penser que vous étiez sur une planète extraterrestre.

Le lac est célèbre car pendant l'été, il subit une transformation remarquable, devenant tacheté de différentes couleurs et les eaux ressemblent à un motif à pois. Ce lac n'est pas seulement une caractéristique physique remarquable, c'est aussi un site historique et spirituel très important pour les peuples autochtones locaux.

Lac tacheté, lac Kliluk. ("Tai-wiki-widbee")

Le plan d'eau, connu sous le nom de Kliluk par la tribu autochtone locale, est situé au nord-ouest d'Osoyoos, dans la vallée Similkameen de la zone protégée des prairies de l'Okanagan Sud en Colombie-Britannique et est souvent appelé lac Osoyoos. Il est visible depuis l'autoroute 3 et n'est pas loin de la frontière américaine et de l'État de Washington.

  • Les ruines antiques sur et sous le lac sacré Titicaca
  • Une météorite vieille de 4,5 milliards d'années récupérée avant d'être emportée alors que de fortes pluies provoquent un remplissage rare de l'ancien lac australien
  • Un enfant de 7 ans tire son épée du lac où le folklore prétend que l'Excalibur du roi Arthur a été jeté

Alors que l'eau s'évapore, le lac Osoyoos prend son imprimé léopard saisonnier

Le lac tacheté mesure environ un demi-mile de long (0,7 km) et environ 200 mètres (0,25 km) de large. La longueur de la rive autour du lac est de 1,1 mile (1,7 km). Kliluk est un lac alcalin endoréique salin et est unique parmi les nombreux plans d'eau au Canada et même dans le monde.

Le lac tacheté depuis l'accotement de la route 3. Il s'agit d'un lac alcalin endoréique salin situé au nord-ouest d'Osoyoos dans l'est de la vallée de Similkameen en Colombie-Britannique, au Canada. (AndrewEnns/CC BY SA 3.0)

Il contient un grand nombre de minéraux très concentrés. Pendant les mois chauds d'été où il y a plus d'évaporation de l'eau de surface, ces minéraux restent. En conséquence, l'équilibre chimique du lac est modifié car il y a moins d'eau à mesure qu'il s'assèche. Les dépôts de minéraux se cristallisent et forment les piscines colorées qui donnent au lac son effet à pois. Ce qui est vraiment incroyable à propos du lac, c'est que la couleur des piscines à pois change de couleur à cause des processus chimiques dans les gisements minéraux. Selon les experts, il y a environ 360 places. Selon certaines sources, il y en a un pour chaque jour de l'année.

L'histoire et les pouvoirs de guérison du lac tacheté

Ce lac saisissant a longtemps fasciné les gens. Les peuples autochtones locaux sont la tribu Okanagan. Ils vivent dans la région depuis jusqu'à 3 000 ans et leur territoire s'étend sur la frontière canado-américaine. Cette tribu a développé une culture et un mode de vie uniques qui leur ont permis de s'adapter parfaitement à leur environnement. Aujourd'hui, de nombreux Okanagan vivent dans une réserve près de la vallée de Nicola. Spotted Lake est un site sacré pour la tribu car il était considéré comme mystique et magique. Les eaux ont des capacités curatives particulières et sont connues sous le nom de « lac médicinal ». On pense que chacun des spots a un pouvoir spécifique et peut guérir des maladies particulières. Dans le passé, l'Okanagan se baignait ou se baignait dans les eaux. Autour du lac Kliluk, il y a aussi des vestiges de pierres des Premières nations et des cairns.

Pendant de nombreuses années, le lac a appartenu à des particuliers. Dans les années 1970, le propriétaire avait l'intention d'en faire un spa. Cela a conduit à des protestations de l'Okanagan qui, avec le soutien du gouvernement, ont pu empêcher le projet en 1987.

Le lac tacheté du Canada. (Justin Raycraft /CC BY 2.0 )

La fin juillet est le meilleur moment pour visiter le lac Kliluk

Kliluk est peut-être l'un des sites les plus connus d'Osoyoos. L'accès est extrêmement limité en raison de l'importance spirituelle et culturelle du lac et il est interdit de se baigner ou de se tremper dans les eaux.

  • Le British Block Cairn au Canada : un site sacré du peuple Niitisitapi
  • Énergies de guérison de Stonehenge
  • L'énigme du Grand Lac Salé : la science montre des anomalies - Preuve d'une inondation mondiale ?

Un fonctionnaire est présent pour s'assurer que le lac est respecté et qu'il n'y a aucun comportement qui pourrait être considéré comme irrespectueux envers les gens de l'Okanagan. Il est important de se rappeler que le site n'est pas un lieu touristique, bien qu'il existe de nombreuses zones à partir desquelles vous pouvez photographier cet incroyable plan d'eau. Les photographes adorent le lac et ses spots en constante évolution.

Comment se rendre au lac tacheté

Il y a plusieurs façons d'accéder à la merveille naturelle. Le lac est à quatre heures et demie de la ville de Vancouver. Il est situé sur l'autoroute 3, à environ 10 km à l'extérieur de la ville d'Osoyoos. Il n'y a pas de transport en commun vers le lac, mais il est possible de réserver une visite qui fournira des informations sur le lac et son histoire. Un hébergement près du lac tacheté est disponible à Osoyoos.


Le lac tacheté du Canada : le lac le plus extraterrestre de la planète - Histoire

La campagne de mille milliards de dollars

La campagne d'un billion de dollars était un moyen innovant de protester contre l'hyperinflation record du Zimbabwe qui a atteint un niveau incroyable.

L'île de Bled en Slovénie

Bled est une ville et une municipalité de Slovénie et, comme la plupart des villes européennes, est une destination touristique populaire pour la beauté de ses paysages. Le remorquage.

Excalibur : le mur d'escalade le plus haut du monde

S'élevant à plus de 37 mètres (121 pieds) dans les airs, l'Excalibur du Klimcentrum Bjoeks (Bjoeks Climb Center) dans la ville de Groningen, The N.

Films d'un univers alternatif de Peter Stults

Les films classiques sont souvent refaits avec de nouveaux acteurs et parfois un scénario moderne, mais que se passerait-il si cela se passait dans l'autre sens ? Imaginez quoi.

Sculptures de tuyaux floues de mouvement par Kang Duck-Bong

Ces incroyables sculptures sont l'œuvre de l'artiste coréen Kang Duck-Bong et elles sont faites de tuyaux en PVC, collés ensemble et enduits.

Maramadi : Bull Surfing au Kerala, Inde

Lors du festival annuel de Maramadi pendant la saison post-récolte dans les villages du Kerala, dans le sud de l'Inde, une course de taureaux particulière a lieu.

Autoportraits camouflés par Cecilia Paredes

Cecilia Paredes est née à Lima, au Pérou, et vit et travaille actuellement entre San José, le Costa Rica et Philadelphie. Sa carrière artistique soit.

Giethoorn : le village sans routes

Giethoorn est un village touristique bien connu aux Pays-Bas, surnommé la "Venise du Nord". Ceci est dû au fait que t.

Calamita Cosmica : Le Squelette Géant Voyageur

‘Calamita Cosmica’ (Cosmic Magnet en anglais) est une sculpture de 28 mètres de long représentant un squelette humain créée par l'artiste italien Gino De Dominicis a.

Peintures d'Hubert De Lartigue

Hubert De Lartigue est né en 1963 à Angers en France. Il a commencé à travailler comme illustrateur pendant ses études à l'Ecole Duperré et à l'Eco.

Cimetière de Cross Bones : cimetière des prostituées médiévales

Situé dans un tronçon de voie entre deux routes très fréquentées juste au sud de la Tamise, et à quelques minutes à pied du très animé Borough Market se trouve .

Chara Sands : Désert miniature dans le froid glacial de la Sibérie

À seulement 40 kilomètres des glaciers de Kodar dans le district de Kalar de la région du Trans-Baïkal, juste à côté des montagnes enneigées et de la limite.

Matthew Davis’ Peintures uniques de piscine à l'huile

L'artiste berlinois Matthew Davis a développé un style de peinture unique. À l'aide de son pinceau, M. Davis égoutte lentement les peintures à l'huile.

Un artiste scelle sous vide des couples pour des portraits photo

Le photographe Hal, basé à Tokyo, a scellé sous vide des couples pour créer une série de photos étranges intitulée ‘Flesh Love’. Hal enveloppe un couple consentant.

Reflections: Street Photography Through Puddles par Ira Fox

Reflections est une série de photographies de la photographe d'art new-yorkaise Ira Fox, où elle a utilisé des flaques d'eau comme miroir pour capturer.

Lac tacheté, Canada

Situé près de la ville d'Osoyoos en Colombie-Britannique, le lac Spotted du Canada attire des visiteurs du monde entier. Le lac tacheté a un ver.

Origami Art de Brian Chan

L'artiste américain Brian Chan crée d'incroyables pièces d'origami à partir d'un seul morceau de papier carré non coupé. Chan est moniteur d'artisanat au Mas.

Kinderkookkafe : le restaurant tenu par des enfants

Kinderkookkafé est un restaurant familial à Amsterdam entièrement géré par des enfants : ils cuisinent, servent, apportent l'addition et la vaisselle, le tout avec .

Jallikattu - Taureau apprivoisé Sport en Inde

Jallikattu ou Manju Virattu est un sport d'apprivoisement de taureau pratiqué au Tamil Nadu, en Inde, dans le cadre des célébrations de Pongal, généralement le deuxième et le deuxième.

Gate Tower Building avec une autoroute à travers elle

L'un des bâtiments les plus curieux du Japon est le Gate Tower Building à Osaka, au Japon. Les 5e, 6e et 7e étages de cet immeuble de bureaux de 16 étages.

Sagaki Keita recrée la peinture classique avec des gribouillis de dessins animés

De loin, ceux-ci ressemblent à des croquis normaux de peintures classiques comme la Joconde et La Cène, mais un examen plus attentif les révèle.

Hospitalis, le restaurant sur le thème de l'hôpital à Riga

Hositalis est un étrange restaurant sur le thème de l'hôpital à Riga, en Lettonie, où les clients mangent parmi des tables d'opération, du matériel médical et d'autres h.

La ville colorée de Manarola au bord d'une falaise

Manarola est un petit village de pêcheurs de la province de La Spezia, en Ligurie, dans le nord de l'Italie, qui se déverse dans un ravin jusqu'au coa sauvage et accidenté.

Temple suspendu au mont Hengshan, Chine

Situé dans un canyon au pied de la montagne Heng dans la province du Shanxi, en Chine, le temple suspendu ou monastère suspendu est une tarte rare.

Seagaia Ocean Dome : une plage artificielle au Japon

Les plages artificielles gagnent en popularité dans le monde entier. On peut les voir à Monaco, Hong Kong, Paris, Berlin, Rotterdam, Toronto et ailleurs.

Naqsh-i Rustam : tombeaux colossaux des rois perses

À environ 12 km au nord-ouest de la ville iranienne de Persépolis, se trouve une colline rocheuse. Gravé sur la façade presque perpendiculaire de la colline, à une co.

Sokushinbutsu : la pratique bizarre de l'auto-momification

Dispersés dans le nord du Japon autour de la préfecture de Yamagata se trouvent deux douzaines de moines japonais momifiés connus sous le nom de Sokushinbutsu, qui ont causé.

Les chiens de cage de Hong Kong, par Brian Cassey

Hong Kong, qui abrite quelque 7 millions d'habitants, est reconnue comme l'une des villes les plus riches du monde, avec des propriétés de luxe exorbitantes et plus de L.

Plage de sable noir de Punalu'u

Punalu & 39u Beach Park est la plage de sable noir la plus célèbre de la grande île de l'État américain d'Hawaï. Le sable noir de la plage est fait.

Les pieds d'abord : photos de voyage créatives par un couple britannique

Le photographe britannique Tom Robinson a eu l'idée de sa série Feet First en 2005 alors qu'il était assis sur la plage de Brighton au Royaume-Uni avec sa petite amie.

L'Afrique vue d'en haut : par George Steinmetz

Mieux connu pour ses photographies d'exploration, George Steinmetz a passé dix ans à survoler le paysage africain dans un parapente à essence.

Sculptures d'allumettes par David Mach

Le style artistique du sculpteur et artiste d'installation écossais David Mach est basé sur des assemblages d'objets ménagers courants, y compris des journaux.

Pêche de masse au Hwacheon Sancheoneo Ice Festival en Corée du Sud

La première zone à geler de la Corée du Sud est toujours Hwacheon, où la glace de la rivière atteint une épaisseur solide de 16 pouces en janvier, idéal c.

It’s No Pants Subway Ride Again

Les usagers du métro de New York, Londres, Washington, Toronto, Mexico et des dizaines d'autres se sont déshabillés nonchalamment en sous-vêtements fr.

Le monde à l'envers de Philippe Ramette

Les poses improbables et défiant la gravité de l'artiste français Philippe Ramette peuvent ressembler à Photoshop classique, jusqu'à ce que vous remarquiez qu'elles sont pleines d'esprit.

La cathédrale des arbres de Giuliano Mauri

La "Cattedrale Vegetale" de Giuliano Mauri est sans doute la pièce d'architecture naturelle la plus impressionnante sur Terre. Situé à th.

Adorable Duct Tape Art par Max Zorn

Lorsque j'ai publié l'art de bande à couper le souffle de Mark Khaisman, il y a près de deux ans, j'ai supposé qu'il était le seul artiste au monde à pratiquer.

Un magasin de vêtements espagnol offre des vêtements gratuits aux acheteurs semi-nus

Pour la deuxième année consécutive, le magasin de vêtements espagnol Desigual a organisé une vente promotionnelle très fantaisiste où ils ont offert des vêtements gratuits.

Nage d'hiver du Nouvel An autour du monde

Des milliers de personnes à travers l'Europe, l'Amérique et l'Asie ont célébré l'arrivée du Nouvel An en sautant dans les mers, les rivières et les lacs froids. .

Superbes photos à longue exposition de lucioles dorées

Digital Photo Blog a pris ces belles photographies à longue exposition de lucioles dorées à divers endroits autour de Maniwa et de la préfecture d'Okayama.

Festival international de glace et de neige de Harbin 2011

Le 28e Festival international de glace et de neige de Harbin a ouvert ses portes le 5 janvier en Chine, présentant des œuvres de certaines des meilleures sculptures de glace du pays.

Formations rocheuses inhabituelles à Torcal de Antequera

El Torcal de Antequera est une réserve naturelle de la chaîne de montagnes Sierra del Torcal située au sud de la ville d'Antequera, en Espagne. C'est k.

La chapelle du Chêne d'Allouville-Bellefosse

Situé dans le petit village agricole français d'Allouville-Bellefosse France se trouve un chêne centenaire, dont le tronc évidé abrite deux .

Belles peintures de Slava Groshev

L'artiste russe de 41 ans Slava Groshev utilise des photographies pour aider à créer des peintures incroyablement belles de jeunes femmes. Croquant, vibrant et s.

Sculptures séduisantes en chou par Ju Duoqi

Nous avons adoré le musée des légumes de Ju Duoqi, où elle a utilisé des légumes comme acteurs pour recréer des peintures célèbres. Cette fois ses sculptures séduisantes.

Machine à écrire chromatique : une machine à écrire qui peint

Le peintre basé à Washington, Tyree Callahan, a modifié une machine à écrire Underwood Standard de 1937 en remplaçant les lettres et les touches par des tampons de couleur.


Un livre et un lecteur dialoguent pour découvrir et confronter les stéréotypes. Photo fournie

Une bibliothèque humaine ? Comme toutes les bibliothèques, celle-ci est remplie de livres. La différence dans cette bibliothèque est que tous les livres sont des humains avec des expériences vécues et des histoires fascinantes. Lors d'un événement Human Library, les livres et les lecteurs se réunissent à un moment et à un endroit précis pour engager un dialogue. Dans ce format, un livre et un lecteur passent environ une demi-heure ensemble à partager des informations, à poser des questions et à y répondre, et à améliorer leur compréhension. Les livres humains sur leur étagère représentent un groupe dans notre société qui est souvent soumis à des choses telles que les stéréotypes, les préjugés, la stigmatisation ou la discrimination en raison de leur mode de vie, d'un diagnostic, d'une croyance, d'un handicap, d'un statut social ou d'une origine ethnique. Ronni Abergel, fondateur de la Human Library, qualifie un événement de bibliothèque de « littérature vivante ». Chaque lecture est une expérience personnelle et spécifique.

Comme ça:

Commentaires fermés sur L'événement de la bibliothèque humaine

Marqué avec:

Rikers 2.0 prévoit de construire quatre grandes prisons à New York City génère un contrecoup -

Les résidents de Tribeca et de Chinatown s'indignent de la décision de construire une tour de prison de 45 étages au 125 White Street, actuellement le complexe de détention de Manhattan plus tristement connu sous le nom de « Tombs ». Alors que la ville avait initialement prévu de déplacer une partie des 5 000 détenus prévus de l'île (l'administration s'attend à atteindre ce nombre des 9 000 actuels grâce à la réforme de la libération sous caution et de la peine) vers une tour de 40 étages au 80 Center Street dans le Lower Manhattan, qui est tombé jusqu'en novembre 2018.

Maintenant, le plan est de démolir les deux tours au 124 White Street (13 étages) et 125 White Street (9 étages) et de les remplacer par une tour de 45 étages, 1,27 million de pieds carrés avec 1 440 lits.

Comme ça:

Commentaires fermés sur Rikers 2.0 prévoit de construire quatre grandes prisons à New York City génère un contrecoup -

Marqué avec:

Des hackers ont volé des données à des milliers de femmes achetant des vêtements grande taille

Dans un message récemment téléchargé sur un forum Web sombre, un pirate informatique a sollicité des offres sur un produit obtenu illégalement. — c'était un ensemble de données personnelles de milliers de femmes de grande taille.

D'autres sur le forum Web sombre ont discuté de la façon de monétiser les données personnelles des femmes en les ciblant avec des escroqueries destinées à vendre des suppléments de perte de poids ou des vêtements de grande taille. L'affiche originale comprenait un échantillon de quelques milliers de données sur des femmes, dont la plupart vivaient aux États-Unis, suggérant que l'ensemble complet comprenait des centaines de milliers de points de données.

Le pirate informatique a obtenu un accès non autorisé aux données de sites Web de vêtements pour femmes, selon DynaRisk, une entreprise de cybersécurité qui a détecté l'activité et partagé ses conclusions avec Business Insider. DynaRisk a déterminé que les données avaient été exposées fin août.

La plupart des cybercriminels trouveront une liste de 500 millions d'adresses e-mail piratées et les bombarderont de spam, mais ils ne savent pas quoi leur envoyer. Dans ce cas, ils l'ont fait et ils recherchent peut-être ce type spécifique de produit.

Comme ça:

Commentaires fermés sur Des pirates informatiques ont volé des données à des milliers de femmes qui achètent des vêtements de grande taille

Marqué avec:

D'anciens employés de Google voulaient créer un syndicat maintenant licenciés

Le National Labor Relations Board a ouvert une enquête sur Google après le licenciement des soi-disant «Thanksgiving Four» – des employés de Google qui ont joué un rôle important dans leurs tentatives d'organiser un syndicat avant que Google ne les licencie quelques jours avant les vacances de Thanksgiving – a confirmé un porte-parole. aux tendances numériques.

Dans une déclaration après leurs licenciements, les quatre ont affirmé avoir été licenciés pour « participation à une organisation syndicale protégée ».

Lorsqu'on lui a demandé de commenter, Google a reconstitué la déclaration qu'il avait envoyée lorsque la nouvelle des licenciements a éclaté : la société a déclaré que les personnes qui ont été licenciées "se sont livrées à des violations intentionnelles et souvent répétées de nos politiques de longue date en matière de sécurité des données, y compris l'accès et la diffusion systématiques du matériel et du travail d'autres employés. Personne n'a été licencié pour avoir soulevé des préoccupations ou débattu des activités de l'entreprise. »

Comme ça:

Commentaires fermés sur les anciens employés de Google voulaient créer un syndicat maintenant licenciés

Marqué avec:

Le FBI prévient que votre Smart TV pourrait vous espionner

Les téléviseurs intelligents sont aujourd'hui équipés de microphones ou de caméras qui vous permettent de contrôler l'appareil via votre voix ou de l'utiliser pour le chat vidéo. Le FBI prévient que l'appareil pourrait être utilisé pour vous espionner. Le fabricant de téléviseurs et les développeurs d'applications peuvent vous écouter et vous regarder, et ce même téléviseur peut également être une passerelle permettant aux pirates informatiques d'entrer dans votre maison. Samsung a même tweeté un rappel aux propriétaires de son téléviseur intelligent de rechercher des virus sur leurs téléviseurs toutes les quelques semaines afin de « prévenir les attaques de logiciels malveillants » – puis a supprimé le tweet après que la couverture médiatique ait déclenché un contrecoup. Si vous achetez un téléviseur, assurez-vous de modifier les mots de passe par défaut et découvrez comment désactiver ses caméras ou ses microphones.

Comme ça:

Commentaires fermés sur Le FBI avertit que votre Smart TV pourrait vous espionner

Marqué avec:

Du Coca Cola au CBD

Coca-Cola a été créé pour la première fois en 1886 par le pharmacien d'Atlanta, John Pemberton, qui a modelé sa boisson sur un rafraîchissement français alors populaire, le vin de coca, fabriqué en mélangeant de l'extrait de feuille de coca avec du vin de Bordeaux. Pour éviter les réglementations sur les alcools, Pemberton a choisi de mélanger son extrait de feuille de coca avec du sirop de sucre au lieu du vin. Il a également ajouté de l'extrait de noix de cola, prêtant à Coca-Cola la seconde moitié de son nom, ainsi qu'une dose supplémentaire de caféine.

La cocaïne n'a été rendue illégale aux États-Unis qu'en 1914, et jusque-là, la substance avait une variété d'utilisations médicales (parfois discutables). On croyait généralement que les toniques, les poudres et les pilules de cocaïne guérissaient une variété de maux, des maux de tête et de la fatigue à la constipation, la nausée, l'asthme et l'impuissance.

Les experts avertissent que de nombreux produits à base de CBD ne sont pas réglementés et que l'on sait très peu de choses sur les effets médicinaux ou les dangers potentiels du CBD.

Selon Vox, la recherche sur le CBD a été restreinte parce que, du moins pour l'instant, la Drug Enforcement Administration le classe comme une substance illégale, et les chercheurs aux États-Unis sont tenus d'avoir une licence pour posséder et étudier le composé.

Yasmin Hurd, professeur à la École de médecine Icahn et le directeur du Institut de toxicomanie au mont Sinaï, a déclaré que les scientifiques et les consommateurs doivent "faire la recherche" avant de faire confiance au CBD.

"C'est fou que cette substance soit consommée par tout le monde, mais nous ne connaissons toujours pas le mécanisme d'action", a-t-elle déclaré. « Les gens prétendent que c'est une sorte de drogue du nirvana, et c'est un problème. Un composé ne peut pas tout guérir” (Rabin, New York Times, 2/25 Nosowitz, Vox, 1/17).

Comme ça:

Commentaires fermés sur Du Coca Cola au CBD

Quelles sont les tendances


8 Base OVNI sous le lac Ontario


En décembre 2013, le MUFON a publié un rapport d'un résident de Hamilton qui a affirmé avoir vu plusieurs orbes étranges et brillants suspendus au-dessus du lac Ontario. Il a également affirmé avoir vu ces orbes sur le lac plusieurs fois auparavant, et de plus, il pense qu'il existe une base extraterrestre sous l'eau. Il est loin d'être le premier à avoir fait une telle affirmation.

En août 1981, cinq témoins qui longeaient le lac Ontario en début de soirée ont vu un engin en forme de dôme voler au-dessus de l'eau. Ils suivirent l'engin pendant un certain temps avant de le voir commencer à descendre et entrer dans l'eau, disparaissant de leur vue. Peut-être que les histoires d'une base extraterrestre sous-marine proviennent du livre de 1977 Le Triangle des Grands Lacs par Jay Gourley, qui a fait remarquer que de nombreux avions et personnes avaient disparu au-dessus du lac Ontario, sans parler des nombreuses observations d'OVNI de la région.

Un autre livre, Bases extraterrestres souterraines, sorti en 2012 et écrit par le quelque peu étrange &ldquoCommander X,&rdquo a également perpétué la légende de la base extraterrestre sous le lac. Il présente dans ses pages plusieurs récits d'observations sur et autour du lac et l'affirmation qu'une forteresse extraterrestre d'une sorte ou d'une autre se trouve sous l'eau. Cependant, aucun des comptes ne peut être vérifié par une source secondaire et est donc laissé au débat sur leur fiabilité.


Nous avons trouvé au moins 10 Liste de sites Web ci-dessous lors de la recherche avec lac okanagan canada sur le moteur de recherche

Lac Okanagan l'Encyclopédie Canadienne

Lac Okanagan est situé dans le sud de l'intérieur de la Colombie-Britannique et est le plus grand lac dans le Okanagan Vallée.Environ 6 188 km 2 de terres drainées dans la lac, qui a une superficie totale de 351 km 2.Le lac est long et mince, mesurant 120 km de long et variant entre 3 et 5 km de large.

LES 15 MEILLEURES choses à faire dans la vallée de l'Okanagan

Tripadvisor.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 70

  • Meilleures attractions à Okanagan Vallée
  • S'étendant sur un parc provincial commémorant en partie ces merveilles d'ingénierie, il s'agit d'une marche de niveau 6 km (4 miles) à travers un…
  • Il dispose d'un parc Splash, de 2 terrains de jeux, de terrains de volley-ball et de basket-ball, de courts de tennis, d'une grande promenade, d'une concession

Sugar Lake, vallée de l'Okanagan, Colombie-Britannique

  • Sucre lac, la Colombie-Britannique est entourée de milliers d'hectares de forêts denses Okanagan la nature sauvage, ainsi que les lacs, les rivières et les ruisseaux
  • Les lac est situé à 14 km de la pittoresque communauté de campagne de Cherryville et à environ 50 minutes de la ville de Vernon. lac lui-même est un produit du sucre lac Le barrage, qui a été construit en 1929 et a transformé une partie du Shuswap…

Le lac tacheté du Canada : le lac le plus extraterrestre du monde

  • Pendant de nombreuses années, le lac appartenait à des particuliers
  • Dans les années 1970, le propriétaire avait l'intention d'en faire un spa
  • Cela a conduit à des protestations de la Okanagan qui, avec le soutien du gouvernement, ont pu empêcher le projet en 1987
  • (Justin Raycraft /CC BY 2.0) La fin juillet est le meilleur moment pour visiter Kliluk lac

Lac Okanagan Activités Activités Lac Kelowna

  • Lac Okanagan est connu pour ses plages avec plus de 30 dans toute la région
  • De nombreuses plages sont équipées d'aires de jeux, de concessions et de salles de bains
  • Profiter de la lac du stand-up paddle (SUP), wake boat, voilier, pédalo, bateau charter, flyboard, kayak ou canoë - nous avons des bateaux de toutes sortes pour les passionnés de l'eau.

Lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada Vacances Info

Lakelubbers.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 19 Rang MOZ : 43

  • Lac Okanagan, situé à Napa of the North Country en Colombie-Britannique, est un paradis pour les vacanciers
  • Sa taille et son emplacement pratique font de cette zone bien développée la destination idéale pour toute activité que vous pouvez imaginer
  • Les visiteurs peuvent profiter d'une journée active sur l'eau, pêche, canotage, parachute ascensionnel, planche à voile, ski nautique, canoë ou

Bienvenue à la marina du lac Okanagan

  • Sortez et profitez du soleil ! Salut, bienvenue à Lac Okanagan Marina
  • Le printemps est à nos portes et nous nous préparons pour un autre été passionnant dans le Okanagan
  • N'hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions
  • Nous proposons la location de bateaux, de vélos hydroélectriques, de skis nautiques, de chambres à air, de genouillères, ainsi que…

Okanagan BC Lakefront Immobilier, Maisons, Condos à vendre

  • Okanagan Immobilier au bord du lac de la Colombie-Britannique & Maisons
  • Les Okanagan Valley abrite certaines des propriétés les plus pittoresques au bord du lac
  • Que vous soyez à la recherche d'un chalet d'été, d'une résidence permanente ou d'un immeuble d'investissement, le Okanagan Valley a une collection…

Lacs de l'Okanagan Similkameen en Colombie-Britannique

Bcadventure.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 38 Rang MOZ : 61

  • Lac Okanagan est mondialement connue comme la patrie d'Ogopogo, mais offre une bonne pêche, une excellente baignade, la navigation de plaisance, le ski nautique et d'autres activités nautiques
  • Il existe de nombreux centres de villégiature, parcs provinciaux et campings de part et d'autre de la lac

Lac Okanagan, Colombie-Britannique, Canada

Lakepedia.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 19 Rang MOZ : 45

  • Lac Okanagan est un long de 135 km et large de 5 km lac dans le Okanagan Vallée de la Colombie-Britannique, Canada
  • C'est une profondeur relativement lac, avec une profondeur moyenne de 76 m et une profondeur maximale de 232 m près de Grant Island (également connue sous le nom d'île Whiskey ou Seagull Island par les habitants).

Visitez le lac Okanagan lors de votre voyage à Kelowna ou au Canada

Inspirock.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 39 Rang MOZ : 66

  • Explorer Lac Okanagan, un grand plan d'eau situé dans un parc provincial
  • D'une superficie de 351 km² (136 mi²), le lac a été formé par le mouvement des glaciers, creusant lentement le large et profond bassin.

Histoire géologique du lac Okanagan

Histoire géologique de Lac Okanagan Ce qui rend Lac Okanagan différent des autres lacs de la région? Situé à 49 degrés 50 minutes de latitude nord, 119 degrés 32 minutes de longitude ouest, Lac Okanagan est situé à l'intérieur du sud de la Colombie-Britannique, Canada, à environ 400 kilomètres de la ville de renommée mondiale de …


ARTICLES LIÉS

Bien que contrastant magnifiquement avec l'eau bleue gelée, le phénomène est en fait un signe de réchauffement climatique provoquant la libération de plus en plus de méthane des lacs et des rivières.

Les bulles de méthane sont produites par la décomposition de la matière organique dans les sédiments au fond des lacs ou des rivières. Les bulles gèlent lorsque les températures chutent.

Des études scientifiques ont montré comment des températures plus élevées produisaient des volumes plus importants de bulles de méthane dans des environnements simulés de « mini-lacs ».

Si les températures mondiales augmentent de 1 °C (1,8 °F), les émissions de méthane pourraient augmenter de façon exponentielle, jusqu'à 20 %.

L'excès de méthane entraîne une augmentation supplémentaire de la température, ce qui entraîne un cercle vicieux.

QU'EST-CE QUE LE GAZ MÉTHANE ?

Les émissions humaines de méthane sont le deuxième contributeur au réchauffement climatique après le dioxyde de carbone.

Une étude récente a suggéré que les émissions humaines de méthane géologique pourraient être jusqu'à 25 pour cent plus élevées que les estimations précédentes.

Bien qu'il ne soit pas aussi important que le dioxyde de carbone, le méthane est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant, et donc les niveaux croissants sont un contributeur important au réchauffement climatique.

Il y avait une incertitude quant à la source des émissions humaines de méthane et si elle a changé au fil du temps.

Mais l'étude a révélé que le forage pétrolier et l'extraction de gaz humains sont à blâmer pour la récente augmentation des niveaux de méthane atmosphérique sur Terre.

Des recherches menées par l'Université Radboud en 2017 aux Pays-Bas ont en outre montré que la hausse des températures augmentait le nombre de bulles de méthane produites dans des environnements simulés.

Les résultats ont montré que les réservoirs à température plus élevée produisaient 50 % plus de bulles de méthane que ceux à température normale.

Sur cette base, les chercheurs prédisent qu'une élévation de température de 1 °C (1,8 °F) entraîne une augmentation de 6 à 20 % des émissions de bulles de méthane.

À son tour, cela conduit à des gaz à effet de serre supplémentaires dans l'atmosphère et à une augmentation supplémentaire de la température.

Le phénomène a été observé à divers moments de l'hiver dans un certain nombre de lacs de l'Alberta, notamment le lac Minnewanka et le lac Barrier. Les disques adoptent des formes et des tailles différentes selon l'endroit où ils se trouvent, mais des pans de ces formations apparemment linéaires semblent plonger profondément dans les profondeurs du lac.


Le Canada affrontera les États-Unis en demi-finale après avoir survécu à un match serré avec Kristers Gudlevskis, Lettonie

Équipe Canada s'est qualifiée pour les demi-finales du tournoi de hockey olympique de Sotchi avec une victoire de 2-1 sur la Lettonie mercredi, comme tout le monde s'y attendait.

Eh bien, le résultat était attendu. Tout le reste - du score final, à la proximité terrifiante, à l'impensable presque bouleversé par la Lettonie - pas tellement.

Le Canada est toujours dans ce tournoi, donc on pourra en parler plus tard. Pour le moment, cependant, l'histoire est la Lettonie. Quelle performance de la petite nation balte.

Il s'agit d'une équipe dont le nom le plus notable est probablement l'entraîneur-chef Ted Nolan. Une équipe qui ne s'attendait pas à gagner un seul match. Mais ils l'ont fait, étourdissant les Suisses pour gagner ce qui était censé être un bombardement aux mains d'Équipe Canada en quarts de finale. Sauf que ce n'était pas le cas. La Lettonie a tenu bon avec les Canadiens, une équipe débordante de talent.

C'était une performance pour les âges.

Shea Weber a joué le héros pour le Canada, marquant le vainqueur du match avec un peu moins de sept minutes à jouer sur l'un de ses gifles meurtrières de marque (il a presque cassé Oskars Bartulis en deux avec un plus tôt dans le match) mais comme T.J. Oshie avant lui, même Weber devrait admettre qu'il n'était pas le vrai héros. Cet honneur revient au gardien letton Kristers Gudlevskis, qui a stoppé 55 tirs pour garder ce match serré tout au long du match.

Gudlevskis exerce son métier avec le Syracuse Crunch de la LAH. Il a l'habitude d'affronter des tireurs de la LAH, ce n'est pas ce que la LNH a de mieux à offrir. Mais il s'est comporté de manière experte. Parfois, il semblait que les Canadiens ne pouvaient pas le gérer. Ils lui ont tout jeté, dépassant la Lettonie de 40. Mais Gudlevskis était presque imbattable.

Et vers la moitié arrière de la troisième période, il n'avait presque plus rien. Lorsque le coup de sifflet a retenti après avoir effectué son 52e arrêt du match, il est resté au sol, a doublé, peut-être des crampes, peut-être déshydraté et évidemment épuisé.

Si Ted Nolan a commis une seule erreur dans ce tournoi, c'était ici, car il a choisi de ne pas prendre de temps mort et de laisser à Gudlevskis un moment pour se remettre en question. Lorsque le jeu a repris, Jonathan Toews a remporté le match nul contre Drew Doughty, Doughty l'a déplacé vers Weber et Weber a donné l'avantage au Canada avec un tir frappé de la pointe.

Le Canada a ouvert le pointage treize minutes après le début de la première période après que Rick Nash a centré une rondelle pour Patrick Sharp, et Sharp l'a frappé à la maison. On suppose que cela allait conduire à plus de buts, et c'est ce qui a été fait – mais pour la Lettonie.

Deux minutes plus tard, les Lettons ont dupé le Canada avec un jeu arrêté lors d'une mise au jeu, divisant la défense canadienne et lançant Lauris Darzins dans une échappée. Darzins a fait un excellent travail pour régler une rondelle rebondissante, attirer Carey Price sur son ventre, puis couvrir la rondelle sur son revers pour égaliser le match.

Et puis les Lettons sont passés en mode confinement. Canada buzzed all game, outshooting Latvia by a wide margin and playing the majority of the game in the Latvian end, but Gudlevskis stoned the Canadians at every turn.

Canada thought they had the game-tying goal when Jonathan Toews knocked a loose puck past a sprawling Gudlevskis. It trickled towards the goal line, but it didn't cross thanks to the quick glove of Kristaps Sotnieks, who dove over the pile of bodies and scooped it back into his goaltender's body.

Normally, gloving a puck in the crease is a penalty shot, but only if it's spotted the first time. It wasn't, and it wasn't reviewable. For Canada, it will go down as a missed call (although they're likely to forget it now with the Americans next on the docket). For the Latvians, it's evidence of the way the entire team collapsed down to help their goaltender keep this close.

Now Latvia goes home, and they won't have a medal to show for it, but they don't need one to know they did their country proud.


ARTICLES LIÉS

War Plan Red, which was taken so seriously that it was revised twice, including intelligence gathered by aviator and Nazi sympathizer Charles Lindbergh on a spy mission over Hudson Bay

Potential wars between Canada and the US were preceded by tensions between America and Britain over the latter's war debts. Above, a Canadian customs and immigration plaza near Buffalo, New York

Despite the facts that America had no reported knowledge of the plan, within a decade it came up with a mirror image of Brown's.

The American War Office's War Plan Red planned to counter a Canadian invasion of the Northeast by seizing Halifax and then invading Montreal from Vermont and Winnipeg from North Dakota, according to the Washington Post.

WAR PLAN RED, GREEN, PURPLE.

During the 1920s and 30s, the U.S. devised several color-coded war plans to deal with potential adversaries.

Many of these war games were submitted to the Military Information Division by officers working in their own time.

Among the contingency plans developed were:

Not surprisingly, many of these were hypothetical exercises - and provided only broad strategic outlines.

However, the planning was considered by the military to be good practice for its personnel.

Lindbergh, an alleged Nazi sympathizer, even flew a spy mission over Hudson Bay to help formulate America's plan, and recommended using chemical weapons in the plan, which was updated in 1934 an 1935.

The strategy, which was part of a larger potential war with Britain, called Canada and England 'Red' and said that is may want chunks of territories such as Alaska from 'Blue', the US.

It also said it 'would be necessary to deal internally' with Brits and Canadians living in the US.

In 1940 President Franklin Roosevelt and Prime Minister Mackenzie King had signed the Ogdensburg Agreement, which enhanced military cooperation between their two countries.

War Plan Red was declassified in 1974.

Some Canadians have said that a scorched earth policy and frigid weather would have helped defeat the US, making the scheme another failed effort by Americans to seize the Great White North.

Lippert's book also covers attacks on Canada during the War of 1812, when a US ship didn't yet know that Washington had declared war on Britain and was captured with the American military's entire plan of attack.

A SELECT HISTORY OF AMERICANS WANTING TO TAKE OVER CANADA

1812 - US tries to invade Quebec multiple times but fails after general surrenders and is court-martialed for cowardice and American troops end up firing on each other in the dark.

1839 - Maine sends militias to Canada over a patch of land in what became known as the Pork and Beans War, named after lumberjacks' favorite food. No shots are fired and borders are redrawn.

1859 - A pig belonging to a British ranch manager is shot on the disputed San Juan Islands near Seattle. Warships are sent to the surrounding area, though a British admiral refuses to fire. Negotiations left temporary joint occupation of the land. A commission headed by Kaiser Wilhelm of Germany eventually decides in 1872 that the land is American.

1860s Irish Catholic Americans calling themselves 'Fennians' attack Canada multiple times in an attempt to use it as a hostage to free Ireland. They claim a victory in Ridgeway, Ontario but are driven back across the border. The Fennians conduct sneak attacks and amass thousands of weapons, but are ultimately unsuccessful after a final failed attempt to take Manitoba in 1871.

1930s - War Plan Red, which would have cut off Canada from Britain by seizing Halifax and proceeded to take over major cities in the country


117 Earth’s Tree News

Hey tree friends, 39 news items for you. The subject heading and number of each is listed below, the article follows even further below:

–Alaska: 1)Bear-fish-tree ecology

–British Columbia: 2) Great Bear Travesty, 3) Kimberly-Clark fraud, 4) Enviros for BC interior protection, 5) Spite Cutting the last Owl habitat

–Oregon: 6) Governor seeks roadless comment

–California: 7) Pacific Lumber’s story, 8) 273,000 acres of new wilderness, 9) Thinning Tehachapi Mountain Park

–Montana: 10) Stream restoration in Lolo NF,

–Colorado: 11) Battling Beetle infestation in Cordillera

–New Mexico: 12) Lincoln NF long-term plan

–Wisconsin: 13) Selling Sauk County Forest

–Indiana: 14) Ash Borer wood products

–North Carolina: 15) loblolly pines clearcut on the 29 acres 16) Forest Stewardship Award

–Southeast Forests: 17) Invasive Tallow as a forest product?

–USA: 18) American Recreation Coalition Corruption

–Canada: 19) The Papineau Oak

–England: 20) City destroys Cherry tree forest

–Spain: 21) Planting a 3.5 hectare Mediterranean forest

–China: 22) China to Rent Siberia, 23) 24) 25) Russian Timber Trade

–Liberia: 26) Malaysian criminals posing as investors

–Guyana: 27) Need for Kilns to dry wood

–Venezuela: 28) Government runs strong reforestation program

–Brazil: 29) Drought details, 30) McDonald’s will not buy Brazilian Soy,

–Paraguay: 31) Ayoreo Indians territory logged

–Japan: 32) Need for certification to import lumber

–Cambodia: 33) Many Jailed in Logging Scandal

–Malaysia: 34) Battling illegal logging, 35) Rimbunan Hijau (RH) dominates the logging industry,

–Indonesia: 36) Forest rangers have confiscated 100 logs, 37) planned logging of the Malua and Ulu Segama 38) Borneo, Georgia Pacific story, 39) Hunting Reserves in Sabah,
————
Alaska:
1) An analysis of more than 20,000 carcasses revealed that bears consumed about 25 percent of each captured salmon, selectively eating only the parts highest in fat content, such as the eggs. In fact, it is common for bears to carry a carcass to the stream bank and not eat a bite after finding it is a male salmon or a female that has already spawned her eggs. Salmon do not feed once they enter freshwater, so their body fat, which is quite high initially, is progressively depleted–by 90 percent or more–as they migrate and spawn. At a small stream in southeastern Alaska, for instance, we observed a 200-kilogram female brown bear capture more than 40 chum salmon during several foraging bouts over the course of eight hours. She removed over 143 kilograms of salmon (70 percent of her body weight!) from the stream but consumed only a small fraction of this bounty. Flies, beetles, slugs and other invertebrates colonize the carcasses almost immediately and deposit their eggs there. Gulls, ravens, crows, jays, magpies, mink, marten, and other species of birds and mammals readily and often quickly make a meal of the carcasses. In Washington State, researchers have compiled a list of more than 50 species of terrestrial vertebrates nourished by salmon carcasses. We have found that densities of insectivorous songbirds can be higher along salmon streams than along waterways that do not support spawning salmon, suggesting that the bird communities respond to the abundance of insects produced by the harvest of salmon carcasses. In the longer term, the foraging of all these animals, together with leaching by rain and microbial activity, breaks down the carcasses, making the nitrogen, phosphorus and other nutrients available to riparian plants. Plant growth in northern forests is often limited by either nitrogen or phosphorus, and thus the bears’ foraging activities may influence growth rates of many plant species in these areas. In some cases, up to 70 percent of the nitrogen in the foliage of streamside shrubs and trees is of salmon origin. Not surprisingly, one study found that growth of Sitka spruce, the dominant streamside tree in the area, was three times greater along salmon streams than along nonsalmon streams. Thus, any management action that reduces the number of salmon or bears will affect the nutrient flow and the many creatures that depend on it. http://www.sciam.com/article.cfm?chanID=sa006&articleID=000C6B0F-B1A0-14C0-B04F83414B7F0000&p
ageNumber=3&catID=2

2) To continue to hear the celebration of the Great Bear travesty (again and again) is the tip of the iceberg. The thing that bothers me the most is the lying….yes, telling lies about what the word Protection means, making statements regarding glorious “cooperative” work and planning. The funders require the grand-standing and the PR, but do they also need the lies? Every time I read another ‘story’….self-congratulating and filled with mis-information…….. I think how much this approach is hurting the environmental movement…in BC and in Canada. It is not just the stupidity of collaboration with power structures it is the simple-minded arrogance that if “they” say it…then it is so. Fact checks and careful reading expose to everyone I know that these people(ENGO-powers) are not honest, accurate or trustworthy. This affects all of “us” and our work. We have come to a point where the “assumed authority” of the major ENGO’s should be challenged. They don’t care about what we think, they don’t care about our values, and they certainly don’t care about our opinion. They are a handful of people that only talk to themselves and their funders this not the basis for good decision-making. Even the process/point of dialogue (discussion and diversity where parties disagree) and the growth of principles (based on truth and honest assessment) is impeded by the control and PR-power of the ‘ENGO-group’. I have had it said to my face that un-paid enviro’s “resent” the paid staffers and managers that I resent paid workers. I have never resented fair payment to anyone (and I have been paid at times) since I know that environmentalists can be more effective if they are financially secure. That principle has been turned on it’s head so that we now have paid ENGO’s who routinely exploit unpaid volunteers. I cannot tell you how many times and for how many paid ENGO’s I have been asked (and completed) technical assessment and work. I still do this because I think it may help some locals or save someplace from contamination. I am sure that I am not the only one that is exploited financially by ENGO’s. Where are the principles of fairness, equity and respect for everyone? Glenda Ferris [[email protected]]

3) Greenpeace requested that the United States Securities and Exchange Commission (SEC) look into statements by Kimberly-Clark executives regarding their wood pulp policy. The environmental group publicly revealed investigative evidence today that Kimberly-Clark uses pulp from the coastal temperate rainforests of British Columbia, despite repeated public claims to the contrary. The claims, which date as far back to 1998, appear in numerous company publications including the company’s 2006 proxy statement, 2005 Sustainability Report, and correspondences with the SEC. The pulp in question is used in the manufacture of disposable tissue products sold around the world, including the Kleenex brand. “We now know that Kimberly-Clark has been lying to the public and its shareholders for years to make itself look like a greener company than it actually is,” said Christy Ferguson, a forests campaigner with Greenpeace. “This is totally unacceptable. Kimberly-Clark executives need to stop making empty claims and start implementing meaningful policies to track the company’s fibre supply and reduce its impact on ancient forests.” The evidence, compiled in an investigative report entitled Chain of Lies: the Truth about Kimberly-Clark’s Use of Ancient Rainforests for Tissue Products, details the movement of wood pulp from coastal temperate rainforests in British Columbia to Seattle-area sawmills to the company’s pulp mill in Everett, Washington. The evidence is based in part on US Customs data.

4) Twelve environmental organizations in the southern and central Interior of BC say that the area is losing many species of plants and wildlife that are dependent upon old-growth forest and wilderness. The groups have signed a declaration that says the major cause is habitat loss due to logging, roads and hydroelectric development. The declaration calls upon the federal and provincial governments to cease logging all old-growth forest over 140 years of age. “The public needs to know that after 40 years of industrial clearcutting, we have very little old-growth forest left in this part of BC. There is very little old-growth protected in our parks, and most of it is high elevation, which leaves unprotected the large ancient trees at low and mid elevations on which so many species depend.” Chris Blake, Project Manager for the Quesnel River Watershed Alliance, adds “if we protect the habitat of a large species, like the mountain caribou, we are actually protecting many more species that depend on that ecosystem.” The declaration says that federal and provincial programs to save the mountain caribou have been inadequate. “The chief problem with the current recovery process is that the government has been dragging it out for years while the logging of mountain caribou habitat is going on,” says Colleen McCrory, Executive Director of the Valhalla Wilderness Society. “This talk-and-log process is a sham. Logging old-growth forest reduces mountain caribou numbers, it just does it more slowly than if the animals were shot or killed by predators. The government doesn’t get to claim it is trying to save caribou while in fact it is allowing its habitat to be destroyed.” The signatories to the Declaration are the Applied Ecological Stewardship Council, Argenta Creek Concerned Water Users, Fraser Headwaters Alliance, Friends of the Lardeau, the Granby Wilderness Society, Kids for Caribou, Perry Ridge Water Users Association, Purcell Alliance for Wilderness, Quesnel River Watershed Alliance, Save-The-Cedar League, Western Canada Wilderness Committee, and the Valhalla Wilderness Society. “We call this the Grassroots Environmental Declaration for British Columbia’s Inland Rainforest Region,” says Colleen McCrory.

5) “Why would a logging company purposefully fall trees in an area with a documented nest of one of Canada’s most endangered species?” Miller asked. In early July, Miller got a close look at the mini-clearcuts in a remote area of the Anderson Valley north of Hope, BC. “It appears that this covert logging operation was not completed, and that the loggers quickly abandoned the site for unknown reasons.” Trees were felled but not hauled out, he said. The old-growth groves in the Anderson Valley are not accessible by road. The logging crew apparently came and went by helicopter. Cattermole Timber spokesman Ted Holtby and Chilliwack District Forest Supervisor Kerry Grozier deny any wrongdoing, and a provincial official says logging has been suspended pending more surveys to determine if any owls remain in the area. Kevin Jardine at the Species At Risk Coordination Office said Cattermole Timber was asked in April to voluntarily suspend logging in the area, in return for logging rights in other timber stands.[1] Holtby is angry with the conservation group about what he calls “misinformation.” Holtby said the company is financially pressured by court delays and the costs of preparing the grove for logging, which have already hit $60,000.[2] “There’s no way to recoup that money and the government isn’t going to cut us a check,” Holtby said. Experts have predicted Canada’s spotted owl population will be extinct by 2010.[3] The loss of a nest site this month stacks the odds against new chicks hatching next year and in the future. http://www.gnn.tv/articles/2438/Killing_Spotted_Owls_with_Chainsaws

Governor Kulongoski is opposing this reckless policy and is preparing to submit a petition to the federal government that will call for protecting ALL of the roadless wildlands in our state. But before he does, he wants to hear from you! Please attend the Governor’s upcoming public forum in Medford, or submit an official comment and let him know that you support full protection for Oregon’s roadless wildlands. Wednesday, August 16, 6 – 8 pm, 411 W. 8th St. or submit a comment by Sept. 8 to Governor Kulongoski, Natural Resources Office 900 Court Street NE, Salem, Oregon 97301 Your support is important! Because once these special places are gone, they’re gone forever. Oregon’s pristine wildlands are vital parts of what makes our state such a special place to live, work, and raise a family. They provide our communities with safe drinking water, scenic beauty, wildlife habitat and world-class opportunities to hike, camp, fish, and hunt. But many of the roadless areas in our National Forests are threatened by the Bush administration’s ill-advised plan to open them to logging, mining, and road-building. When the President repealed the 2001 Roadless Area Conservation Rule, he put 58.5 million acres of America’s public lands at risk for development, including two million acres here in Oregon!


By Robert Hardman for the Daily Mail
Updated: 18:36 BST, 20 February 2010

There was a desperate plea for temporary workers on television here last night.

It wasn’t the Olympics that needed them (the Games have more smiley, eager-to-please volunteers than they know what to do with).

The urgent appeal for extra hands was coming from a local daffodil farm. Spring’s daffodil crop has suddenly appeared a month early.

Winter Olympics? In parts of Scotland, they’d call this high summer.

It’s just as well that I forgot to pack my thermal underwear. I might have been naive enough to put it on.

Slippery start: Robert Hardman at Cypress Mountain where the spectator area was abandoned due to the slush

I would then have spent the rest of the day trying to take it all off in the midst of tens of thousands of people who would like nothing more than to laugh at the most hated breed in Vancouver — the British press.

A lengthy spell of warm weather plus some basic errors and, above all, a human tragedy, mean the 2010 Winter Olympics have had a rocky start.

And for the 50-strong visiting delegation from London 2012, the message is a simple, stark one: you’re on next, matey.

Plainly, the death of Georgia’s Nodar Kumaritashvili on the luge track stands apart from everything else a tragic accident in a perilous sport.

But other mishaps, though trivial in comparison, have produced equally disobliging headlines here and around the world.

There has been the embarrassing saga of Cypress Mountain where 28,000 punters had their tickets cancelled because of a surfeit of slush.

Day One of the Games was marred by downtown rioting and Day Three saw 200 homeless protesters invade an Olympic parking lot and erect a ‘tent village’.

There has been chaos on the skating rink where the ice-sweeping machine suddenly went into meltdown (literally) and started creating holes during a competition.

Even the Olympic flame has been reprimanded, first for failing to light properly and then for being invisible.

All this, and occasional problems with transport and security, have led to names like ‘The Glitch Games’. This is upsetting for most of the residents of Vancouver who have spent the past few years swallowing Olympic twaddle about dreaming the dream, fairytales coming true etc.

They have watched the bill creep from £400m to £3.75bn — and they know it still has some way to go.

They have bitten their lips as the civil liberties of Canada’s most liberal city have endured some distinctly creepy police behaviour and 900 new surveillance cameras. They have gone overboard in welcoming 350,000 Olympic visitors.

Their enthusiasm for these Games is beyond reproach as they pack out the least promising events. Even on a midweek morning, I found a footstomping, 18,000 sell-out crowd at the ice hockey stadium. Not bad for Finland v Belarus.

AND they are thrilled to have the most politically correct Games in history, with all four local ‘First Nation’ tribes elevated to host nation status and a £2.2m Aboriginal Pavilion (you can’t please everyone — French and Asian Canadians claim they didn’t get enough attention in the opening ceremony and now want top billing in the closing show).

Rocky moment: Police clash with protesters on Day One of the Games

The sight of anyone or anything in a Maple Leaf warrants manic whoops, but there is proper applause for every nation. Even the drunks are wellmannered. Vancouver is having the time of its life and yet those media killjoys keep reporting the bad stuff.

Fortunately, a pantomime villain has emerged, thus allowing everyone to feel a bit better. Some forthright coverage in the British press means that all bad news has been rebranded as British bad news.

No matter that reporters from all over the world have been critical.

It was an American news agency, for example, that came up with ‘The Glitch Games’, and a Canadian paper that christened them ‘The Bailout Games’ when it emerged that they were going bust. But when a British paper had the temerity to call them the ‘Calamity Games’ this week, there was national outrage.

Worse, a Guardian writer ventured to suggest that they were in danger of becoming the ‘worst Games ever’, a play on the International Olympic Committee’s habit of declaring every Olympiad ‘the best Games ever’.

The problems are nothing compared to the 1972 Munich Olympics (massacre), 1936 Berlin Olympics (Hitler), 1976 Montreal Olympics (bankruptcy) and 1980 Moscow Olympics (boycott).

But as far as many Canadians were concerned, The Guardian — and, by extension, Britain — had just molested their mother.

The result has been a magnificently thin-skinned backlash.

Britain has a sporting inferiority complex, the Canadian papers have declared, because it has sent more BBC staff than athletes to Vancouver.

In some cases, a post-imperial chip has hit the pan.

My favourite rant was quoted in a Vancouver paper: ‘Just because you long ago abandoned any ambitions in the world and became a lethargic nation of elitist whiners who no one really likes, don’t fault those younger nations who enjoy and embrace life.’

Any positive British remarks about the Games are dismissed as ‘condescending’.

Bad teeth and British sexual inadequacy have also been cited, along with gleeful predictions that London 2012 will be a flop, too.

John Furlong, the chief executive of the Vancouver Games, says he felt ‘offended’ by British coverage, while his London 2012 counterpart, Lord Coe, went into diplomatic overdrive, saying he was too busy watching ‘fantastic sport’ here to read papers.

Tragic: Georgian luge athlete Nodar Kumaritashvili died while practising

So, does Vancouver deserve the brickbats? And what are the lessons for London? To its credit, the Vancouver team has switched from pained victim to rapid-response mode. This was exemplified by the saga of the Olympic flame.

At the opening ceremony, it was supposed to whoosh its way up four 7.5-ton steel ‘ice’ pillars and herald the opening of the Games. In the event, only three pillars turned up.

A torch-bearer then carried the ‘sacred’ flame (a Nazi Olympic invention, actually) out of the indoor stadium to a similar contraption on the waterfront where everyone could see it. Except they couldn’t. Paranoid about security, the organisers had put it in a sealed-off area behind covered fencing.

The (Canadian) press duly went bonkers, likening it to the Berlin Wall, and, eventually, the fence was reduced to a seethrough mesh.

As the moaning continued, the fence was moved closer to the flame. The organisers even opened up a special viewing platform, whereupon a 40-minute queue appeared.

Mike Frith, a retired surgical products manager from nearby Furry Creek, declared: ‘I don’t mind the wait.’

He is one of thousands of 2010 volunteers, in his case manning a desk in a tent up a mountain.

This being his day off, he had come to see what was going on beyond his tent.

‘I think they’re doing a great job,’ he said, ‘unlike what you guys are writing. My only worry about these Games is that the whole world will find out what a great place Vancouver is and they’ll all want to live here.’ Cue: earnest nodding all round.

Opinions are less generous among the 28,000 who bought tickets to watch snowboard events at Cypress Mountain.

A standing area for thousands of spectators has been abandoned because of concerns that it is too slushy underfoot.

For spectators like Damion Brown, 42, who had flown all the way from London to watch the snowboarders, this was more than a ‘glitch’.

The standing area was, indeed, an expanse of grey sorbet from where I spent the afternoon watching the men’s freestyle.

If it is any solace to Mr Brown, I can safely say this madefor-TV event is best-watched from one’s own sofa rather than a puddle.

On Tuesday night, 19 concert-goers were injured when a crush barrier collapsed at an Olympic concert site.

Questions are still being asked about a major security breach at the opening ceremony where an intruder with a home-made pass got within yards of U.S. Vice-President Joe Biden.

Slush: Even at Whistler, deep in the Rockies, warm weather has plagued events

A number of biathlon races have been wrecked by incompetent starters. The athletes, Canadians among them, were understandably furious.

When our Shadow Olympics Minister, Hugh Robertson, dropped in this week, the computer scanners rejected his pass.

After 40 minutes of headscratching, the volunteers gave him a day pass, which didn’t work either.

Much of this is just bad luck. Vancouver cannot be blamed for the warmest winter on record.

Let us keep things in perspective.

The vast majority of events have been a great success. Vancouver is, in many ways, the perfect Olympic city — big enough to have key infrastructure but small enough to be engulfed by the Games.

Great swathes of London will be untouched by the 2012 Olympics. Here, every street is full of flag-wavers.

London will have its glitches, of course.

A congested city many times larger than Vancouver presents even greater scope for a Calamity Games.

What’s more, Britain’s bingedrinkers are not as friendly and, if rioting were an Olympic sport, we’d be on the podium.

True, the snow will not be an issue for London. But Vancouver raises other worries.

This famously easygoing city has suddenly developed a dark authoritarian streak.

Back in 2008, we were told that the Beijing Olympics were a force for progress in China. Here in Vancouver, the reverse would seem to be true.

A couple of miles from the Olympic Stadium, in a wing of Vancouver General Hospital, I meet Professor Chris Shaw, 59, an eminent neuroscientist and Parkinson’s Disease expert.

He has been vocally opposed to the Games on the grounds the £3.75bn should be spent on the poor and sick.

He has written a book on the subject and organised demonstrations.

Last summer, funny things started happening.

‘One day, two plain-clothes policemen stopped me outside my office and asked if they could have a word,’ he says.

‘Then they started appearing at my coffee shop or ringing me at home. It was always: “What are you planning for 2010?”’

He was driving some American doctors around Vancouver when the whole lot were pulled over for a 40-minute ID check.

Our headache: The Olympic Village in London could prove more of a disaster

‘The police kept stopping my girlfriend, my ex-wife, my friends and asking them all if I was likely to do anything violent.’

This unsubtle harassment has happened to other dissenting voices.

The police, hilariously, call this tactic ‘outreach’.

‘The public has the right to refuse to provide information but we have the right to ask questions,’ says a rather uncomfortable spokesman.

Vancouver has also experienced the laws that the puffed-up International Olympic Committee imposes on all hosts.

An edict that City workers must stay loyal to Olympic sponsors — ‘If you are planning a kids’ event,’ it reads, ‘approach Mcdonald’s and not another well-known fast-food outlet’ — sounds comical.

If you think London will be different, think again.

I learn that 2012 officials have advised politicians that schools could be breaking the law for organising a ‘School Olympics’.

Barmy? Not so, says a spokeswoman: ‘The 2006 Olympic Games Act protects words like “Olympics”, just like any other brand.’

Back in Vancouver, great sporting moments, not glitches, are making headlines. Some of the most impressive events involve no sport at all.

I joined 20,000 people who paid £13 to watch medals being dished out, including gold for Canadian snowboarder Maelle Ricker.

By the time they finished belting out ‘Oh Canada’, grown Mounties were in tears.


Voir la vidéo: Канадские деньги