Muhammad Ali refuse l'intronisation dans l'armée

Muhammad Ali refuse l'intronisation dans l'armée

Le 28 avril 1967, le champion de boxe Muhammad Ali refuse d'être intronisé aux États-Unis. Ali, un musulman, a invoqué des raisons religieuses pour justifier sa décision de renoncer au service militaire.

Né Cassius Marcellus Clay, Jr., à Louisville, Kentucky, le 14 janvier 1942, le futur triple champion du monde a changé son nom en Muhammad Ali en 1964 après s'être converti à l'islam. Il a remporté une médaille d'or aux Jeux olympiques de 1960 à Rome et a fait ses débuts en boxe professionnelle contre Tunney Hunsaker le 29 octobre 1960, remportant le combat en six rounds. Le 25 février 1964, il a battu le meurtrier Sonny Liston en six rounds pour devenir champion des poids lourds.

LIRE LA SUITE : Muhammad Ali contre les États-Unis d'Amérique

Le 28 avril 1967, alors que les États-Unis sont en guerre au Vietnam, Ali a refusé d'être intronisé dans les forces armées, déclarant : « Je n'ai aucune querelle avec ces Vietcong. Le 20 juin 1967, Ali a été reconnu coupable d'insoumission, condamné à cinq ans de prison, à une amende de 10 000 $ et à une interdiction de boxer pendant trois ans. Il est resté hors de prison alors que son affaire a été portée en appel et est revenu sur le ring le 26 octobre 1970, éliminant Jerry Quarry à Atlanta au troisième tour. Le 8 mars 1971, Ali a combattu Joe Frazier dans le « Combat du siècle » et a perdu après 15 rounds, la première défaite de sa carrière de boxeur professionnel. Le 28 juin de la même année, la Cour suprême des États-Unis a annulé sa condamnation pour avoir éludé le projet de loi.

Lors d'un match revanche le 24 janvier 1974 au Madison Square Garden de New York, Ali a battu Frazier par décision en 12 rounds. Le 30 octobre de la même année, un outsider Ali a battu George Foreman et a récupéré sa ceinture de champion des poids lourds lors du très médiatisé "Rumble in the Jungle" à Kinshasa, au Zaïre, avec un KO au huitième tour. Le 1er octobre 1975, Ali rencontre Joe Frazier pour la troisième fois au « Thrilla in Manila » aux Philippines et le bat en 14 rounds. Le 15 février 1978, Ali perd le titre face à Leon Spinks lors d'une décision partagée en 15 rounds. Cependant, sept mois plus tard, le 15 septembre, Ali l'a récupéré.

En juin 1979, Ali a annoncé qu'il se retirait de la boxe. Il est revenu sur le ring le 2 octobre 1980 et a combattu le champion des poids lourds Larry Holmes, qui l'a mis KO au 11e round. Après avoir perdu contre Trevor Berbick le 11 décembre 1981, Ali a quitté le ring pour la dernière fois, avec une fiche de 56-5. Il est le seul combattant à être champion des poids lourds à trois reprises. En 1984, il a été révélé qu'Ali avait la maladie de Parkinson. Il est décédé le 3 juin 2016.

LIRE LA SUITE : Comment le « combat du siècle » d'Ali-Frazier est devenu une bataille par procuration pour une nation divisée


La vraie raison pour laquelle Muhammad Ali a refusé de se battre pendant la guerre du Vietnam

Muhammad Ali est sans doute le boxeur le plus célèbre du monde, mais pendant des années, il s'est vu refuser le droit de se battre et a été déchu de ses titres. La raison? Il a refusé de se battre dans la guerre du Vietnam en raison de ses croyances.

Né Cassius Clay avant de se convertir à l'islam, Ali a été enrôlé pour combattre pendant la guerre du Vietnam. Le 28 avril 1967, alors qu'il séjournait à Houston, on lui a dit de se présenter à un bureau d'intronisation de l'armée, selon l'Atlantic. L'officier intronisant a appelé son nom à plusieurs reprises, mais Ali ne s'est pas avancé, déclarant :

"Ma conscience ne me laissera pas tirer sur mon frère, ou des gens plus sombres, ou des pauvres gens affamés dans la boue pour la grande et puissante Amérique", a déclaré Ali aux journalistes en 1967. "Et les tirer pour quoi? Ils ne m'ont jamais appelé n *gger, ils ne m'ont jamais lynché, ils ne m'ont pas mis de chiens, ils ne m'ont pas volé ma nationalité, violé et tué ma mère et mon père. Les tirer pour quoi ? Comment puis-je tirer sur ces pauvres gens ? Juste emmenez-moi en prison."

Selon le New York Times, Ali avait passé un examen pour être enrôlé dans l'armée à l'âge de 18 ans, mais ses résultats étaient médiocres, ce qui signifie qu'il ne pouvait être enrôlé qu'en temps de guerre ou d'urgence nationale. Mais le président de l'époque, Lyndon B. Johnson, a étendu ses opérations militaires au Vietnam, de sorte que l'armée a abaissé les exigences pour être enrôlée. Ali, qui était sûr qu'il n'allait pas être enrôlé, a été appelé au service. Il refusa pour des motifs religieux et fut arrêté puis condamné. Il a évité la prison pendant que son affaire était jugée, mais le mal était fait.


Muhammad Ali refuse l'intronisation dans l'armée - HISTOIRE

Posté sur 28/04/2009 07:07:30 HAP par PourpreHomme

Le 28 avril 1967, alors que les États-Unis étaient en guerre au Vietnam, Ali refusa d'être intronisé dans les forces armées, affirmant : "Je n'ai pas de querelle avec ces Vietcong". Le 20 juin 1967, Ali était reconnu coupable d'insoumission, condamné à cinq ans de prison, à une amende de 10 000 $ et interdit de boxe pendant trois ans.

“Je n'ai aucune querelle avec ces Vietcong.”

Trop de coups de poing à la tête en 1967

Ou juste un sportif égoïste, auto-glorifiant et égocentrique qui pense que tout le monde lui doit un endroit pour se pavaner.

A-t-il purgé sa peine de cinq ans de prison ?

Son vrai est Cassius Clay pas Moo ham ed Olli.

Connu sous le nom de Cassius Clay avant qu'ils n'essaient de le recruter, il a acquis la religion et a changé son nom en Muhammed Ali.

Je suis avec toi. Quel point de vente il était.

Qu'on le veuille ou non, la vérité est que Muhammad Ali a été totalement justifié lorsque les électeurs des États-Unis ont élu un candidat à l'esquive à la Maison Blanche en 1992.

Je ne me souciais pas de lui à l'époque, je ne me soucie pas de lui maintenant.

Si c'était en 1943, il aurait dit : "Je n'ai pas de querelle avec les SS."

Encore plus justifié lorsqu'ils ont voté pour un autre musulman en 2008.

Exactement pourquoi il est vénéré par le reste de la foule qui déteste l'Amérique.

Je n'étais pas en vie à l'époque et je ne sais rien à ce sujet à part ce qui est écrit ici (je ne connais pas non plus les opinions politiques d'Ali), mais j'essaie de penser par moi-même et de ne pas laisser le gouvernement le faire à ma place.

en 1967, que savait-on publiquement de la guerre du vietnam ? C'était pendant l'administration Johnson - je sais que pendant l'administration de nixon, des choses tout simplement bizarres se sont produites que toute personne rationnelle considérerait comme une bonne raison de reconsidérer sa volonté d'être envoyée (j'en ai lu une où Mcnamara a dit au monde entier où nous étions bombarder à l'avance, et il y a eu des fusillades en conséquence).

Quelle était la perception du public de la façon dont les États-Unis ont géré la guerre dans la période où cela a eu lieu ?

Certainement un bon boxeur, mais le “plus grand de tous les temps” est ouvert au débat. Il a également constamment soutenu ce qui, soit dit en passant, est contraire aux règles.

Je crois fermement que Smokin & Joe Frazier a mis Ali dans la forme dans laquelle il est depuis des années.

Il a eu de la chance d'être resté hors de prison.

Cela dit, les gens de nos jours ont oublié combien il a perdu (et presque perdu) parce qu'il s'est laissé manipuler par Elijah Muhammed et la Nation of Islam pour qu'ils soufflent dans leur cor et refusent le projet, entre autres.

Quant à sa conversion religieuse, eh bien, sa piété fut de très courte durée. Si l'on peut dire que quelqu'un a eu un « laissez-passer gratuit » des médias, ce serait lui. Même si je serais le dernier à nier ses bonnes œuvres. Je pense qu'une biographie plus dure est sortie en 󈥣 ou à peu près, mais j'oublie le titre.

Je pense qu'il n'a été interdit de boxer qu'aux États-Unis. Il aurait pu se battre dans d'autres pays mais ils ont pris son passeport.

“Il a également constamment tenu ce qui, soit dit en passant, est contraire aux règles.”

Nommez-moi un boxeur au cours des 50 dernières années qui n'a pas tenu.

Je pensais que c'était Gorilla Monsoon.

Il change de nom en 1964

La navigation: utilisez les liens ci-dessous pour afficher plus de commentaires.
premier 1-20 , 21-40, 41-60, 61-80 . 101-107 suivant dernier

Clause de non-responsabilité: Les opinions publiées sur Free Republic sont celles des affiches individuelles et ne représentent pas nécessairement l'opinion de Free Republic ou de sa direction. Tous les documents publiés ici sont protégés par la loi sur le droit d'auteur et l'exemption pour l'utilisation équitable des œuvres protégées par le droit d'auteur.


Muhammad Ali refuse l'intronisation dans l'armée américaine

En 1964, Ali a échoué au test de qualification des forces armées américaines parce que ses compétences en écriture et en orthographe étaient médiocres.

Cependant, au début de 1966, les tests ont été révisés et Ali a été reclassé en 1A. Cette classification signifiait qu'il était désormais éligible pour le projet et l'intronisation dans l'armée américaine. Cela était particulièrement important parce que les États-Unis étaient engagés dans la guerre du Vietnam. Lorsqu'il fut informé de ce statut, il déclara qu'il refuserait de servir dans l'armée américaine et se considérait publiquement comme un objecteur de conscience. Ali a déclaré que "La guerre est contre les enseignements du Saint Coran. Je n'essaie pas d'esquiver le projet. Nous ne sommes pas censés participer à aucune guerre à moins que cela ne soit déclaré par Allah ou le Messager. dans les guerres chrétiennes ou les guerres de n'importe quel incroyant." Ali a également dit en 1966 : "Je n'ai pas de querelle avec les Viet Cong. Ils ne m'ont jamais traité de nègre." Rare pour un champion de boxe poids lourd à l'époque, Ali a pris la parole à l'Université Howard, où il a prononcé son discours populaire "Black Is Best" devant 4 000 étudiants et intellectuels de la communauté enthousiastes après avoir été invité à prendre la parole à Howard par un professeur de sociologie Howard, Nathan Hare. , au nom du Black Power Committee, un groupe de protestation étudiant.
Apparaissant peu de temps après pour son intronisation prévue dans les forces armées américaines le 28 avril 1967 à Houston, il a refusé à trois reprises de se manifester à l'appel de son nom. Un officier l'a prévenu qu'il commettait un crime passible de cinq ans de prison et d'une amende de 10 000 $. Une fois de plus, Ali refusa de bouger à l'appel de son nom. En conséquence, il a été arrêté et le même jour, la Commission sportive de l'État de New York a suspendu sa licence de boxe et l'a déchu de son titre. D'autres commissions de boxe ont emboîté le pas.

Le 28 avril 1967, le champion de boxe Muhammad Ali refuse d'être intronisé dans l'armée américaine et est immédiatement déchu de son titre des poids lourds. Ali, un musulman, a invoqué des raisons religieuses pour justifier sa décision de renoncer au service militaire.

Le 28 avril 1967, alors que les États-Unis sont en guerre au Vietnam, Ali a refusé d'être intronisé dans les forces armées, déclarant : « Je n'ai aucune querelle avec ces Vietcong.

En 1964, Ali a échoué au test de qualification des Forces armées parce que ses compétences en écriture et en orthographe étaient médiocres. Cependant, au début de 1966, les tests ont été révisés et Ali a été reclassé 1A. Il a refusé de servir dans l'armée des États-Unis pendant la guerre du Vietnam en tant qu'objecteur de conscience, parce que « La guerre est contre les enseignements du Saint Coran. Je n'essaie pas d'esquiver la conscription. Nous ne sommes pas censés participer à pas de guerres à moins d'être déclarées par Allah ou le Messager. Nous ne participons pas aux guerres chrétiennes ou aux guerres des incroyants. Ali a également déclaré: "Je n'ai aucune querelle avec ces Vietcong" et "aucun Vietcong ne m'a jamais traité de nègre".


Muhammad Ali proteste contre la guerre du Vietnam : le dernier plaidoyer a été rejeté et l'intronisation d'Ali est prévue aujourd'hui

Harrisonburg Daily News Record (28 avril 1967)

Houston & mdash & ldquo Je suis prêt à mourir pour ma religion ", a déclaré jeudi le champion des poids lourds Cassius Clay après qu'un tribunal de district américain a rejeté son appel tendant à ce que le gouvernement soit empêché de prendre des mesures pénales s'il refuse le service militaire.

Le refus d'un plaidoyer d'injonction temporaire et la dernière action en justice avant l'intronisation prévue de Clay vendredi matin et mdash a été faite par le juge américain Allen B Hannay après une audience de 3 heures et demie devant une salle d'audience bondée.

Clay, arguant qu'il est un ministre musulman noir pratiquant sous le nom de Muhammad Ali, sera donc contraint de se présenter vendredi devant les autorités.

S'il refuse de faire un pas en avant &mdash car il insiste, il refusera &mdash, il encourt une amende de 10 000 $ ou cinq ans de prison, ou les deux. La prison est la procédure habituelle.

Clay, dont les plaidoyers contre le projet ont été rejetés à deux reprises par la Cour suprême des États-Unis, a passé près d'une heure à la barre, racontant sa conversion à la religion musulmane et ses activités en tant que prédicateur de la foi.

« Je vais mourir musulman », a-t-il insisté. &ldquoIls ne pensent pas que je &rsquo sérieux. Je vais leur montrer que je suis.&rdquo

Clay a déclaré qu'il n'y avait rien dans sa religion pour l'empêcher d'apparaître aux cérémonies d'intronisation, de subir les formalités physiques et mentales et de remplir les formulaires habituels.

&ldquoMais quand je m'avance en symbolisant que je suis dans l'armée, c'est en conflit avec ma foi musulmane. Je serais hypocrite si je le faisais. J'irai en prison d'abord.&rdquo

Le champion des poids lourds a déclaré qu'il s'attendait à être déchu de son championnat et probablement privé d'opportunités de poursuivre sa carrière de combattant.

Les avocats de Clay & rsquos, Hayden Covington de New York et Quinnan Hodges de Houston ont comparu devant le juge Hannay, un vétéran de 75 ans, avec un appel pour que le gouvernement soit empêché de prendre des mesures pénales contre leur client lorsqu'il a refusé d'accepter des militaires service.

Ils ont fait valoir que Clay &mdash ou Muhammad Ali &mdash était exempté en tant que ministre en exercice et qu'il avait été victime de discrimination parce qu'aucun Noir ne faisait partie du comité de rédaction original de Houston et de la commission d'appel de Houston qui a entendu son cas.

Covington a annoncé qu'il déposerait immédiatement son procès contestant l'ensemble de la structure du système national de service sélectif.

US Atty Morton Susman a demandé que l'affaire soit rejetée au motif que les tribunaux du Kentucky et la Cour suprême des États-Unis avaient déjà statué contre Clay.


Il y a 50 ans cette semaine, Muhammad Ali refusait le repêchage à Houston

1 sur 131 Dans cette photo d'archive du 28 avril 1967, le champion de boxe poids lourd Muhammad Ali est escorté de la station d'examen et d'entrée des forces armées à Houston par le lieutenant-colonel J. Edwin McKee, commandant de la station, après qu'Ali a refusé l'intronisation dans l'armée. Ali dit qu'il était un objecteur de conscience qui ne servirait pas dans l'armée d'un pays qui traitait les membres de sa race comme des citoyens de seconde classe. Presse associée Afficher plus Afficher moins

Le champion des poids lourds Muhammad Ali est photographié escorté de la station d'examen et d'entrée des Forces armées à Houston, Texas, le 28 avril 1967, par le lieutenant-colonel J. Edwin McKee, commandant de la station, après qu'Ali a refusé l'intronisation dans l'armée. En refusant d'accepter le repêchage, Ali a été contraint de quitter la boxe au sommet de sa carrière.

Le champion poids lourd Muhammad Ali, au centre, quitte le centre d'intronisation des forces armées avec son entourage après avoir refusé d'être enrôlé dans les forces armées à Houston, le 28 avril 1967. Des centaines de fans et de sympathisants d'Ali ont rempli les rues pour l'accueillir lorsqu'il a quitté le bâtiment .

Cassius Clay (Muhammad Ali) quitte le centre d'intronisation des forces armées de Houston après avoir refusé d'être intronisé dans les forces armées. Boxer est flanqué des avocats Quinnan Hodges, au premier plan, et H C. Covington.

David Nance/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

Première page du Houston Chronicle, 8 mai 1967

Première page du Houston Chronicle, 21 juin 1967

10 sur 131 Dans cette photo d'archive du 17 janvier 1967, Muhammad Ali souffle les bougies sur un gâteau cuit pour son 25e anniversaire, à Houston. La femme d'Ali dit que le grand boxeur est toujours un "grand enfant" qui aime ses fêtes d'anniversaire. ED KOLENOVSKY/Presse associée Voir plus Voir moins

11 sur 131 Dans cette photo d'archive du 19 juin 1967, le champion de boxe poids lourd Muhammad Ali a un "pas de commentaire" alors qu'il est confronté à des journalistes alors qu'il quitte le bâtiment fédéral de Houston pendant une suspension de son procès pour avoir refusé l'intronisation dans l'armée. À peine passé le générique d'ouverture d'un nouveau documentaire sur Ali, nous avons un aperçu de ce que de nombreux Américains ont ressenti pour lui pendant une période tumultueuse de l'histoire du pays. (AP Photo/Ed Kolenovsky, File) Ed Kolenovsky/Associated Press Voir plus Voir moins

13 sur 131 Joey Bishop, à l'extrême gauche, et Muhammad Ali visitent Astroworld en juin 1971.
Danny Connolly/© Houston Chronicle Afficher plus Afficher moins

14 sur 131 Muhammad Ali (avec des femmes non identifiées) devant le palais de justice fédéral de Houston. 8/2/67 (RAN 08/03/1967 IN HOUSTON POST) Jim Cox/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

16 sur 131 28/07/1969 -- Cassius Clay (Muhammad Ali) devant le palais de justice fédéral. Tom Colbum/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

17 sur 131 Cassius Clay (Muhammad Ali) quittant le palais de justice fédéral de Houston. 8/3/69 Fred Bunch/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

19 sur 131 L'admiratrice Constance Willis est toujours au palais de justice fédéral de Houston pour saluer Cassius Clay (Muhammad Ali). 8/3/69 Fred Bunch/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

20 sur 131 Cassius Clay (Muhammad Ali) détient Claire Marie Woods dans le hall du bâtiment fédéral de Houston après son inculpation. Il dit au bébé : « Vous entrez dans un monde dur et dur. » 5/8/67
Sam Pierson/Houston Chronicle Voir plus Voir moins

22 sur 131 L'ancienne légende de la boxe Muhammad Ali arrive pour le tirage au sort avant le début du match de football universitaire Sugar Bowl NCAA entre la Floride et Louisville le mercredi 2 janvier 2013 à la Nouvelle-Orléans. (AP Photo/Dave Martin) Dave Martin/Presse associée Afficher plus Afficher moins

23 sur 131 Les Beatles, de gauche à droite, Paul McCartney, John Lennon, Ringo Starr et George Harrison, prennent un faux coup de Cassius Clay, qui a ensuite changé son nom en Muhammad Ali, alors qu'il rendait visite au concurrent poids lourd dans son camp d'entraînement à Miami Beach, Floride Anonyme/AP Voir plus Voir moins

25 sur 131 Muhammad Ali est vu à l'extérieur du bâtiment fédéral à Houston après avoir entendu un juge fédéral lui dire de déposer à nouveau son plaidoyer pour éviter le projet après son intronisation prévue, le 27 avril 1967. Ali n'a fait aucun commentaire aux questions posées. sur tous les sujets. Ferd Kaufman/ASSOCIATED PRESS Voir plus Voir moins

26 sur 131 Muhammad Ali fait la grimace lors d'un déjeuner de presse à New York, pour promouvoir la vente de billets pour le Madison Square Garden où la bataille contre George Foreman au Zaïre sera retransmise en octobre à la télévision en circuit fermé. Ron Frehm/AP Voir plus Voir moins

28 sur 131 Le champion du monde de boxe poids lourd Muhammad Ali a visité la zone des pyramides, monté à cheval et à dos de chameau et a serré la main des Bédouins qui gardent les immenses monuments là-bas, le 30 mai 1966. PRESSE ASSOCIÉE Voir plus Voir moins

29 sur 131 Muhammad Ali pose à Atlanta le mardi 20 octobre 1970. JH/ASSOCIATED PRESS Voir plus Voir moins

31 sur 131 Le boxeur Muhammad Ali lors d'une visite guidée du centre-ville de Kinshasa, au Zaïre, le 17 septembre 1974. PRESSE ASSOCIÉE Voir plus Voir moins

32 sur 131 La star du basket-ball Wilt Chamberlain s'étend sur la gauche en direction du champion du monde des poids lourds Muhammad Ali alors qu'ils se rencontraient dans un studio de télévision ABC à New York, le 10 mars 1967. Chamberlain mesure 7 pieds 1 pouce et Ali a 6 ans pieds, 2 pouces de hauteur. La portée de Chamberlain est de plus de 90 pouces, celle d'Ali est de 79 pouces. Leur combat proposé, très sérieusement, n'a jamais eu lieu. AP Afficher plus Afficher moins

34 sur 131 Le champion du monde de boxe poids lourd Muhammad Ali pose portant la ceinture de championnat plaquée or 24 carats qui lui a été présentée à New York le 17 septembre 1964. HL/ASSOCIATED PRESS Voir plus Voir moins

35 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive de 1954, le boxeur Cassius Clay est montré. Bien avant que son jeu de jambes éblouissant et ses prouesses de frappe ne fassent de lui un triple champion du monde de boxe poids lourd connu sous le nom de Muhammad Ali, un jeune Cassius Clay a perfectionné ses compétences en s'entraînant avec des amis du quartier et en courant à côté du bus sur le chemin de l'école. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Associated Press Afficher plus Afficher moins

37 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive du 30 octobre 1974, le challenger Muhammad Ali regarde le champion du monde en titre George Foreman descendre sur la toile au huitième tour de leur match de boxe pour le championnat WBA/WBC à Kinshasa, au Zaïre. Foreman a été compté par l'arbitre et Ali a regagné la couronne mondiale des poids lourds par KO dans le combat surnommé "Rumble in the Jungle". Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Associated Press Afficher plus Afficher moins

38 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 15 novembre 1962, le jeune boxeur poids lourd Cassius Clay, qui a plus tard changé son nom en Muhammad Ali, pointe vers un signe qu'il a écrit sur un tableau dans sa loge avant son combat contre Archie Moore à Los Angeles, prédisant qu'il assommerait Moore au quatrième tour, ce qu'il a ensuite fait. Le signe prédit également que Clay sera le prochain champion via un KO sur Sonny Liston en huit rounds. Il l'a fait en sept rounds. Ali aura 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/Harold P. Matosian, File) Harold P. Matosian/Associated Press Voir plus Voir moins

40 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 25 mai 1965, le champion des poids lourds Muhammad Ali se tient au-dessus du challenger déchu Sonny Liston, après avoir laissé tomber Liston avec un court droit dur à la mâchoire à Lewiston, Maine. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/John Rooney, File) John Rooney/Associated Press Voir plus Voir moins

41 sur 131 TOPSHOTS - Bruce Silverglade, président du Gleason's Gym, pointe du doigt un autographe de Muhammad Ali au Gleason's Gym le 14 janvier 2012 à New York. Le grand boxeur poids lourd, qui s'est entraîné chez Gleason, fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. TOPSHOTS / AFP PHOTO / DON EMMERT (Crédit photo doit être DON EMMERT/AFP/Getty Images) Don Emmert/AFP/Getty Images Afficher plus Montrer moins

43 sur 131 Le grand boxeur Muhammad Ali, deuxième en partant de la droite, regarde depuis un balcon des amis assistant à une célébration pour son 70e anniversaire au Muhammad Ali Center le samedi 14 janvier 2012 à Louisville, Ky. De gauche à droite se trouvent la sœur d'Ali -la belle-famille, l'ami de la famille Marilyn Williams, Remo Tulliani Ali, et la femme d'Ali, Lonnie. Ali fête ses 70 ans le mardi 17 janvier. (AP Photo/Mark Humphrey) Mark Humphrey/Associated Press Voir plus Voir moins

44 sur 131 La torche olympique portée par Ali lors des cérémonies d'ouverture des Jeux d'été de 1996 à Atlanta, en Géorgie, exposée le mercredi 11 janvier 2012 au Muhammad Ali Center de Louisville, Ky. Les visiteurs du Muhammad Ali Center voient le triple champion du monde des poids lourds à son apogée, dénonçant la guerre et les inégalités raciales et livrant des coups de poing sur le ring. Ils voient également le côté plus doux d'un homme embrassant des idéaux de respect et de croissance spirituelle. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

46 sur 131 L'exposition Train with Ali permet aux visiteurs de faire du shadowbox, de frapper un sac de vitesse et de se pencher dans un sac lourd qui leur permet de ressentir la puissance d'un coup de poing Ali, le mercredi 11 janvier 2012 au Muhammad Ali Center de Louisville , Ky. Les visiteurs du Muhammad Ali Center voient le triple champion du monde des poids lourds à son apogée, s'insurgeant contre la guerre et les inégalités raciales et assénant des coups de poing sur le ring. Ils voient également le côté plus doux d'un homme embrassant des idéaux de respect et de croissance spirituelle. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

47 sur 131 "Flottez comme un papillon, piquez comme une abeille" d'Ali accueille les visiteurs alors qu'ils descendent les escaliers jusqu'au quatrième étage, le mercredi 11 janvier 2012 au Muhammad Ali Center de Louisville, Ky. Visiteurs du Muhammad Ali Center voyez le triple champion du monde des poids lourds à son apogée, dénoncer la guerre et les inégalités raciales et asséner des coups de grâce sur le ring. Ils voient également le côté plus doux d'un homme embrassant des idéaux de respect et de croissance spirituelle. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

49 sur 131 Des gants portés par les combattants du titre, entraînés par l'entraîneur Hector Roca, sont accrochés dans son bureau du Gleason's Gym le 14 janvier 2012 à New York. Le grand boxeur poids lourd Muhammad Ali, qui s'est entraîné chez Gleason, fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. AFP PHOTO/DON EMMERT (Crédit photo doit être DON EMMERT/AFP/Getty Images) Don Emmert/AFP/Getty Images Afficher plus Montrer moins

50 sur 131 Une collection mondiale d'œuvres d'art pour enfants inspirées par Ali est exposée sur un mur Hope and Dream de 55 pieds de long, le mercredi 11 janvier 2012 au Muhammad Ali Center de Louisville, Ky. Les visiteurs du Muhammad Ali Center voient le triple champion du monde des poids lourds à son apogée, dénonçant la guerre et les inégalités raciales et délivrant des coups de grâce sur le ring. Ils voient également le côté plus doux d'un homme embrassant des idéaux de respect et de croissance spirituelle. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

52 sur 131 Cassius Clay, jeune combattant poids lourd, lève le poing, le 19 février 1964, alors qu'il raconte à une foule à Surfside, en Floride, comment il va frapper le champion Sonny Liston lors de leur prochain combat à Miami Beach. Clay et ses partisans ont effectué une visite inattendue au camp Surfside de Liston. HARRY HARRIS/ASSOCIATED PRESS Voir plus Voir moins

53 sur 131 Un détail des tuiles composant une collection mondiale d'œuvres d'art pour enfants inspirées par Ali affichée sur un mur Hope and Dream de 55 pieds de long, le mercredi 11 janvier 2012 au Muhammad Ali Center de Louisville, Ky. Visiteurs au Muhammad Ali Center voir le triple champion du monde des poids lourds à son apogée, dénoncer la guerre et les inégalités raciales et asséner des coups de grâce sur le ring. Ils voient également le côté plus doux d'un homme embrassant des idéaux de respect et de croissance spirituelle. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

55 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive du 15 juin 1975, le champion du monde des poids lourds Muhammad Ali crie "Joe Bugner doit y aller!" aux fans malaisiens lors d'une séance d'entraînement pour son combat contre Bugner à Kuala Lumpur. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Associated Press Afficher plus Afficher moins

56 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive du 1er mars 1964, le champion de boxe poids lourd Muhammad Ali, à droite, est montré avec le leader musulman noir Malcolm X à l'extérieur du Trans-Lux Newsreel Theatre à New York, après avoir visionné la projection d'un film sur Le combat pour le titre d'Ali avec Sonny Liston. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Associated Press Afficher plus Afficher moins

58 sur 131 Le grand boxeur Muhammad Ali regarde depuis un balcon des amis assistant à une célébration pour son 70e anniversaire au Muhammad Ali Center le samedi 14 janvier 2012, à Louisville, Ky. Ali fête ses 70 ans le mardi 17 janvier. ( AP Photo/Mark Humphrey) Mark Humphrey/Associated Press Voir plus Voir moins

59 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive du 28 janvier 2006, l'ancien champion de boxe poids lourd Muhammad Ali fait un geste vers des photographes dans le hall d'un hôtel à Davos, en Suisse. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/Michel Euler, File) Michel Euler/Associated Press Voir plus Voir moins

61 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 14 septembre 1978, Muhammad Ali crie alors que quelqu'un tient une affiche prédisant sa troisième venue après son dernier entraînement à la Nouvelle-Orléans, avant de tenter de remporter le titre des poids lourds pour la troisième fois, contre Leon Spinks, au Superdome. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Pl/Associated Press Voir plus Voir moins

62 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 12 février 2009, Muhammad Ali et sa femme Lonnie sont vus sur scène lors des 40e NAACP Image Awards, à Los Angeles. Le triple champion de boxe poids lourd fêtera un anniversaire marquant le mardi 17 janvier 2012, lorsqu'il aura 70 ans. Ali sera entouré d'amis qui se réuniront samedi soir, 14 janvier 2012, pour une fête d'anniversaire au Muhammad Ali Center dans sa ville natale de Louisville. (AP Photo/Chris Pizzello, Fichier) Chris Pizzello/Associated Press Afficher plus Afficher moins

64 sur 131 Lonnie Ali, épouse de la légende de la boxe Muhammad Ali, discute des plans pour la fête du 70e anniversaire du triple champion des poids lourds dans la galerie LeRoy Neiman du Muhammad Ali Center à Louisville, Ky., vendredi 13 janvier 2012. Ali le fera être entouré d'amis qui se réunissent samedi soir pour une fête d'anniversaire privée au Muhammad Ali Center dans sa ville natale de Louisville. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Voir plus Voir moins

65 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 17 janvier 1967, Muhammad Ali souffle les bougies sur un gâteau cuit pour son 25e anniversaire, à Houston. La femme d'Ali dit que le grand boxeur est toujours un "grand enfant" qui aime ses fêtes d'anniversaire. Le triple champion des poids lourds aura 70 ans mardi 17 janvier 2012. Il sera entouré d'amis samedi soir pour une fête d'anniversaire au Muhammad Ali Center de sa ville natale. (AP Photo/Ed Kolenovsky, File) Ed Kolenovsky/Associated Press Voir plus Voir moins

67 sur 131 Le visage de Muhammad Ali est l'arrière-plan d'une conférence de presse par le maire de Louisville Greg Fischer vendredi 13 janvier 2012, dans le hall du Muhammad Ali Center à Louisville, Ky. Le triple champion de boxe poids lourd Ali célébrera un anniversaire marquant le mardi 17 janvier, lorsqu'il aura 70 ans. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Afficher plus Afficher moins

68 sur 131 DOSSIER - Dans cette photo d'archive du 17 septembre 2008, Muhammad Ali et sa femme Lonnie serrent la main des invités après une cérémonie de bienvenue pour le tournoi de golf Ryder Cup à Louisville, Ky. Le triple champion de boxe poids lourd célébrera un anniversaire marquant le mardi 17 janvier 2012, quand il aura 70 ans. Ali sera entouré d'amis qui se réuniront samedi soir, 14 janvier 2012, pour une fête d'anniversaire au Muhammad Ali Center dans sa ville natale de Louisville. (AP Photo/Morry Gash, File) Morry Gash/Associated Press Afficher plus Afficher moins

70 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 9 octobre 2003, la légende de la boxe Muhammad Ali touche la tête de son ancien entraîneur Angelo Dundee à la Foire du livre de Francfort, en Allemagne. Le triple champion de boxe poids lourd fêtera un anniversaire marquant le mardi 17 janvier 2012, lorsqu'il aura 70 ans. Ali sera entouré d'amis qui se réuniront le samedi soir 14 janvier pour une fête d'anniversaire au Muhammad Ali Center à sa ville natale de Louisville. (AP Photo/Michael Probst, File) Michael Probst/Associated Press Afficher plus Afficher moins

71 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 8 février 1962, un jeune Muhammad Ali est vu avec son entraîneur Angelo Dundee au City Parks Gym de New York. Le triple champion de boxe poids lourd fêtera un anniversaire marquant le mardi 17 janvier 2012, lorsqu'il aura 70 ans. Ali sera entouré d'amis qui se réuniront samedi soir 14 janvier pour une fête d'anniversaire au Muhammad Ali Center. dans sa ville natale de Louisville. (AP Photo/Dan Grossi, File) Dan Grossi/Associated Press Voir plus Voir moins

73 sur 131 Le grand boxeur Muhammad Ali, avec sa femme, Lonnie, à droite, salue des amis assistant à une célébration pour son 70e anniversaire au Muhammad Ali Center le samedi 14 janvier 2012, à Louisville, Ky. Ali fête ses 70 ans mardi. (AP Photo/Mark Humphrey) Mark Humphrey/Associated Press Voir plus Voir moins

74 sur 131 DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 3 septembre 1960, Cassius Clay, à droite, âgé de 18 ans de Louisville, dans le Kentucky, jette un droit sur Tony Madigan d'Australie, lors des demi-finales de boxe poids mi-lourd à l'été Jeux Olympiques à Rome, Italie. Cassius Clay a ensuite changé son nom en Muhammad Ali. Ali fête ses 70 ans le 17 janvier 2012. (AP Photo/File) Associated Press Afficher plus Afficher moins

76 sur 131 Muhammad Ali., à gauche, accueille ses invités avec son épouse Lonnie Ali, au centre, lors d'une collecte de fonds pour le Muhammad Ali Center dans sa ville natale de Louisville, Ky., le samedi 14 janvier 2012. Ali tourne 70 mardi. (AP Photo/ The Muhammad Ali Center) Associated Press Afficher plus Afficher moins

77 of 131 Muhammad Ali, right, celebrates his 70th birthday next to his longtime trainer Angelo Dundee, at a fund raiser for the Muhammad Ali Center in his hometown of Louisville, Ky., on Saturday, Jan. 14, 2012. Ali turns 70 Tuesday. (AP Photo/ The Muhammad Ali Center) Associated Press Show More Show Less

79 of 131 FILE - In this Dec. 12, 1981, file photo, Trevor Berbick, left, and Muhammad Ali seem to have an equal reach as they slug it out during a heavyweight boxing match on Dec. 12, 1981 in Nassau, Bahamas. Ali turns 70 on Jan. 17, 2012. (AP Photo/File) Associated Press Show More Show Less

80 of 131 FILE - In this Nov. 18, 2005 file photo, boxing great Muhammad Ali is accompanied by his wife Lonnie and singer Kris Kristofferson as he tours the Muhammad Ali Center in Louisville, Ky. Muhammad Ali made his fame with his fists, and his post-boxing legacy is being made at The Muhammad Ali Center. Ali and his wife have spent more than a decade raising the money to create, operate and fund the center, which opened in 2005 on their 19th wedding anniversary. (AP Photo/Ed Reinke, File) Ed Reinke/Associated Press Show More Show Less

82 of 131 FILE - In this Feb. 8, 1962, file photo, young heavyweight fighter Cassius Clay, who later changed his name to Muhammad Ali, is seen with his trainer Angelo Dundee at City Parks Gym in New York. Ali turns 70 on Jan. 17, 2012. (AP Photo/Dan Grossi, File) Dan Grossi/Associated Press Show More Show Less

83 of 131 Rahaman Ali, brother of boxing great Muhammad Ali, arrives at the Muhammad Ali Center for a birthday celebration for Muhammad Ali on Saturday, Jan. 14, 2012, in Louisville, Ky. Muhammad Ali turns 70 Tuesday. (AP Photo/Mark Humphrey) Mark Humphrey/Associated Press Show More Show Less

85 of 131 Former heavyweight champion Lennox Lewis talks about boxing great Muhammad Ali as he arrives for Ali's birthday celebration at the Muhammad Ali Center on Saturday, Jan. 14, 2012, in Louisville, Ky. Ali turns 70 Tuesday. (AP Photo/Mark Humphrey) Mark Humphrey/Associated Press Show More Show Less

86 of 131 Ben Physick of Austrailia watches the life of Muhammad Ali in video clips on display Wednesday, Jan. 11, 2012 at the Muhammad Ali Center in Louisville, Ky. Visitors to the Muhammad Ali Center see the three-time world heavyweight champion in his prime, railing against war and racial inequity and delivering knockout punches in the ring. They also see the softer side of a man embracing ideals of respect and spiritual growth. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Show More Show Less

88 of 131 Boxing trainer Hector Roca poses, with gloves worn by title fighters he has trained over the years, at Gleason's Gym January 14, 2012 in New York. The great heavyweight boxer Muhammad Ali, who trained at Gleason's, turns 70 years-old on January 17, 2012. AFP PHOTO/DON EMMERT (Photo credit should read DON EMMERT/AFP/Getty Images) Don Emmert/AFP/Getty Images Show More Show Less

89 of 131 Boxers take a break from sparring at Gleason's Gym January 14, 2012 in New York. The great heavyweight boxer Muhammad Ali, who trained at Gleason's, turns 70 years-old on January 17, 2012. AFP PHOTO/DON EMMERT (Photo credit should read DON EMMERT/AFP/Getty Images) Don Emmert/AFP/Getty Images Show More Show Less

91 of 131 Cases display the Presidential Medal of Freedom Ali received from President George W. Bush in 2003 and others, Wednesday, Jan. 11, 2012 at the Muhammad Ali Center in Louisville, Ky. Visitors to the Muhammad Ali Center see the three-time world heavyweight champion in his prime, railing against war and racial inequity and delivering knockout punches in the ring. They also see the softer side of a man embracing ideals of respect and spiritual growth. (AP Photo/Brian Bohannon) Brian Bohannon/Associated Press Show More Show Less

92 of 131 Fighters spar below a poster of Muhammad Ali at Gleason's Gym January 14, 2012 in New York. The great heavyweight boxer, who trained at Gleason's, turns 70 years-old on January 17, 2012. AFP PHOTO/DON EMMERT (Photo credit should read DON EMMERT/AFP/Getty Images) Don Emmert/AFP/Getty Images Show More Show Less

94 of 131 Muhammad Ali throws a punch at Joe Frazier, right, in the twelfth round during their bout at Madison Square Garden in New York, Jan. 28, 1974. AP Show More Show Less

95 of 131 Muhammad Ali shows off his new horse at the opening of his training camp on July 17, 1974 in Deer Lake, Pa. in preparation for his championship fight with George Foreman in September in Zaire, Africa. In top right photo the horse rears away from Ali as he was leading it away and in bottom photo Ali mockingly makes a fist at the horse in jest for rearing away. Ali plans to ride the horse as part of his training. Paul Vathis/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

97 of 131 Former heavyweight champion Muhammad Ali gets help from ski instructor Bob Gratton after a spill in his first bout with skis on snow, March 9, 1970, on Mount Snow in Vermont. Gratton said Ali did far better than most beginners. Anonymous/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

98 of 131 Heavyweight boxing champion Muhammad Ali beats a snare drum in time with a brass band that was on hand to welcome him to Houston, Nov. 4, 1966. Ali will train for the title fight with Cleveland Williams, scheduled for Nov. 14 in the Astrodome. ED KOLENOVSKY/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

100 of 131 Cassius Clay doesn't get much cooperation from a corgi, as the world heavyweight champion points to a ball while relaxing after an early morning run in London, May 13, 1966. Seated with Clay is sparring partner Jimmy Ellis. Clay will defend his title against British Heavyweight champion Henry Cooper on May 21. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

101 of 131 World heavyweight champion Muhammad Ali jogs alongside Queen Elizabeth's horses taking their morning outing in Knightsbridge, London, England, on May 11, 1966. The American boxer is training for his title fight on May 21 with British champion Henry Cooper. The horses are from the Royal Mews, the royal stables at Buckingham Palace. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

103 of 131 Heavyweight boxing champion Muhammad Ali covered his yawn as he faced newsmen after arrival at his motel in Auburn nearby in Lewiston, Me. on May 24 1965. He and his entourage had driven up from his Chicopee Falls, Mass. training camp. He puts his title on the line against Sonny Liston. Anonymous/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

104 of 131 Muhammad Ali at the start of the trek to Boston of the entourage in Miami , Florida on April 30, 1965. Ali said he just drives from big town to big town, never mind the map. Anonymous/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

106 of 131 Muhammad Ali, age 22, celebrates with a cake decorated with a boxing ring and two fighters in Miami Beach, Fla., January 17, 1964. Sonny Liston in a horizontal position and Ali as the winner. A group of friends gathered to help him celebrate including his father and mother. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

107 of 131 Cassius Clay punches the heavy bag in one of his daily workouts at Miami Beach for the Feb. 25 championship bout with heavyweight Sonny Liston in Miami Beach, Fla., on Jan. 10, 1964. JSJ/AP Show More Show Less

109 of 131 Muhammad Ali, the world's No. 2 ranked heavyweight, holds what he thinks is a resemblance to champion Sonny Liston at a party in Clay's behalf at the Las Vegas Press Club on July 19, 1963. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

110 of 131 Muhammad Ali, the "Louisville lip," holds up eight fingers in London June 19, 1963 as he predicts the number of rounds it will take him to knock out Sonny Liston if he should get a chance at the world heavyweight championship. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

112 of 131 Muhammad Ali and British heavyweight champion Henry Cooper seem to be trying to out shout each other at weigh-in June 18, 1963. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

113 of 131 Young boxer Cassius Clay is seen with his mother, Odessa Grady Clay, April 2, 1963. AP Show More Show Less

115 of 131 Muhammad Ali at wheel of car on April 2, 1963. Anonymous/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

116 of 131 Muhammad Ali, a boxer not known for a shy an retiring manner, wore this adhesive tape gas as a gag on his way to the weigh in scales at New York's Madison Square Garden on March 13, 1963. Anonymous/AP Show More Show Less

118 of 131 Muhammad Ali (Cassius Clay) faces newsmen in dressing room at Madison Square Garden in New York on March 13, 1963, after winning unanimous decision over Doug Jones in 10-round bout. Ali, from Louisville, Ky., had predicted he would knock Jones out in four rounds. Anonymous/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

119 of 131 Muhammad Ali grins happily and clasps his hands in the victory salute in his dressing room on Jan. 24, 1963 in Pittsburgh after fulfilling his prediction of scoring a third round knockout in 10-round heavyweight fight with Charley Powell. dm/AP Show More Show Less

121 of 131 Heavyweight boxer Cassius Clay predicts the round his bout with Charley Powell will end, while relaxing in his hotel room in Pittsburgh, Jan. 17, 1963. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

122 of 131 Young heavyweight boxer Cassius Clay points to a sign he wrote on a chalk board in his dressing room before his fight against Archie Moore in Los Angeles, Nov. 15, 1962. HAROLD P. MATOSIAN/AP Show More Show Less

124 of 131 Muhammad Ali, the windy young heavyweight from Louisville, Ky., shadow boxes on Nov. 13, 1962. Don Brinn/ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

125 of 131 Heavyweight boxing champion Muhammed Ali obliged photographers by posing this way with Dr. Donald J. Romeo at physical examination on Nov. 22, 1965. Anonymous/AP Show More Show Less

127 of 131 Heavyweight champion Muhammad Ali stands over fallen challenger Sonny Liston, shouting and gesturing shortly after dropping Liston with a short hard right to the jaw on May 25, 1965, in Lewiston, Maine. JOHN ROONEY/AP Show More Show Less

128 of 131 Young heavyweight boxer Cassius Clay is seen with his mother, Odessa Grady Clay, April 4, 1963, in a car outside their home just east of Louisville, Ky. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

130 of 131 Heavyweight champion Muhammad Ali, left, with promoter Dong King in March 1975. ASSOCIATED PRESS Show More Show Less

On April 28, 1967, Muhammad Ali made headlines for refusing to be drafted into the U.S. Army on the grounds of being a conscientious objector, and it all happened here in Houston.

It would set off a chain of events that wouldn't cease until a 1971 Supreme Court decision reversed his conviction.

Ali went before military induction officials inside Houston's Military Entrance Processing Station building off San Jacinto and refused to step forward for induction when his name was called. He was later arrested. This came after Ali had made three separate appeals to have his draft status changed because of what he called his non-violent Muslim faith and membership in the Nation of Islam.

Ali's boxing career spiraled out of control after his arrest, with the New York State Athletic Commission suspending his boxing license and the World Boxing Association stripping him of his world heavyweight title. This banned him from boxing in the United States.

Ali had long been an opponent of the Vietnam War, and had fought being eligible for the military draft for some time. He spelled out his reasoning in a terse public statement. A week before the incident in Houston, he told reporters in Louisville, Kentucky., that he planned to not accept induction in military service.

"Why should they ask me to put on a uniform and go 10,000 miles from home and drop bombs and bullets on brown people in Vietnam while so-called Negro people in Louisville are treated like dogs and denied simple human rights?" Ali asked.

"I ain't got no quarrel with them Viet Cong," went his famous quote.

On June 20, 1967, Ali was tried, convicted and sentenced in a Houston court to five years in prison for refusing to serve in the military and was ordered to pay a $10,000 fine for draft evasion. His lawyers then appealed the court's decision, which was denied in May 1968. He returned to boxing in 1970 while his case was on appeal.

The case found its way to the Supreme Court in June 1971, where his conviction was overturned. The high court stated that it was not possible to decide which of the three basic tests for conscientious objector status were used and relied on by the draft board in Ali's case to deny his objecting status.

When Ali died in June 2016 at the age of 74, the case was again on the minds of everyone as they sorted through his long and lengthy career in the spotlight. It was a reminder that he was as fierce in the ring as he was outside of it.


Muhammad Ali refuses Army induction

Cassius Clay is escorted from the armed forces examining station in Houston Texas by Lt. Col. J. Edwin McKee, Commandant of the station, after Clay rufused army induction. Date: April 28, 1967 Credit: The Associated Press Memo-Hardcopy: 13139L5 Published: The New York Times on the Web 10/23/98 On April 28, 1967, boxing champion Muhammad Ali refuses to be inducted into the U.S. Army and is immediately stripped of his heavyweight title. Ali, a Muslim, cited religious reasons for his decision to forgo military service.

Born Cassius Marcellus Clay, Jr., in Louisville, Kentucky, on January 14, 1942, the future three-time world champ changed his name to Muhammad Ali in 1964 after converting to Islam. He scored a gold medal at the 1960 Olympic Games in Rome and made his professional boxing debut against Tunney Husaker on October 29, 1960, winning the bout in six rounds. On February 25, 1964, he defeated the heavily favored bruiser Sonny Liston in six rounds to become heavyweight champ.

On April 28, 1967, with the United States at war in Vietnam, Ali refused to be inducted into the armed forces, saying “I ain’t got no quarrel with those Vietcong.” On June 20, 1967, Ali was convicted of draft evasion, sentenced to five years in prison, fined $10,000 and banned from boxing for three years. He stayed out of prison as his case was appealed and returned to the ring on October 26, 1970, knocking out Jerry Quarry in Atlanta in the third round. On March 8, 1971, Ali fought Joe Frazier in the “Fight of the Century” and lost after 15 rounds, the first loss of his professional boxing career. On June 28 of that same year, the U.S. Supreme Court overturned his conviction for evading the draft.

At a January 24, 1974, rematch at New York City’s Madison Square Garden, Ali defeated Frazier by decision in 12 rounds. On October 30 of that same year, an underdog Ali bested George Forman and reclaimed his heavyweight champion belt at the hugely hyped “Rumble in the Jungle” in Kinshasa, Zaire, with a knockout in the eighth round. On October 1, 1975, Ali met Joe Frazier for a third time at the “Thrilla in Manila” in the Philippines and defeated him in 14 rounds. On February 15, 1978, Ali lost the title to Leon Spinks in a 15-round split decision. However, seven months later, on September 15, Ali won it back. In June 1979, Ali announced he was retiring from boxing. He returned to the ring on October 2, 1980, and fought heavyweight champ Larry Holmes, who knocked him out in the 11th round. After losing to Trevor Berbick on December 11, 1981, Ali left the ring for the final time, with a 56-5 record. He is the only fighter to be heavyweight champion three times. In 1984, it was revealed Ali had Parkinson’s disease.


50 years ago today, Muhammad Ali refused to join Army

Fifty years ago today (April 28, 1967), 25-year-old boxing champion Muhammad Ali -- who had just three years earlier changed his name from Cassius Clay -- refused to be inducted into the U.S. Army and was immediately stripped of his heavyweight title.

From an account published by the New York Daily News in 1967:

Clay showed up at the induction center shortly before 9 A.M. with his assistant trainer, Drew (Bundini) Brown and a personal photographer, Howard Bingham. The 25-year-old popoff king went through the formalities.

When it came time for him to step forward with about 30 others for the oath administered upon induction, Clay was motionless.

When an officer asked Clay at roll call name he wanted to use, the champion replied: "I am Muhammad Ali."

Clay then went through approximately four hours of physical and mental examinations, in addition to filling out forms.

He immediately was led to another room, where it was explained that failure to take the step could result in a penalty of five years in prison, a $10,000 fine, or both.

Clay then returned to the induction room and the opportunity to take the oath again was presented to him. When he refused this time, Clay was asked to sign a statement that he refused induction into the Armed Forces.

"Muhammed Ali has just refused to be inducted into the U.S. Armed Forces," said a subsequent statement by Lt. Col. J.D. McKee, commandant of the induction center.

During his boxing career, Clay joined the Nation of Islam in 1964, settling on the name Muhammad Ali. He had been outspoken about his objections to the war in Vietnam.

At trial in Houston a few months later, his lawyers argued the legality of his draft classification on grounds he was a black Muslim minister. He was convicted in June 1967 by an all-white jury after 20 minutes of deliberations of violating Selective Service laws.

A federal judge promptly sentenced him to five years in prison.

He remained free as he appealed his case.

Ali's first fight since he was stripped of the world heavyweight championship and had his boxing license suspended took place Oct. 26, 1970, at Atlanta's Municipal Auditorium.

The Supreme Court unanimously voted in 1971 to overturn Ali’s draft evasion conviction.

In 1984, Ali, the only man to win the title three times, sued boxing authority to name him as the holder of the heavyweight title for 1967-70, the years of his arrest, conviction, appeal and exoneration.

The same year he made public his battle with Parkinson's, a degenerative neurological condition. Ali died at age 74 in 2016.


Muhammad Ali was stripped of his world heavyweight title for refusing to join the army in 1967

Houston Tex., April 28 — Cassius Clay, proclaiming himself 10% boxer and 90% Black Muslim minister, today refused to take the oath of induction into the U.S. Army and walked out of the Houston Induction Center under threat of a five-year prison sentence.

The N.Y. State Athletic Commission and the World Boxing Assn. promptly stripped Clay of his world heavyweight title.

The government immediately started planning for criminal action, although a U.S. attorney said it could take as long as two years before Clay's case can be fought out in the courts.

Clay showed up at the induction center shortly before 9 A.M. with his assistant trainer, Drew (Bundini) Brown and a personal photographer, Howard Bingham. The 25-year-old popoff king went through the formalities.

When an officer asked Clay at roll call name he wanted to use, the champion replied: "I am Muhammad Ali."

Clay then went through approximately four hours of physical and mental examinations, in addition to filling out forms.

When it came time for him to step forward with about 30 others for the oath administered upon induction, Clay was motionless.

He immediately was led to another room, where it was explained that failure to take the step could result in a penalty of five years in prison, a $10,000 fine, or both.

Clay then returned to the induction room and the opportunity to take the oath again was presented to him. When he refused this time, Clay was asked to sign a statement that he refused induction into the Armed Forced

"Muhammed Ali has just refused to be inducted into the U.S. Armed Forces," said a subsequent statement by Lt. Col. J.D. McKee, commandant of the induction center.

"Notification of his refusal is being made to the U.S. Attorney, the state director of the Selective Service System, and the local selective service board for whatever action deemed to be appropriate," the statement continued.

Another spokesman said: "Mr. Ali met all the requirements for induction."

Following his refusal, the champion, nattily dressed in a blue suit, strode before TV cameras. A newsman asked him how he had been treated.

"Respectable," he answered unsmilingly.

Clay refused to comment further. Instead, he passed out a four-page statement, neatly typewritten and bearing the signature, "Muhammad Ali."

Clay personally handed out the statement. As he did, he suspiciously asked certain members of the group: "Who are you?" If the identification suited him, Clay handed the newsman a copy.

Clay then walked out of the gray, four-story building.

The statement, for the most part, was a repetition of Clay's harangue explaining his resistance to the draft. The statement also had anticipated the loss of his title.

"Regardless of the different in my outlook," Clay's statement said, "I insist upon my rights to pursue my livelihood in accordance with the same rights granted to other men and women who have disagreed with the policies of whatever administration was in power at the time.

"I am looking forward to immediately continuing my profession," Clay continued. "As to the threat voiced by certain elements to strip me of my title, this is merely a continuation of the same artificially-induced profession," Clay continued. "As to the threat voiced by certain elements to strip me of my title, this is merely a continuation of the same artificially-induced prejudice and discrimination.

"I have the world heavyweight title, not because it was 'given' to me, not because of my race or religion, but because I won it in the ring through my boxing ability," the statement added. "Those who want to 'take' it and hold a series of auction-type bouts not only do me a disservice, but actually disgrace themselves. I am certain that the sports fans and fair minded people throughout America would never accept such a 'title-holder."

Fellow inductees said after the examination that Clay had been jovial and cooperative. Once, he shadow-boxed for them and demonstrated his "Ali Shuffle."

Fellow inductees said after the examination that Clay had been jovial and cooperative. Once, he shadow-boxed for them and demonstrated his "Ali Shuffle."

Richard Budrow, 26, of Philadelphia, said he had asked Clay whom he thought would succeed as champion.

"Oh, they'll pick up some dodo or junior champion," Budrow quoted Clay.

While Clay was having his exam, a disorganized group of about 50 anti-war pickets marched and chanted outside the center.


HISTORY, April 28: Muhammad Ali refuses Army induction

Today is Saturday, April 28, the 118th day of 2018. There are 247 days left in the year.

On April 28, 1788, Maryland became the seventh state to ratify the Constitution of the United States.

In 1758, the fifth president of the United States, James Monroe, was born in Westmoreland County, Virginia.

In 1789, there was a mutiny on the HMS Bounty as rebelling crew members of the British ship, led by Fletcher Christian, set the captain, William Bligh, and 18 others adrift in a launch in the South Pacific. (Bligh and most of the men with him reached Timor in 47 days.)

In 1918, Gavrilo Princip, 23, the assassin of Archduke Franz Ferdinand of Austria and the archduke's wife, Sophie, died in prison of tuberculosis.

In 1925, the International Exposition of Modern Industrial and Decorative Arts, which gave rise to the term "Art Deco," began a six-month run in Paris.

In 1940, Glenn Miller and his Orchestra recorded "Pennsylvania 6-5000" for RCA Victor.

In 1945, Italian dictator Benito Mussolini and his mistress, Clara Petacci, were executed by Italian partisans as they attempted to flee the country.

In 1958, the United States conducted the first of 35 nuclear test explosions in the Pacific Proving Ground as part of Operation Hardtack I. Vice President Richard Nixon and his wife, Pat, began a goodwill tour of Latin America that was marred by hostile mobs in Lima, Peru, and Caracas, Venezuela.

In 1967, heavyweight boxing champion Muhammad Ali was stripped of his title after he refused to be inducted into the armed forces. U.S. Army Gen. William C. Westmoreland told Congress that "backed at home by resolve, confidence, patience, determination and continued support, we will prevail in Vietnam over communist aggression."

In 1974, former Attorney General John Mitchell and former Commerce Secretary Maurice H. Stans, accused of attempting to interfere in a Securities and Exchange Commission probe of financier Robert Vesco in exchange for a $200,000 contribution to President Richard Nixon's re-election campaign, were acquitted of all charges by a federal jury in New York.

In 1988, a flight attendant was killed and more than 60 persons injured when part of the roof of an Aloha Airlines Boeing 737 tore off during a flight from Hilo (HEE'-loh) to Honolulu.

In 1993, the first "Take Our Daughters to Work Day," promoted by the New York-based Ms. Foundation, was held in an attempt to boost the self-esteem of girls by having them visit a parent's place of work. (The event was later expanded to include sons.)

In 1996, a man armed with a semiautomatic rifle went on a rampage on the Australian island of Tasmania, killing 35 people the gunman was captured after a 12-hour standoff at a guest cottage, and is now serving a life prison sentence.

Ten years ago: The first tax rebates were direct-deposited into bank accounts from a $168 billion stimulus package passed by Congress and signed into law by President George W. Bush. In a defiant appearance at the National Press Club in Washington, Democrat Barack Obama's longtime pastor, the Rev. Jeremiah Wright, said criticism surrounding his fiery sermons was an attack on black churches, and he rejected those who labeled him unpatriotic.

Five years ago: Mohammed Sohel Rana, the fugitive owner of an illegally constructed building in Bangladesh that collapsed and killed more than 1,100 people, was captured by a commando force as he tried to flee into India.

One year ago: President Donald Trump reaffirmed his support for gun rights, telling attendees of a National Rifle Association convention in Atlanta that "the eight-year assault on your Second Amendment freedoms has come to a crashing end." Pope Francis demanded that Egypt's Muslim leaders teach a rejection of violence in God's name during a delicate visit to the Arab world's most populous country, and he strongly backed its uncompromising crackdown on political Islam and militancy.

Today's Birthdays: Former Secretary of State James A. Baker III is 88. Actress-singer Ann-Margret is 77. Actor Paul Guilfoyle is 69. Former "Tonight Show" host Jay Leno is 68. Rock musician Chuck Leavell is 66. Actress Mary McDonnell is 66. Rock singer-musician Kim Gordon (Sonic Youth) is 65. Actress Nancy Lee Grahn is 62. Supreme Court Justice Elena Kagan is 58. Rapper Too Short is 52. Actress Bridget Moynahan is 47. Actor Chris Young is 47. Rapper Big Gipp is 45. Actor Jorge Garcia is 45. Actress Elisabeth Rohm is 45. Actress Penelope Cruz is 44. Actor Nate Richert is 40. TV personalities Drew and Jonathan Scott are 40. Actress Jessica Alba is 37. Actor Harry Shum Jr. is 36. Actress Jenna Ushkowitz is 32. Actress Aleisha Allen is 27.

Thought for Today: "If youth only had a chance or old age any brains." — Stephen Leacock, Canadian humorist-educator (1869-1944).


Voir la vidéo: The Trials of Muhammad Ali: Boxing Champs Refusal to Serve in Vietnam Was The Fight of His Life