9 serpents puissants de l'histoire et de la mythologie

9 serpents puissants de l'histoire et de la mythologie

Depuis la transgression d'Ève dans le jardin d'Éden, les serpents dans la tradition chrétienne ont été associés au mensonge, au mal et à la tentation. Mais dans d'autres cultures, aussi lointaines que la Grèce et l'Égypte antiques et les indigènes d'Amérique du Nord, les serpents symbolisent la fertilité, la renaissance, le renouveau et même l'immortalité. L'ouroboros, l'ancien symbole de l'éternité qui était célèbre sur la tombe du roi Tut au 14ème siècle avant JC, est un serpent dévorant sa propre queue.

Du dieu aztèque du vent, de la pluie et de la création aux créatures semi-divines de l'homme et du serpent qui gardaient le Bouddha, voici neuf serpents ou serpents qui ont émergé, à travers l'histoire ou le mythe, pour jouer un rôle important dans les cultures qu'ils représentent.

Serpent dans le jardin d'Eden

Un homme. Une femme. Un serpent. Et une pomme fatidique. Dans le livre de la Genèse de l'Ancien Testament, un serpent apparaît de façon mémorable dans le jardin d'Eden, le paradis terrestre que Dieu a créé pour le premier homme et la première femme, Adam et Eve. Le serpent rusé a convaincu Eve de manger le fruit défendu de «l'arbre de la connaissance», lui disant que «lorsque vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal». Lorsque Dieu apprit la transgression d'Adam et Ève, il les bannit tous les deux d'Éden et maudit le serpent pour son rôle, en disant : « Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Le débat fait rage depuis longtemps pour savoir si le serpent de la Genèse était un reptile littéral, une allégorie du désir sexuel ou de la tentation ou même Satan lui-même.

Serpents que St. Patrick a chassés d'Irlande

La culture irlandaise regorge de mythes et de légendes, peut-être aucun aussi répandu que celui de Saint-Patrick, le saint patron de l'Irlande, bannissant chaque serpent de l'île d'Émeraude. L'histoire raconte que saint Patrick, un missionnaire chrétien du Ve siècle, jeûnait depuis 40 jours au sommet d'une colline lorsqu'il a été attaqué par des serpents. Il agita son bâton, poussant tous les serpents d'Irlande dans la mer. Bien que l'Irlande, comme la Nouvelle-Zélande, Hawaï, le Groenland, l'Islande et l'Antarctique, soit en fait dépourvue de serpents, cela a moins à voir avec la Saint-Patrick qu'avec le fait que depuis l'ère post-glaciaire, elle a été entourée d'eau, et avant que son climat était trop froid pour qu'un serpent puisse survivre. L'histoire a plus de sens en tant qu'allégorie : les serpents étaient un symbole du paganisme, et Patrick a été crédité d'avoir chassé les païens et amené le christianisme sur l'île d'Émeraude.

LIRE LA SUITE : Qui était Saint Patrick ?

Jormungand, le serpent de mer viking

Dans la mythologie nordique, peu d'histoires sont aussi dramatiques que celle de Jormungand, le puissant serpent de mer. Jormungand, l'un des trois enfants du dieu métamorphe Loki et de la géante Angrboda, a été jeté à la mer par Odin, père du puissant dieu du tonnerre Thor. Le serpent a grandi jusqu'à ce que son corps encercle tout Midgard (ou la Terre), et il a pu saisir sa propre queue dans sa bouche. Au début de Ragnarok, la bataille finale qui se terminerait par la destruction de la terre, Jormungand a quitté la mer et a roulé à travers la terre en faisant des ravages. Dans leur confrontation culminante, Thor tua le serpent avec son puissant marteau, Mjolnir, mais ne fit que neuf pas avant de tomber lui-même mort, empoisonné par le venin mortel du serpent.

REGARDEZ: Épisodes complets de Swamp People: Serpent Invasion en ligne et syntonisez les jeudis à 10/9c pour de tout nouveaux épisodes.

Léviathan du livre de Job

Il y a un débat pour savoir si les passages de Job sur Léviathan et une autre créature biblique géante, Behemoth, décrivent des bêtes mythologiques ou des animaux réels qui existaient à l'époque mais qui ont peut-être disparu plus tard. Il a été suggéré que Behemoth aurait pu être un hippopotame, un éléphant ou même un dinosaure, tandis que Léviathan aurait pu être une ancienne espèce de crocodile. Quoi qu'il en soit, le Livre de Job employait à la fois Léviathan et Behemoth pour démontrer à Job le pouvoir de création de Dieu et la futilité de le remettre en question. Plus tard, le mot « léviathan » serait appliqué plus généralement pour désigner une baleine géante (le plus mémorable est la grande baleine blanche dans Moby Dick) ou une autre créature marine massive.

Méduse et les Gorgones

Dans la mythologie grecque, les Gorgones étaient des femmes-serpents dont les regards transformaient les gens en pierre ; ils avaient des serpents pour cheveux, de longues griffes, des dents pointues et des écailles couvrant leur corps. Selon certains mythes, Méduse, la plus célèbre des Gorgones, était à l'origine une belle femme. Son rendez-vous avec le dieu Poséidon dans l'un des temples d'Athéna a rendu furieuse la déesse vierge, qui a transformé Méduse en Gorgone en guise de punition. Athéna a ensuite aidé le héros Persée à tuer Méduse, lui donnant un bouclier de bronze brillant qu'il utilisait pour regarder le reflet de la Gorgone plutôt que de la regarder directement. Après avoir coupé la tête redoutable de Méduse (d'où sont sortis ses deux enfants avec Poséidon, Chrysaor et Pégase), Persée l'a monté sur son bouclier et l'a utilisé pour paralyser ses ennemis au combat.

Quetzalcoatl

Parmi les divinités les plus importantes des cultures mésoaméricaines, Quetzalcoatl, ou « serpent à plumes », était un mélange d'oiseau et de serpent à sonnettes (manteau est le mot nahuatl pour serpent). Dieu aztèque du vent et de la pluie, ainsi que de l'apprentissage, de l'agriculture et de la science, Quetzalcoatl aurait joué un rôle clé dans la création du monde. Dans une version de l'histoire de la création, lui et un autre dieu, Tezcatlipoca, se sont transformés en serpents et ont déchiré en deux un monstre marin géant nommé Cipactli; une partie d'elle devint la terre, l'autre le ciel. Bien que les premières représentations de Quetzalcoatl le montrent clairement comme un serpent avec un panache de plumes, les cultures ultérieures l'ont représenté sous forme humaine.

Naga

Dans les religions orientales de l'hindouisme, du bouddhisme et du jaïnisme, une race mythologique semi-divine connue sous le nom de naga (sanskrit pour "serpent") a pris une forme mi-humaine, mi-cobra, bien qu'elle puisse changer de forme pour prendre pleinement l'un ou l'autre. autre. Le dieu hindou Brahma aurait banni les nagas dans leur royaume souterrain lorsqu'ils sont devenus trop peuplés sur Terre. Dans le bouddhisme, les nagas étaient souvent décrits comme les protecteurs de Siddhārtha Gautama, du Bouddha et du dharma (enseignements bouddhistes), mais ils étaient également considérés comme puissants et potentiellement dangereux lorsqu'ils étaient en colère. Parmi les nombreux nagas mentionnés dans les écritures bouddhistes, un particulièrement célèbre était Mucalinda, un roi naga qui déploya son grand capuchon de cobra pour protéger le Bouddha d'une tempête qui arrivait alors que le prophète était en pleine méditation.

Danse du serpent Hopi

Pendant des milliers d'années, les membres de la tribu amérindienne Hopi du nord de l'Arizona ont pratiqué le rituel connu sous le nom de danse du serpent. Au cours du rituel de plusieurs jours, qui vise à encourager les précipitations et la fertilité de la terre, les danseurs masculins du Snake Clan ont mis des serpents vivants - allant des petits serpents jarretelles aux serpents à sonnettes - dans leur bouche et autour de leur cou. Les serpents sont minutieusement rassemblés et lavés avant la cérémonie, qui implique également des membres du clan des antilopes. Bien que des étrangers (notamment Theodore Roosevelt) aient pu assister à certains aspects de la danse du serpent, une grande partie de la longue cérémonie se déroule dans des chambres souterraines appelées kivas, permettant à ses aspects les plus sacrés de rester mystérieux.

La légende du serpent blanc

Cet ancien mythe chinois raconte l'histoire d'un puissant démon serpent blanc qui vit sous l'eau mais prend forme humaine sous le nom de Madame White, ou Bai Suzhen. Après que Bai tombe amoureux et épouse un homme mortel, Xu Xian, un moine bouddhiste, Fahai, révèle sa véritable identité à son mari. Fahai kidnappe plus tard Xu et piège Bai sous sa pagode au bord du lac, mais pas avant qu'elle ne donne naissance à son fils avec Xu, qui finira par libérer sa mère. Il existe différentes versions de la légende du serpent blanc, qui a évolué au fil des siècles d'une histoire d'horreur, dans laquelle Fahai combat héroïquement le démon serpent maléfique, à une romance, se concentrant sur l'amour contrarié mais authentique entre Xu et Bai.


Serpent (symbolisme)

Les serpent, ou serpent, est l'un des symboles mythologiques les plus anciens et les plus répandus. Le mot vient du latin serpents, un animal rampant ou un serpent. Les serpents ont été associés à certains des plus anciens rituels connus de l'humanité [1] [2] et représentent une double expression [3] du bien et du mal. [4]

Dans certaines cultures, les serpents étaient des symboles de fertilité. Par exemple, le peuple Hopi d'Amérique du Nord a exécuté une danse annuelle du serpent pour célébrer l'union de Snake Youth (un esprit du ciel) et de Snake Girl (un esprit des enfers) et pour renouveler la fertilité de la nature. Pendant la danse, des serpents vivants étaient manipulés et à la fin de la danse, les serpents étaient relâchés dans les champs pour garantir de bonnes récoltes. "La danse du serpent est une prière aux esprits des nuages, du tonnerre et de la foudre, afin que la pluie tombe sur les récoltes en croissance." [5] Dans d'autres cultures, [ lequel? ] les serpents symbolisaient le cordon ombilical, reliant tous les humains à la Terre Mère. La Grande Déesse avait souvent des serpents comme familiers – s'enroulant parfois autour de son bâton sacré, comme dans l'ancienne Crète – et ils étaient vénérés comme les gardiens de ses mystères de naissance et de régénération. [6]


Malédiction des Pharaons

Les malédictions égyptiennes antiques sont probablement les plus notoires. Ils ont gagné en infamie en 1922 lorsque le tombeau du pharaon Toutankhamon a été ouvert. La mort mystérieuse de certains membres de l'équipe d'archéologie et d'éminents visiteurs de la tombe peu après son ouverture, et la publicité qui a suivi, ont provoqué une tempête de spéculations sur la puissance des malédictions. Les journalistes et auteurs de l'époque ont attisé les flammes.

En réalité, les malédictions mortelles dans les tombes royales en Égypte sont rares, car l'idée d'envahisseurs ou de pillards pénétrant dans la tombe et profanant son contenu était impensable et même dangereuse à inscrire. Les avertissements ou les protections étaient plus fréquemment utilisés pour préserver la pureté rituelle d'une tombe, ou pour une protection généralisée. Wikipédia note que certaines malédictions peuvent être trouvées dans les tombes privées de l'Ancien Empire. Une tombe de la 9 e à la 10 e dynastie met en garde « tout souverain qui. fera du mal ou de la méchanceté à ce cercueil. qu'Hemen ([une divinité locale]) n'accepte aucun bien qu'il offre et que son héritier n'hérite pas ».

Le Cobra Royal (Uraeus) sur le masque de Toutankhamon représentait une déesse protectrice, et non une malédiction. ( Wikipédia)


Les serpents dans la religion et la mythologie grecque antique

Au-delà des religions et des idéologies, il y a une peur primordiale d'êtres bien différents et incompréhensibles pour nous. Le serpent rampe, il fait froid, il vient en silence et d'un coup. C'est une peur instinctive.

Tête de méduse de Gianlorenzo Bernini dans Musei capitolini

La réception religieuse s'y rattache, de même que l'interprétation freudienne qui correspond à la peur du pénis.

Un médecin examine un enfant malade pendant qu'Asclépios regarde. (Photo : Archives Hulton / Getty Images)

Comprendre et se réconcilier avec les serpents et autres animaux, d'abord par les chamanes puis par les prêtres, leur a donné un sens de la communication avec « l'au-delà ». Quelque chose de similaire est recherché, peut-être inconsciemment, par ceux qui manipulent avec ostentation des serpents ou d'autres animaux.

La réponse à la question est qu'ils induisent une peur primitive.

Le serpent et sa relation avec la transmission du savoir dans l'Ancien Testament ont été commentés sous de nombreux angles. Mais ce n'est pas ce qui crée la peur des serpents.

Après tout, il n'y a pas que la peur. Il y a des serpents en Grèce qui sont respectés et protégés dans de nombreuses régions comme Spitofido, Konaki et Lafiatis dans certaines régions.

Photo d'archive de 2008 - Céphalonie, les serpents de la Vierge Marie, le jour du 15 août dans le village d'Arginia.

Il y a aussi l'Agiofido (Saint serpent), tenu par les fidèles le 15 août dans l'église de Panagia dans un village de Céphalonie.

Les attitudes envers les serpents sont donc nombreuses et variées.

Les serpents dans la Grèce antique

Les représentations de serpents étaient utilisées dans les vases dans l'Antiquité, comme décoration, mais aussi comme symbole de mort. C'était aussi le symbole d'Asclépios, comme on le voit dans toutes les statues du dieu de la médecine. En d'autres termes, les anciens voyaient les serpents de différentes manières.

Dans les vases funéraires, on trouve des représentations de serpents ainsi que des représentations d'autres types de nature géométrique et symbolisant principalement la mort. Dans d'autres, ils symbolisent les forces maléfiques du monde.

Certaines des créatures mythiques présentées ci-dessous ont des éléments de serpents :

La Chimère avait un corps de chèvre, une tête de lion et sa queue se terminait par un serpent. Dans d'autres conceptions, elle a plusieurs têtes : lion, chèvre et dragon.

Echidna. Sculpture de Pirro Ligorio 1555, Parco dei Mostri (Monster Park), Latium, Italie.

Echidna, la mère de la Chimère et d'autres monstres, avait le visage d'une belle femme et le corps d'un reptile.

Zeus pointant son coup de foudre sur un Typhon ailé et aux pieds de serpent. Hydrie chalcidienne à figures noires (vers 540-530 av. J.-C.), Staatliche Antikensammlungen (Inv. 596).

Typhon, le compagnon d'Echidna, avait une centaine de têtes de dragon sur ses épaules. Son corps ressemblait à un humain jusqu'à la taille, mais à partir de la taille, il avait le corps de serpents enroulés. Le feu est sorti de ses yeux et toutes sortes de cris et de sifflets sont sortis de sa tête. Typhon a combattu Zeus et a été vaincu.

L'hydre de Lerne

La représentation de l'hydre de Gustave Moreau au XIXe siècle, influencée par la bête du livre de l'Apocalypse

L'hydre de Lerne était la fille du typhon et de l'échidna, un monstre aquatique aux traits reptiliens et aux nombreuses têtes de serpents. Quand Hercule en a coupé un, deux autres ont germé à sa place.

Méduse, sculpture en marbre de Gian Lorenzo Bernini, 1630 dans les musées du Capitole, Rome.

La redoutable Méduse avait des serpents sur la tête au lieu de cheveux et transformait en pierre quiconque la regardait.

Les têtes des Erinyes étaient enveloppées de serpents, semblables à la Medusa Gorgo, et toute leur apparence était effrayante et repoussante.

Héraclès, vêtu de sa peau de lion caractéristique, massue dans la main droite, laisse dans la gauche, présentant un Cerbère à trois têtes, des serpents s'enroulant de son museau, de son cou et de ses pattes avant, à un Eurysthée effrayé se cachant dans un pot géant. Hydrie de Caeretan (vers 530 avant JC) de Caere (Louvre E701)

Cerbère était un chien à trois têtes et une queue de serpent. Il gardait l'entrée d'Hadès et ne laissait pas sortir les âmes ni passer les vivants.

Dans la Gigantomachie d'une frise du 1er siècle après JC dans l'agora d'Aphrodisias, les géants sont représentés avec des bobines écailleuses, comme Typhon

Les Géants avaient la forme d'un homme, mais ils étaient terribles en apparence, énormes en taille et irrésistibles en force. Leurs corps étaient écailleux et se terminaient par une queue de lézard.

Python était une divinité chthonienne. Il avait le corps d'un serpent et gardait l'Oracle de Delphes.

Mais il y avait aussi des héros - des idoles en forme de serpents :

Cecropas (Cécrops)

Représentation de Cécrops I

Cecropas, le fondateur mythique de la première ville d'Athènes, était une divinité chthonienne généralement représentée du centre et en haut comme un homme et du centre et en bas comme un dragon.

Érichthonius

Naissance d'Erichthonius : Athéna reçoit le bébé Erichthonius des mains de la terre mère Gaia, stamnos attique à figures rouges, 470-460 av. J.-C., Staatliche Antikensammlungen

Erichthonius, le roi mythique d'Athènes qui a fondé le Panathinaïkos, était moitié homme et moitié serpent. Il est né comme un serpent et Athéna l'a transformé en homme.

Il y a aussi des héros qui se battent avec des serpents, comme Hercule, qui a tué deux serpents dans son berceau et plus tard l'Hydre de Lerne.

Héraclès enfant étranglant un serpent (marbre, œuvre romaine, IIe siècle après JC). Musées du Capitole à Rome, Italie

Deux serpents de mer envoyés par Poséidon tuent Laoconda (Laocoön).

Les serpents symbolisaient la fertilité, mais outre Dionysos, ils sont également associés à des divinités austères telles qu'Artémis, Athéna et plus tard Cybèle. Mais aussi Zeus lui-même (comme Zeus Filios, Zeus Meilichios ou comme Agathos Daimon) est souvent représenté avec un serpent à côté de lui.

Charon d'Hadès, qui transporta les âmes des morts, est également représenté avec un serpent à ses côtés. Symbole de la mort.

Mais les serpents étaient aussi des protecteurs :

Sanctuaire de Poleada Athéna

Le serpent de la maison de l'Acropole vivait dans un temple de Poleada Athéna, où se trouvent les tombeaux du serpent Erechthée et Erichthonius. Ce temple a été détruit par les Perses.

Les symboles des Dioscures à Sparte étaient deux serpents.

Selon divers mythes, le voyant Tirésias était associé aux serpents, à la fois positivement et négativement. En marchant au mont Kyllini, il a observé deux serpents en train de s'accoupler. Il les frappa avec son bâton et tua la femelle. Il s'est ensuite transformé en femme et est devenu une célèbre hétaïre. Sept ans plus tard, au même endroit, il a de nouveau vu deux serpents s'accoupler, et en tuant le mâle cette fois, il est redevenu un homme. Selon une autre légende, Tirésias a été aveuglé par Athéna parce qu'il l'a vue nue en se baignant. Mais alors Athéna a été émue par les supplications de sa mère Tirésias et a ordonné au serpent Erichthonius de nettoyer les oreilles de Tirésias avec sa langue afin de comprendre le hurlement des oiseaux prophétiques.

Le dieu Hermès a pour symbole le caducée, un mince bâton de laurier ou de bois d'olivier, autour duquel s'enroulent deux serpents dont les têtes se font face. Hermès a autrefois utilisé son bâton pour séparer deux serpents qui se battaient l'un contre l'autre. Le bâton avec les deux serpents est devenu un symbole d'unité et de fin de discorde (une histoire qui contraste avec celle de Tirésias). Selon d'autres, le caducée est un symbole de fertilité. Mais ensuite, il est devenu un symbole du commerce.

Hermès portant un ailé caducée debout dans sa main gauche. Une copie romaine d'après un original grec du Ve siècle av.

Hygeia, la fille d'Asclépios, est représentée à partir du 5ème siècle avant JC avec un serpent grimpant sur son épaule. Alors qu'Asclépios, le dieu de la médecine, est toujours représenté avec un serpent autour de son bâton. Qui est devenu plus tard un symbole de la médecine.


Top 7 des dragons mythologiques les plus puissants des cultures du monde entier

Les dragons sont les plus anciens et les plus puissants de tous les monstres. Presque la mythologie de chaque pays comprend son propre dragon.

Le dragon est la bête qui a ses dents et ses griffes fermement ancrées dans la psyché de l'humanité et ne montre aucun signe d'abandon de son emprise. Habituellement, le dragon garde quelque chose et est considéré comme invaincu jusqu'à ce qu'un héros arrive soudainement et, avec l'aide de quelques astuces ou pouvoirs intelligents, bat le monstre au combat.

Étonnamment, des observations de dragons sont encore signalées à ce jour. Les dragons remplissent les légendes, le folklore, la littérature et l'art, mais ils ne figurent que sur les drapeaux nationaux de trois pays. L'un est le dragon jaune sur le drapeau du Bhoutan, l'autre est Y Draig Goch, le dragon rouge qui chevauche le drapeau du Pays de Galles, et à l'intérieur de la croix sur le drapeau maltais se trouve un dessin de Saint George et du dragon.

De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer le phénomène des dragons, mais personne ne sait avec certitude quand ni pourquoi les dragons sont entrés dans la culture populaire, bien que des contes de dragons aient existé dans la mythologie antique.

Jetons un coup d'œil à quelques entités de dragons mythiques de cultures à travers la planète que vous ne connaissiez peut-être pas.

1 – Kukulkan ou Quetzalcoatl

Aussi connu sous le nom Quetzalcoatl, Kukulkan était vénéré comme le grand dieu « serpent à plumes » dans le panthéon des Aztèques, des Toltèques et des Mayas.

La divinité majeure (souvent sous la forme d'une entité mythique ressemblant à un dragon) semble avoir joué un rôle à multiples facettes tout en exerçant son activité « pieuse ». À cette fin, Kukulkan était le dieu de la création, le père à la fois de l'étoile du matin et de l'étoile du soir, le protecteur des artisans, le faiseur de pluie, le souffleur de vent et aussi le porteur de feu. Il est intéressant de noter que les Mayas et les Aztèques n'étaient pas très friands des éclipses solaires (étant donné le caractère sacré du soleil), en tant que telles, leurs traditions mythiques représentaient des scénarios aussi rares avec le Serpent de Terre avalant le grand Quetzalcoatl. De plus, contrairement à leur penchant culturel pour les sacrifices humains, Kukulkan n'aimait pas ces pratiques sanguinaires.

Le rituel d'adoration de Quetzalcoatl est toujours pratiqué par les peuples autochtones du Mexique, du Guatemala, du Nicaragua et d'El Salvador comme moyen de se connecter avec leur ancien dieu.

2 – Dragon à cent têtes – Typhon

Typhoeus ou Typhon était considéré comme le monstre le plus puissant et le plus meurtrier de la mythologie grecque. Il était le dernier fils de Gaea et du Tartare, créé comme une dernière tentative pour repousser les dieux olympiens de vaincre les Titans pendant la Titanomachie.

Connu comme le «père de tous les monstres», Typhon était un dragon cracheur de feu qui avait cent têtes qui ne dormaient jamais. Après la Titanomachie, Gaea voulait punir Zeus pour avoir emprisonné ses enfants Titan dans le Tartare ainsi, Typhon est né. Typhon a affronté Zeus et, lors de leur première bataille, a réussi à repousser presque tous les dieux de l'Olympe et à arracher les tendons de Zeus. Hermès a réussi à récupérer les tendons et à les donner à Zeus, qui a finalement jeté ses éclairs contre Typhon et l'a submergé. Il l'a finalement piégé sous l'Etna.

Typhon était marié à Echidna, qui était considérée comme la "mère de tous les monstres". Les deux d'entre eux ont eu un certain nombre d'enfants plus tard un.

3 – Dragon à trois têtes – Zmey Gorynych

La version russe de ce dragon s'appelle Zmey Gorynych, ce qui signifie "Serpent des montagnes". Il vit généralement dans les montagnes ou la forêt, qui ne sont qu'un mot dans certaines langues slaves. "Gorynych" est le nom de famille du dragon, qui en Russie est donné sur la base du nom de son père. Dans le folklore, Gorynya est un héros épique des montagnes.

Selon les légendes, un dragon slave sait parler. Ce serpent étrange a généralement trois têtes - bien que parfois sept ou même neuf - et est si énorme qu'il bloque le soleil lorsqu'il vole. Il est terrifiant et peut cracher des étincelles, de la fumée et du feu.

Voici comment un ancien poème slave dépeint le dragon : « Zmey Gorynych, un terrible serpent à trois têtes et sept queues. Une flamme jaillit de ses narines. La fumée crache de ses oreilles. Des griffes de cuivre scintillent sur ses pattes.

L'adversaire de Zmey est généralement un héros épique, un bogatyr nommé Dobrynya Nikitich. Selon la légende, lorsque Dobrynya frappe le dragon pour la première fois, il implore la miséricorde, le pauvre petit serpent. Le gentil héros prend alors pitié et le libère. Le dragon va presque immédiatement kidnapper une princesse, forçant Dobrynya à le combattre à nouveau. Mais cette fois, c'est une bataille épique à mort qui dure trois jours et trois nuits.

4 – Le Dragon Rouge – Y Ddraig Goch

Y Ddraig Goch, dragon gallois, semble assez typique dans son apparence de dragon avec quatre pattes et ailes, mais dans de nombreuses cultures, ce que nous appelons les dragons étaient essentiellement de grands serpents, comme le suggère l'iconographie de l'ancienne Mésopotamie, de la Grèce et de l'Égypte.

Une légende rappelle que des soldats romano-britanniques transportaient le dragon rouge (Draco) à Rome sur leurs bannières au IVe siècle, mais cela pourrait être encore plus ancien que cela.

On considère que les rois gallois d'Aberffraw ont adopté le dragon pour la première fois au début du Ve siècle afin de symboliser leur pouvoir et leur autorité après le retrait des Romains de la Grande-Bretagne. Plus tard, vers le VIIe siècle, il devint connu sous le nom de Dragon Rouge de Cadwaladr, roi de Gwynedd de 655 à 682.

Geoffroy de Monmouth dans son Historia Regum Britanniae, écrit entre 1120 et 1129, relie le dragon aux légendes arthuriennes, dont Uther Pendragon le père d'Arthur dont le nom se traduit par Dragon Head. Le récit de Geoffrey raconte également la prophétie de Myrddin (ou Merlin) d'un long combat entre un dragon rouge et un dragon blanc, symbolisant la lutte historique entre les Gallois (dragon rouge) et les Anglais (dragon blanc).

5 – ‘Dragon du Tonnerre’ – Druk

Druk ou le « Dragon du Tonnerre » est la personnification nationale de la culture, de la mythologie et de la monarchie bhoutanaises.

À cette fin, le drake à l'échelle élaborée figure en bonne place dans le drapeau national et l'hymne national du Bhoutan (Druk tsendhen), tandis que la nation nichée dans l'Himalaya elle-même est appelée Druk Yul (en Dzongkha), qui se traduit par le « Pays de Druk ». La portée mythique inspirée du dragon s'étend également aux titres personnels, les dirigeants du Bhoutan étant traités comme Druk Gyalpo ou 'Thunder Dragon Kings'. Et, si vous pensiez que cela exagérait un peu les choses – eh bien, même tous les partis politiques ont été nommés « Druk Party », pour une simulation d'élection qui a eu lieu en 2008.

6 – « Attaquant de la malédiction » – Nidhogg

Dans la mythologie nordique, Nidhogg (littéralement « l'attaquant de la malédiction » ou « Celui qui frappe avec malice ») est le premier de plusieurs serpents ou dragons qui habitent sous l'arbre du monde Yggdrasil et mangent ses racines. C'est le dragon mangeur de cadavres qui vit enlacé autour du pied d'Yggdrasil. Nidhogg traque dans les racines d'Yggdrasil.

Dans le Völuspá, une femme chamane et voyante très puissante, Völva, révèle que Nithhogg ("le Terrible Biter") ronge les racines d'Yggdrasil, son acte maléfique symbolise les éléments destructeurs de l'univers et ce dragon malveillant est en fait la plus grande menace pour l'arbre de la vie.

Accompagné de ses fils serpents (Goinn, Moinn, Grabakr, Grafvolludr, Ofnir et Svafnir), Nidhogg ronge la racine du frêne sacré, menaçant de le détruire.

C'est le plan de Nidhogg de tuer l'arbre, car il sait que sa mort serait le signal de la chute des dieux.

7 – Dragon chinois – Neuf fils

Dans les histoires, un dragon chinois peut être composé de nombreuses parties animales différentes, mais il est plus communément décrit comme ayant : la queue d'un poisson, les écailles d'une carpe, le cou d'un serpent, le ventre d'une palourde, la tête de un chameau, les griffes d'un aigle, les pattes d'un tigre, les oreilles d'une vache, les yeux d'un démon, la barbe d'une chèvre et les cornes d'un cerf.

Selon une légende très populaire en Chine, le roi dragon chinois a neuf fils : Qiuniu, Yazi, Chaofeng, Pulao, Suanni Bixi, Bi'an Fuxi, Chiwen. Ces neuf fils dragons ont tous une apparence différente et détiennent divers pouvoirs.

En ce qui concerne l'origine des dragons chinois, il existe de nombreuses explications et archives. L'une des explications est largement reconnue : les dragons chinois sont créés par totem. L'origine est clairement indiquée dans les Archives du Grand Historien (Shi Ji) : ils sont la créature intégrée de plusieurs animaux qui sont les totems des tribus impliquées dans les guerres des tribus, où l'Empereur Jaune (Huangdi) a vaincu d'autres tribus et uni le pays. En tant que tel, le dragon chinois devient un totem de toute la nation et avance avec l'entrée de la nation dans un nouveau chapitre - l'unification, et l'empereur jaune (Huangdi) est considéré comme l'emblème d'un dragon, tandis que le peuple chinois est le descendant de cette nation et des dragons. Au cours des quelques milliers d'années qui ont suivi, le dragon est le symbole de la Chine et un fil intangible unissant le peuple chinois. Aux chinois, le dragon leur apporte chance, bien-être et toutes les bonnes choses.


Top 10 des pires démons théologiques ou mythologiques

Que vous soyez religieux ou non, les démons ont joué un grand rôle dans la mythologie, les livres, les films et même la musique. Des films, tels que &ldquoParanormal Activity&rdquo, &ldquoThe Exorcist&rdquo, &ldquoThe Exorcism of Emily Rose&rdquo, &ldquoFallen&rdquo, et&ndashplus récemment&ndash&ndash&ldquoThe Last Exorcism&rdquo, ont fait des démons quelque chose à craindre. Les films, cependant, effleurent rarement la surface à quel point ces anciens serviteurs corrompus de Dieu (ou de nombreux dieux) peuvent être malfaisants. Voici, sans ordre particulier, les 10 pires et/ou les plus étranges démons de l'histoire théologique et mythologique.

Origine: mythologie juive
Aussi connu sous le nom: Abizou, Obizu, Obizuth, Obyzouth et Byzou

On croyait que ce démon féminin était responsable des fausses couches, des mort-nés et de la mortalité infantile. On pense qu'Abyzou était stérile, donc ces actes odieux étaient/sont très probablement par jalousie. Elle est souvent représentée avec des attributs de serpent et/ou de poisson. [Source de l'image]

Que vous aimiez la mythologie ou simplement les histoires uniques en général, vous ne vous lasserez jamais de Mythologie : contes intemporels des dieux et des héros sur Amazon.com !

Origine: démonologie chrétienne
Aussi connu sous le nom: Agres

Ce démon mâle fait que " ceux qui courent restent immobiles ", une chose terrible dont il faut être victime pendant, disons, une tornade. On dit aussi qu'il est l'un des démons qui contrôle les tremblements de terre. Agares enseigne également de nombreuses langues, en se concentrant sur les jurons et les insultes ethniques. On pense également qu'il est le souverain de la zone orientale de l'Enfer et qu'il aurait 31 légions de démons à ses ordres. Il est également l'un des démons à l'air le plus étrange de cette liste. Il est souvent représenté comme un vieil homme pâle chevauchant un crocodile, avec un faucon attaché ou sur son poing. Sans blague!

Origine: mythologie zoroastrienne
Aussi connu sous le nom: Akem Manah, Akoman, Akvan

Son nom signifie &ldquomanah fait le mal&rdquo dans ce cas, le mot &ldquomanah&rdquo représente &ldquo l'esprit&rdquo. Beaucoup se réfèrent à lui comme le démon de &ldquoevil intention&rdquo, &ldquoevil mind&rdquo, &ldquoevil goal&rdquo, ou &ldquoevil thinking». Son travail : Empêcher les gens de remplir leurs devoirs moraux (c'est-à-dire : être un bon parent, sauver une vie, etc.).

Origine: Mythologie pré-slovaque et slovaque et démonologie chrétienne
Aussi connu sous le nom: Pluriel : Ale

Ale fait partie des quelques démons de cette liste qui commettent de mauvaises actions, mais peuvent être persuadés de faire de bonnes actions et peuvent même vous aider ! Ils aiment particulièrement créer du mauvais temps (notamment de la grêle et des orages) sur les fermes, les vergers et les vignobles, afin de détruire les récoltes. On dit aussi qu'ils aiment manger des enfants. Les bières ont tellement faim qu'on dit qu'elles sont capables de « manger le soleil et/ou la lune », créant des éclipses. Ils peuvent constituer une grande menace pour la vie mentale et physique d'une personne qu'ils peuvent même vous posséder. Cependant, si vous approchez une Ala avec confiance et respect, elle et l'autre Ale vous sauveront la vie chaque fois que nécessaire et vous rendront riche ! Ale a également très peur des aigles et de l'hellip, juste au cas où vous ne voudriez pas devenir ami avec un. Ce à quoi ils ressemblent change à chaque récit, certains disent qu'ils ressemblent à des corbeaux, d'autres comme des nuages ​​ou des vents sombres, beaucoup disent des serpents ou des dragons femelles. On pense qu'ils vivent dans des lacs, des sources, des nuages, des montagnes inaccessibles, des forêts, des grottes ou des arbres gigantesques.

Origine: mythologie sumérienne

Asag est l'un des nombreux démons qui causent la maladie. « Mais quoi », dites-vous, « le sépare des autres démons qui causent la maladie ? » Eh bien, d'une part, il a couché avec toutes les montagnes du monde et a eu une portée de &ldquorock-démon&rdquo qui le défend dans n'importe quelle bataille. On pense également qu'il est si grotesque, incroyablement laid, que sa seule présence fait bouillir des poissons vivants dans les rivières et/ou les lacs à distance d'observation !

Origine: Démonologie chrétienne et mythologie kabbalique

Belphégor est absolument incroyable. Il a fait ses débuts en Assyrie, il y a de nombreuses années. Il s'appelait d'abord Baal-Peor, et il était associé à des orgies et à d'autres types d'obscénité. Les Israélites l'adoraient sous la forme d'une idole phallique (en forme de pénis). Plus tard, dans la mythologie kabbalique, il était un démon qui rendait les gens paranoïaques les uns envers les autres et qui les séduisait avec de l'argent et de la richesse globale. Needless to say, it was hard to summon Baal-Peor, because he required the sacrifice of human excrement! In the 16th Century, he changed his name to Belphegor, and changed his strategy (somewhat). He pretty much threw away the idea of causing mutual mistrust in people, and instead&hellipfocused on inventions. He would &ldquosuggest&rdquo crazy (yet plausible) inventions to people, and then use their greed to his (and their) advantage when they became successful. According to legend, Belphegor was sent to Earth from Hell to either justify of disprove the rumors that marriage can result in happiness. Finding no evidence that happiness is possible in a marriage (now, there&rsquos a surprise), he chose to stay on Earth. He is notable for two bizarre attributes: He is believed to be physically, mentally, and strategically strongest in the month of April, and he either was or is Hell&rsquos/Satan&rsquos ambassador to France. Belphegor also played an role in Milton&rsquos book, &ldquoParadise Lost&rdquo. He is either depicted as a hideous, bearded demon with horns and claws, or a beautiful young woman.

Origin: Japanese Buddhist mythology

Jikininki are the spirits of selfish, greedy, or ungodly people who have passed on. They are said to be cursed to eat the flesh of human corpses. It is also said that they take valuables from the corpses, in order to bribe local law-enforcement officials to leave them alone. Unlike most demons, they actually hate what they are, and are in a constant state of self-disgust and self-loathing. Some accounts state that they are so terrifying to look at, that seeing one would make you paralyzed with fear. Other accounts indicate that Jikininki can take the form of normal human beings, and can even lead seemingly normal lives by day. They are notable in that&ndashunlike other gaki or rakshasa (&ldquohungry ghosts&rdquo), and ghosts in general&ndashthey are an endangered species, if one can use such a term in this context.

Dive into some of the strangest tales ever told! Buy Handbook of Japanese Mythology at Amazon.com!

Origin: Indonesian mythology
Also known as: Kuntilanak, Matianak, or Boentianak

The Pontianak are the spirits of ladies who died during child-birth, and became undead. Pontianak are said to scare people (mostly men), and then rip out their internal organs for feeding with their claws. In the case of men that the Pontianak knew when they were alive (who abused, or otherwise betrayed them), they are said to remove the man&rsquos genitalia with their bare hands (Ouch!!). They are much like vampires however, they do what they do more out of vengeance, rather then necessity or sustenance. It&rsquos also hard to judge just how far away from you they are usually, a loud cry means the Pontianak is far away, whereas a soft cry signifies that the Pontianak is nearby. It is also said that a faint floral fragrance is detected upon first seeing it, however, the fragrance changes to something rotten after a short period of time. Pontianak are believed to live in banana trees, a possible phallic-/fertility-reference.

Origin: Slavic mythology
Also known as: Pscipolnista, Poludnica, Polednice

&ldquoLady Midday&rdquo is certainly a unique female demon. She is said to pose tough questions and make conversation with laborers working in the fields during the hottest part of the day in summertime. Any incorrect answer or unprompted subject change results in a beheading, either with a scythe, or a pair of shears. &ldquoLady&rdquo is also the personification of heat-stroke, and can also give people insanity or heat-sickness, in lieu of decapitation. Her description varies between a 12 year old girl, an old woman, or a generally beautiful woman.

Origin: Sumerian and Mesopotamian mythology
Also known as: Dimme

Lamashtu is a heinous, terrifying, demoness. She is said to menace women throughout and after the end of their pregnancies. She is routinely said to kidnap infants while they&rsquore breastfeeding she would suck their blood, and chew on their bones. Add to that the fact that her other hobbies included: Infesting rivers and lakes, killing crops and other plants, sucking the blood of men, creating sleep-disturbances, spreading diseases and illnesses, and bringing nightmares. And, unlike most demons from Mesopotamian mythology, she didn&rsquot answer to anyone not any god, or man, or any part of any divine hierarchy. So evil was Lamashtu, that pregnant women and their loved ones would routinely summon the demon, Pazuzu, to protect them. For the uninitiated, Pazuzu was the demon made famous by the, &ldquoThe Exorcist&rdquo movies! Allegedly, Pazuzu and Lamashtu were fierce rivals, who would attack each other at any chance. While Pazuzu was known for bringing famines and droughts, soon-to-be-mothers were so afraid of Lamashtu, that they were willing to take the risk! That means that, yes, Linda Blair&rsquos performance in &ldquoThe Exorcist&rdquo was nothing compared to the wrath of Lamashtu! Lamashtu is usually described as a &ldquomythological hybrid&rdquo, with the head of a lioness, the teeth and ears of a donkey, the feet of a bird (complete with sharp talons), as well as a hairy body, and long, sharp fingers and fingernails. She is usually depicted nursing a dog and a pig and holding snakes, while standing or kneeling on a donkey! Subtle, isn&rsquot it?


A brief look at the intertwined history of snakes and people

The serpent is one of the most prolific and ambiguous symbols of humankind, with its vast history in art, mythology and religious iconography, it has found its way into every culture. Some feared the snake, worshipped it and even handled it in religious ceremonies as a test of faith. Fascination with the snake has been around since the dawn of time and continues to mystify, captivate and intrigue. Regardless of whether or not snakes featured prominently in the daily lives of some societies, it’s symbolic relevance prevailed. The Hebrew word ‘nahash’ is used to identify the serpent that appears in Genesis 3:1, in the Garden of Eden. In Genesis, the serpent is portrayed as a deceptive creature that promotes that which is forbidden.

In Greek mythology, the iconic Gorgon Medusa, was depicted as a female with living venomous snakes in place of hair, those who met her gaze would be turned to stone.

This article provides a brief introduction to some of the most notable examples of the serpent image and symbolic meaning throughout history.

In Aboriginal mythology, the Rainbow Serpent is an immortal being that is popularly represented in Australian Aboriginal art. The correlation of the snake and rainbow is said to represent the seasons and importance of water, when a rainbow appears in the sky, it is said to be the rainbow snake travelling from one source of water to another. It is best known in Arnhem Land, featuring heavily in philosophy as a protector of land and people, both a giver of life and peace with regenerative powers, and a destructive force when not respected. It is affiliated with ceremonies relating to fertility due to its life-giving powers and control of rainfall.

It is portrayed as a creature with different animal aspects and it is now thought that the prototype or model for these paintings would have been inspired by the Ribboned Pipefish and not from kangaroos or crocodiles as first thought.

Fig 1. Aboriginal Rainbow Serpent cave painting, Australia.

The Mexican Aztec serpent is associated with several different Gods and appears throughout the religious iconography of Mesoamerica, symbolising transformation, renewal and healing. As many species of snake are able to move from earth, water and forest canopy, it is said to represent their symbolic role between the underworld, earth and sky. Kukulkan, the Feathered Serpent was one of the most important gods in Mesoamerica, the Aztecs called him Quetzalcoatl and the ancient Maya referred to him as Kukulkan. He was regarded as the god of winds and rain and as the creator of the world and mankind.

Fig 2. Feathered Serpent Image at the Temple of Quetzalcoatl at Teotihuacan

‘Snake Goddess’ is a strikingly evocative figurine that was discovered in a Minoan archaeological site in Crete, depicting a woman holding a snake in each hand. Representing her role as a bridge between worlds, spiritual wisdom and transformation powers. The Minoans had a deep love and respect for nature and were a highly creative, peace loving society. The serpent is often symbolically associated with the renewal of life and immortality as it sheds its skin periodically. A similar belief can be found in the ancient Mesopotamians and Semites, and Hindi mythology. Typically found in Hinduism and Buddhism, Naga is the Sanskrit/Pali word meaning deity, which takes the form of a large snake. Esoterically representing death, mortality and rebirth.

In Norse mythology, Jormungandr, meaning ‘huge monster’ also known as the Midgard serpent, is an enormous sea serpent that lives in the ocean surrounding Midgard. He is one of the three sons of Loki and the giantess Angrboda. The legend tells of two battles that took place between Thor and Jormungandr. Continental Germans are said to have attributed earthquakes to his powerful ferocious movements. Viking longships often featured the head of a snake designed dually to provoke fear and simultaneously provide protection.

Fig 3. Thor battering the Midgard Serpent (1790) by Henry Fuseli

One of the most prominent tales in Chinese folklore, the legend of the white snake, which focuses on a local pharmacist who is said to have fallen in love with a young snake spirit disguised as a young woman. The spirit had been living for thousands of years on a mountain along with her sister friend, a green snake of lesser power. Through mediation and her quest for enlightenment, she harnessed the power to transform herself into human form. She comes down from the mountain to spend a day on earth and meets Xu Xian, the pharmacist, on her visit to the West Lake. They have a swift romance and marry. However, this displeases a Buddhist monk, Fahai, said to be a reincarnated vengeful tortoise, who disapproves strongly of anyone who marries a member of a different species. Eventually the couple separate. The snake spirit ends up trapped under a pagoda near the West Lake as a punishment. Some versions of the tale state that she is later released by her son, whose father is her human husband, and the family is reunited at last. Variations of this tale have influenced everything from sculpture, porcelain, woodcarvings and paintings. It has also become a popular Chinese television series and inspired several operas.

Fig 4 Tale of the White Snake by Ye Qianyu, 1977.

During the time of the Roman Empire, Glycon was a snake god that gained a large cult following. It is associated with the Greek prophet Alexander of Abonutichus, who is said to have brought the god to his town Abonutichus in Paphlagonia and built a temple. He protected his followers with a magical spell to repel the plague of the late 160’s. The snake is depicted with a human head and several artefacts relating to it, such as coins, statuettes and inscriptions have been discovered.

Fig 5 Statue of Glycon from the National History and Archaeology Museum, Romania (late 2nd Century)

During Ancient Egyptian times, the snake was used in mythology as a symbol of royalty, sovereignty and divine authority and often depicted in art as an upright cobra named Uraeus (from the Greek meaning ‘on its tail’.) This was an early symbol for the goddess Wadjet. Pharaohs adorned head dresses with Uraeus to convey the legitimacy of their rule. The Caduceus was a traditional symbol of one of the Olympian Gods, Hermes. This featured two snakes entwined around a staff representing the Rod of Asclepius. This symbol was adopted by the US medical corps leading to the serpent being adopted as a medical symbol seen in modern day pharmaceutical iconography.

Fig 6 Caduceus Staff illustrated by JaymeC

Ouroboras was also an Egyptian symbol, the iconic snake eating its own tail, representing infinity and wholeness, it is strongly associated with alchemy and remains a popular inspiration for jewellery design and body art symbolising the universe and self-sufficiency.

Fig 7 A 1478 drawing by Theodorus Pelecanos

The Celtic people’s symbolisms and traditions gave them a connection with their ancestors, nature and spiritualism. Snakes also symbolise the notion of rebirth and wisdom and are popularly displayed as part of Celtic knots. The snake is one of many nature themed symbols which were displayed by pagan religions. The Celtic knot can be seen as a never-ending serpent, representing eternity. There were many stories thought to be lost, relating to Corra, the serpent goddess of Ireland and Scotland. However, St Patrick is popularly believed to have killed her and driven the snakes from Ireland. Its mythology symbolises the triumph over old religion and the druids by Christianity.

Fig 8 The Endless-Knot, A carving at Dean Cemetery, Edinburgh

There are countless beautiful renowned paintings and sculptures representing the snake throughout history, such as the examples shown below, which are some of my personal favourites.

Fig 9 the painting of the Jewish mythological figure, Lilith, 1887 John Collier Fig 10 Cleopatra, by Andrea Solari Fig 11 Medusa is a c.1618 painting by the Flemish painter Peter Paul Rubens, showing the severed head of Medusa. Fig 12 The artist and activist Ai Weiwei created a 55 foot long snake using 360 backpacks that he found at the Sichuan earthquake site in 2008. They belonged to the children who perished as a result of poor building. Fig 13 My own art creation, featuring my Cornsnake, Rainbow, named after the Aboriginal Rainbow serpent, in the style of Van Gough.

At various times throughout history, the complex and profound serpent symbol has represented immortality and death, male and female, god and demon, killer and healer. It remains the most frequently used animal portrayed in art, this highly symbolic creature,with its captivating movement, venom and unyielding grip, continues to attract fear, disgust, and wonder.

Les références

The Book of Snakes, Mark O’Shea, The Ivy Press

Ancient Mexico in the British Museum, London, The British Museum Press, 1994

Tradition Today: Indigenous Art in Australia, The Art Gallery of New South Wales, 2014

Egyptian Art, Bill Manley, Thames and Hudson Ltd, 2017

Symbolism and Allegories in Art, Matilde Battistini, Getty Publications, 2006

Greek and Roman Myths: A Guide to the Classical Stories, Philip Matyszak, Thames and Hudson Ltd, 2010

Chinese Mythology, Matt Clayton, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2018


Snake Myths and Facts

Myth: Rat Snakes are poisonous.
Fact: Rat snakes are Non-poisonous, rodent-eating Reptiles.

Myth: Rat Snakes mate with cobras.
Fact: Rat Snakes or any other snakes will not mate with any snake out of its own species. Cobras eat other snakes so a mating between a Cobra and a Rat snake is not possible.

Myth: Snakes drink Milk.
Fact: Snakes drink water and do not drink milk, neither can they digest it properly. They are reptiles and have no association with milk, only mammals who have mammary glands can produce milk and thus a liking for milk in non-mammals is unlikely. But in a crises when severely dehydrated, a snake might drink any liquid available.

Myth: Some Snakes grow a beard as they get older.
Fact: Snakes are reptiles and do not have any hair on their bodies let alone a beard. It is impossible for them to have beards for their bodies do not have any ability of growing hair.

Myth: Snakes carry a diamond in their forehead.
Fact: It is impossible for a Snake to carry anything in its head. The mythological status attached with a Snake in India is probably responsible for this myth.

Myth: Snakes remember you if you hurt them.
Fact: Snakes are not vengeful animals and do not have the necessary intelligence to remember people or places for getting revenge. Hindi Movies (Bollywood) have a lot to do with the creation of this myth.

Myth: If one Snake is killed its partner will trace you (no matter wherever you are).
Fact: Snakes are not vengeful animals and are not interested in chasing or tracing people who hurt them. They do not have the necessary memory and intellect to remember people to trace them back. Neither do snakes have a feeling of camaraderie nor do snakes pair for life. Once again Bollywood is responsible for this myth.

Myth: Flying Snakes can pierce somebody’s forehead or put out their eyes.
Fact: A Flying Snake does not actually fly but only glides through the air by extending its ribs and pulling in the underside. It can glide a distance of 330 feet or 100 metre. It has an elongated head, which gives the scary feeling that it can pierce a person’s head or eyes.

Myth: Snakes found in India can spit venom.
Fact: No Snake found in India can spit venom. Only Spitting-Cobras can spit venom and they are not found in India.

Myth: There are “Two- headed†snakes.
Fact: The Snake-charmers spread the myth about the Two-headed Snakes only to maintain the mythological status of the snakes in India so they can continue attracting large crowds to their Snake shows. In reality nothing like a Two-headed Snake exists.


9 Superheroes from Norse and Greek Mythology

There are creatures of all sorts in the Marvel Universe. Apart from human on the earth, there are various alien races and even paranormal creatures similar to venom symbionts in this universe. Certainly, there are also many powerful deities in the Marvel Universe. Some of them are gods from mythologies, such as the most familiar superhero Thor, who is the god associated with thunder, agriculture and war in Norse Mythology. Do you know any other Marvel characters who are deities from mythologies? First of all, let’s take a look below.

Thor is a superhero in the Marvel comics who first appeared in the book Journey into Mystery. As the son of Odin and Jord, Thor Odinson was born in a Norwegian cave. He was later brought back to Asgard, raised together with Loki, the son of jötunn Laufey, and finally entitled to use the powerful hammer, Mjölnir. He is also the guardian and heir of Asgard.

Due to his increasing arrogance, Odin exiled he to the earth so that he could learn humility in human world. He lived in the human world as Dr. Donald Blake without the memory of Thor.

Afterwards, he fell into a mountain creek on a trip to Norway. There he happened to find a wooden cane which became the Mjölnir after hitting the ground. From then on, Thor restored his status and power, and became a superhero protecting the earth. Thor’s enemy Loki, the natural son of jötunns and adopted son of Odin, also appeared soon after and began to oppose Thor. Loki once tried to play off Hulk again Thor, but only leading to the solidarity between Thor, Iron Man, Hulk, Wasp and Ant-Man, as well as the founding of a superhero group – The Avengers.

Odin Borrson is a character in Marvel comics who first appeared in the book Journey into Mystery. His prototype is the same-name lord god in Norse mythology. He is the natural father of Thor and adoptive father of Loki. Gungnir is his main weapon and symbol of power (although as a former avenger he used the Mjölnir one million years ago). He has a family feud with the jötnar.

Odin was portrayed by Anthony Hopkins in the 2011 film Thor, 2013 film Thor: The Dark World and 2017 film Thor: Ragnarok. The flashback in the third film indicates that Odin locked Hela away when she turned dangerous. After that, Thor and Loki found Odin in Norway where Odin revealed his imminent death, and Hela would be set free as a result.

In N orse mythology, Loki is the god associated with trick and lie, and also the foster-brother of lord god Odin. As one of the most important deities in the Norse mythology , Loki played a key role in the Ragnarok. In Marvel Universe, instead of Odin‘s foster-brother, Loki is adopted son of Odin and foster-brother of Thor. Similar to the Loki in Norse mythology, the Loki in Marvel Universe is also an excellent shape-shifter and magician who appears in many shapes. In the film Thor: Ragnarok , Thor mentioned that Loki once appeared as a snake to deceive him.

The Loki in Norse mythology is the god associated with fire and trick. His natural parents were both jötnar, while he was adopted by lord god Odin and raised together with Thor after the war between Asgardian deities and jötnar. He had been salivating over the throne of lord god, therefore he turned an enemy of Thor and his avenger friends.

Heimdall

Heimdall is the god of light and dawn, and a quite mysterious deity in Norse mythology. He has an alias Rig, while he is the god of guardian and doorkeeper in Norse mythology, and one of the twelve deities in Asgard. As brother of Sif, Heimdall is the gardian of Asgard who can see and hear everything.

He stands on the Bifröst bridge in observation of any possible attack. Also, as the guardian of Asgard, he defends the gate of this realm from any intruders, and is one of the most trusted servants of Odin. In the 2015 film Avengers: Age of Ultron, Heimdall was portrayed by Idris Alba. But he did not appear in any scenes but only in Thor’s illusion. In the 2018 film Avengers: Infinity War, Heimdall was still portrayed by Idris Alba.

In the beginning of the film, Heimdall activated the Bifröst bridge to send Hulk back to earth with his last strength. Soon after he was killed by Thanos with Corvus Glaive’s spear.

Hela is the queen of a realm of the same name. She is the youngest child of Loki, and sister of Fenrir et Jörmungandr. In Marvel Universe, Hela is no longer Loki’s daughter, but the first child of Odin and Thor’s elder sister. Fenrir, who is Hela’s elder brother in Norse mythology, becomes her ride. Despite being Thor’s elder sister, Hela is one of Thor’s enemies. And Hela is very powerful, even Thor cannot defeat her.

Surtur

Surtur is a supervillain in Marvel comics based on the fire giant Surtr from Norse mythology. Surtur is a key character during the Ragnarök, and the ruler of Muspelheim who possesses the giant sword Twilight. He once had a war with Odin, but Odin succeeded in preventing Surtur’s invasion after his brothers Vili and Vé sacrificed their lives. Surtur restored the cracked Mjöllnir after dealing with Sól with the condition of opening the road to Vanaheimr.

In the 2017 film Thor: Ragnarok, Surtur had Thor imprisoned in his lair in Muspelheim, and revealed that Odin was not on Asgard where he planned to unite his crown with the Eternal Flame to cause Ragnarök. Thor managed to defeat Surtur and captured his crown. After escaping from Surtur’s lair, he put Surtur’s crown in the vault in Asgard. Afterwards, during the battle between Hela and Asgard, Thor had an illusion of reviving Surtur by putting his crown in the Eternal Flame, because this was the only way to defeat Hela.

After Surtur was reborn, he caused Ragnarök by destroying Asgard, and thus defeated Hela. During this disaster, Thor and the surviving Asgardians fled to earth in spaceships.

Ares is the god of war in grec mythology, one of the Twelve Olympians, and the son of Zeus and Hera. In Marvel comics, there is also an Ares based on the Ares in Greek mythology. This Ares is also an avenger, however, it is not the Avengers, but the Dark Avengers. As a god, Ares is nearly immortal and also a top fighter in close combat. He is a powerful god, it is neck and neck between him and Thor.

Heracles

Heracles is the greatest hero and the god of strength in Greek mythology. As indicated by his status, Heracles is of both extraordinary bravery and exceptional strength. Similar to Hulk of the Avengers, Heracles has super strength and greatly developed muscles, which enable him to jump or step over a very long distance. The difference between him and Hulk is, Hulk is usually invloved in close combat, while Heracles prefers to use his club althrough he is also good at hand-to-hand fighting. Heracles is an intimate friend of Thor.

Khonsu

Khonsu is the Ancient égyptien god of the moon, light and night. His name means “traveller”, but he also has the titles of “Embracer”, “Pathfinder”, and “Defender”. Khonsu also exists in Marvel Universe with the name Khonshu. The readers of Marvel comics might know a little bit about the superhero Moon Knight. Marc Spector was a mercenary gravely injuried by his client during the mission. Before he took his last breath, the statue beside him turned into the Egyptian moon-god Khonsu and brought him back to life. Since then Marc had been the proxy of Khonsu and the superhero Moon Knight.

What we discuss above are the deities derived from mythologies in Marvel Universe. Among them, the Asgardian gods are deities in Norse mythology, for example, Odin is the lord god and heimdall is the guardian god. Do you have some more to share with us?


Medusa

Medusa was one of three sisters born to Phorcys and Ceto known as the Gorgons. According to Hesiod's Theogony, the Gorgons were the sisters of the Graiai and lived in the utmost place towards the night by the Hesperides beyond Oceanus. Later authors such as Herodotus and Pausanias place the Gorgons' abode in Libya. The Gorgon sisters were Sthenno, Euryale, and Medusa Medusa was mortal while her sisters were immortal.

Beyond the Gorgon's birth, there is little mention of the Gorgons as a group, but Medusa has several myths about her life and death. The most famous of these myths concern her death and demise. In Hesiod's Theogony, he recounts how Perseus cut off the head of Medusa and from her blood sprang Chrysaor and Pegasus, Chrysaor being a golden giant and Pegasus the famous white winged-horse.

Advertisement

Perseus & Medusa

The myth of Perseus and Medusa, according to Pindar and Apollodorus, started with a quest. Perseus was the son of Danae and Zeus, who came to Danae in the form of a golden spring. It was foretold to Danae's father, Acrisius the King of Argos, that Danae's son would kill him. So Acrisius locked his daughter away in a bronze chamber, but Zeus transformed into a shower of gold and impregnated her anyway. Acrisius, not wanting to provoke Zeus, hurled his daughter and grandson in a wooden chest into the sea. The mother and son were rescued by Dictys on the island of Seriphos. It was Dictys who raised Perseus to manhood, but it was Dictys' brother Polydectes, the king, who would send him on a life-threatening quest.

Polydectes fell in love with Perseus' mother and wished to marry her but Perseus was protective of his mother since he believed Polydectes to be dishonorable. Polydectes contrived to trick Perseus he held a large banquet under the pretense of collecting contributions for the marriage of Hippodamia, who tamed horses. He requested that his guests bring horses for their gifts but Perseus did not have one. When Perseus confessed that he had no gift, he offered any gift the king would name. Polydectes seized his opportunity to disgrace and even get rid of Perseus and asked for the head of the only mortal Gorgon: Medusa.

Advertisement

Medusa was a formidable foe, since her hideous appearance was able to render any onlooker into stone. In some variations of the myth, Medusa was born a monster like her sisters, described as girded with serpents, vibrating tongues, gnashing their teeth, having wings, brazen claws, and enormous teeth. In later myths (mainly in Ovid) Medusa was the only Gorgon to possess snake locks, because they were a punishment from Athena. Accordingly, Ovid relates that the once beautiful mortal was punished by Athena with a hideous appearance and loathsome snakes for hair for having been raped in Athena's temple by Poseidon.

Perseus, with the aid of divine gifts, found the Gorgons' cave and slayed Medusa by beheading her. Most authors assert that Perseus was able to behead Medusa with a reflective bronze shield that Athena gave to him while the Gorgon slept. At the beheading of Medusa, Pegasus and Chrysaor (Poseidon's and her children) sprang from her severed neck. Simultaneously with the birth of these children, Medusa's sisters Euryale and Sthenno pursued Perseus. However, the gift bestowed upon him by Hades, the helmet of darkness, granted him invisibility. It is unclear if Perseus took Pegasus with him on his following adventures or if he continued to utilize the winged sandals Hermes gave him. Pegasus' adventures with both the hero Perseus and Bellerophon are classic tales from Greek mythology.

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Perseus now flew (either by Pegasus or winged sandals) with Medusa's head safely bagged, ever potent with its stony gaze. Perseus, on his journey home, stopped at Ethiopia where the kingdom of King Cepheus and Queen Cassiopeia was being tormented by Poseidon's sea monster, Cetus. Poseidon's vengeance was being exacted on the kingdom for Cassiopeia's hubristic claim that her daughter, Andromeda, (or she herself) was equal in beauty to the Nereids. Perseus slew the beast and won Andromeda's hand. Andromeda was already betrothed, though, which caused a contestation to break out, resulting in Perseus using Medusa's head to turn her previous betrothed to stone.

Before his return to his home of Seriphos, Perseus met the titan Altas, who he turned to stone with Medusa's head after some quarrelsome words, thus creating the Atlas Mountains of North Africa. Also during the journey home, Medusa's head spilled some blood on the earth which formed into Libyan vipers that killed the Argonaut Mospos.

Advertisement

Perseus returned home to his mother, safe from King Polydectes' advances, but Perseus was infuriated with Polydectes' trickery. Perseus avenged himself by turning Polydectes and his court to stone with Medusa's head. He, then, gave the kingdom to Dictys. After Perseus was finished with the Gorgon's head, he gave it to Athena, who adorned her shield and breastplate with it.

Etymology

The word Gorgon derives from the ancient Greek word "γοργός" meaning "fierce, terrible and grim." The Gorgons' names each have a particular meaning that helps to further describe their monstrousness. Sthenno from the ancient Greek "Σθεννω", is translated as "strength, might, or force," since it is related to the Greek word: σθένος. Euryale is from the ancient Greek "Ευρυαλη" meaning "broad, wide-stepping, wide threshing" however her name may also mean "of the wide briny sea." This would be an appropriate name since she is the daughter of ancient sea deities, Phorcys and Ceto. Medusa's name comes from the ancient Greek verb "μέδω" which is translated as "to guard or protect." Medusa's name is extremely fitting as it is synonymous with what a Gorgon's head became representative of on Athena's shield.

Representations in Art

The Gorgon image appears in several pieces of art and architectural structures including the pediments of the Temple of Artemis (c. 580 BCE) in Corcyra (Corfu), the mid-6th century BCE, larger-than-life marble statue (that is now in the archaeological museum of Paros) and the celebrated cup by Douris. The Gorgon became a popular shield design in antiquity along with being an apotropaic (warding off evil) device. The goddess Athena and Zeus were often portrayed with a shield (or aegis) depicting the head of a Gorgon, who is typically believed to be Medusa.

Advertisement

There are also several archaeological examples of the Gorgon's face being used on breastplates, in mosaics and even as bronze end pieces on ship beams in the Roman period. Perhaps the most famous example of Medusa in art in antiquity was the Athena Parthenos statue from the Parthenon which was made by Phidias and described by Pausanias. This statue of Athena depicts a Gorgon's face on the goddess' breastplate. In Greek mythology there is, also, Hesiod's description of Hercules' shield which describes the events of Perseus and Medusa.


Voir la vidéo: Les anges les plus puissants