Clonmacnoise

Clonmacnoise

La « Cité perdue » de Clonmacnoise dans le comté d'Offaly pourrait être décrite comme la première véritable ville d'Irlande, fondée au 6ème siècle par St Ciaran.

Histoire de Clonmacnoise

St Ciaran a établi Clonmacnoise en 544, à l'ancien carrefour de l'Irlande à la jonction de la rivière Shannon et de l'Eiscir Riada. Avec Diarmait Uí Cerbaill , il a construit une simple église en bois sur le site - à sa mort, à peine 5 ans plus tard, il y aurait été enterré. Aujourd'hui, un oratoire de pierre se dresse sur place. Diarmait allait devenir plus tard le premier chrétien couronné haut roi d'Irlande. St Columba était également censé avoir visité Clonmacnoise.

Les épidémies de peste se sont avérées être un problème continu sur le site et ont fortement contribué à la fluctuation de la population de la ville. Cependant, il y a eu une période de grande croissance entre le VIIIe et le XIIe siècle : des structures en pierre durables ont commencé à être érigées, et les artisans et artisans sur place ont créé des ouvrages en métal et en pierre magnifiquement travaillés et ornés, que beaucoup considèrent comme l'un des plus impressionnants créés dans ce période en Irlande. De même, c'était un site monastique, qui allait de pair avec l'éducation : les gens affluaient pour apprendre et étudier à Clonmacnoise.

Alors que les Vikings attaquaient à plusieurs reprises l'Irlande et que les Normands envahissaient, Clonmacnoise a décliné et la ville d'Athlone s'est développée - la migration a entraîné une forte baisse de la population, et finalement Clonmacnoise a été pratiquement abandonnée. Les vestiges de la ville ont été pillés par les Anglais au milieu du XVIe siècle, et elle a été laissée en ruines.

Clonmacnoise aujourd'hui

Les ruines de la ville sont encore très visibles aujourd'hui, et il faut environ une bonne heure pour les explorer à pied. Le site est bien géré et géré par Heritage Ireland (OPW), avec de remarquables croix de pierre du Xe siècle encore exposées. Certains ont été déplacés dans le centre d'accueil chic sur place pour mieux les protéger des éléments. Apportez des chaussures décentes et éventuellement des imperméables pour le temps à l'extérieur - le site est assez exposé. Le Shannon passe toujours à proximité.

Le centre d'accueil vaut bien une heure de plus : il est extrêmement instructif, localisant Clonmacnoise dans l'histoire irlandaise et européenne au début, et décrivant son ascension et sa chute. Les objets excavés sont affichés ici, et il y a aussi une présentation audiovisuelle datée.

Se rendre à Clonmacnoise

Clonmacnoise est situé juste à côté de la R444, à environ 20 km à l'est de Ballinasloe. Les transports en commun sont rares dans cette partie du monde : à moins que vous ne prévoyiez de faire de l'auto-stop, vous devrez venir en visite organisée ici depuis Dublin, Galway ou Athlone si vous n'avez pas votre propre voiture. Sinon, il est possible de prendre un taxi depuis Athlone ou Ballinasloe si vous prenez le train ou l'autocar depuis Dublin.


Clonmacnoise - Histoire

Salut irlandais gh croix

Le monastère de Clonmacnoise, Co Offaly, a été fondé au 6ème siècle par St Ciaran, l'un des douze apôtres d'Irlande qui a étudié sous St. Finian à la célèbre abbaye de Clonard. L'emplacement stratégique du monastère à un carrefour entre la principale route terrestre est-ouest à travers les tourbières du centre de l'Irlande et le fleuve Shannon, l'a aidé à devenir un centre majeur de religion, d'apprentissage, d'artisanat et de commerce au 9ème siècle. De nombreux manuscrits célèbres ont été écrits ici, y compris le Livre de Dun Cow écrit au 12ème siècle.

Parmi les nombreux vestiges de Clonmacnois se trouvent deux Hautes Croix complètes plus le fût d'une autre. La plus célèbre, la Croix des Écritures, également connue sous le nom de Croix du Roi Flann, est la pièce maîtresse du nouveau centre d'interprétation. Les croix ont été déplacées de leurs positions d'origine en 1991 dans le nouveau centre et de superbes répliques ont été placées à l'extérieur dans les positions d'origine. Sur la photo de droite, la face ouest de la Croix des Écritures. Montré du panneau inférieur vers le haut : Soldats gardant le tombeau du Christ, l'arrestation du Christ, la Flagellation et au centre de l'anneau la Crucifixion. Cette croix est décorée de sculptures figurées sur les quatre côtés. La Croix des Écritures a été mentionnée deux fois dans les annales des Quatre Maîtres, d'abord en 957 et plus tard en 1060. Au centre de la tête sur la face Est se trouve le Jugement Dernier, et au sommet de l'arbre Est se trouve un panneau montrant Christ avec Pierre et Paul. Au-dessous de ce panneau se trouvent deux autres panneaux portant une iconographie qui sont encore ouverts à l'interprétation. Sur la base se trouvent trois cavaliers tournés vers la gauche et deux chars tournés vers la droite. Au bas du fût se trouve une inscription devenue presque impossible à voir : OR DO COLMAN DORRO . CROSSA AR RIG FL.ND, une prière pour Colman qui fit ériger la croix sur le roi Flann.

Croix des Écritures, originale à gauche.

La croix sud face est originale, réplique face ouest à droite

La croix du sud est très similaire aux croix ornementales d'Ahenny et aux croix de pierre d'Iona en Écosse, en ce sens qu'elle est également une représentation skeuomorphe d'une croix en bois. Les bossages en relief représentent les montants qui auraient maintenu les croix de bois ensemble, avec la moulure hachurée le long des bords représentant les plaques de métal enveloppant le bois. La croix porte une scène de crucifixion sur le côté ouest du puits, qui marquerait une transition vers les croix scripturaires. Du côté est du puits se trouve un panneau avec une vigne et des oiseaux. La base à trois degrés de la croix représente le Rocher du Golgotha ​​et porte de nombreuses gravures usées. Le côté sud a une iconographie dans le panneau de gauche montrant la chute de l'homme. Bien que le côté ouest de la base soit très usé, on distingue un cortège de cavaliers.

Sur la photo de droite, la Croix du Nord dont il a été suggéré qu'elle est la plus ancienne des croix de Clonmacnoise. La face ouest est recouverte d'entrelacs. La face sud porte une figure aux jambes croisées dans le deuxième panneau à partir du bas, illustré à l'extrême droite, et un lion dans le panneau supérieur.

Il y a un grand nombre de dalles en croix exposées dans le centre d'accueil, dont quelques-unes sont présentées ci-dessous.

CLMAC/013 inscription=OROIT AR THURCAIN LASAN DERNAD À CHROSSA

CLMAC/108 inscription=OROIT DO ODRAN HAU EOLAIS

CLMAC/142 inscription=OROIT DO MAELMHÍCHÍL

CLMAC/253 inscription=OROIT DO THU ATHAL SAER

Situé : dans le comté d'Offaly, sur les rives orientales de la rivière Shannon, à 11,5 kilomètres au sud d'Athlone.


Le Pattern Day à Clonmacnoise

Le complexe ecclésiastique de Clonmacnoise est vraiment un endroit étonnant. Fondé par St Ciarán en 545, le site s'est développé en un vaste complexe ecclésiastique et est devenu l'une des grandes puissances de l'église médiévale d'Irlande.

J'ai visité Clonmacnoise à plusieurs reprises et chaque fois que je passe des heures à me promener, il y a vraiment tellement de choses à voir ici.

Plan du complexe ecclésiastique de Clonmacnoise

Cette visite a coïncidé avec les célébrations du Pattern Day de la fête de St Ciarán le 9 septembre. Clonmacnoise est l'un des très rares sites ecclésiastiques irlandais à avoir une tradition ininterrompue de pèlerinage qui s'étend du 6ème/7ème siècle aux temps modernes. L'histoire du pèlerinage du début à la fin de la période médiévale et du début de la période moderne est très intéressante et complexe et il est préférable de la discuter plus en détail dans un autre article de blog.

Selon le Centre du patrimoine de Clonmacnoise, il y a deux jours spéciaux de dévotion ici à Clonmacnoise. L'Église d'Irlande organise un service en plein air le dernier dimanche de juillet auquel j'espère assister l'année prochaine, tandis que le Pattern Day annuel de St Ciarán a lieu le troisième dimanche de septembre, ou si possible célébré le 9 Septembre (fête de la St Ciarán) comme c'était hier.

Les pèlerins commencent à arriver pour le Pattern day

Les célébrations du Pattern ont commencé vers 15 heures. A partir d'environ 14h30, les gens ont commencé à entrer dans le complexe ecclésiastique principal en petits groupes et avant le début des célébrations principales, il devait y avoir bien plus de 100 à 150 personnes présentes. Un homme de la région à qui j'ai parlé a également déclaré qu'encore plus de personnes seraient normalement présentes, mais la finale All Ireland entre Kilkenny et Galway en avait éloigné beaucoup.

Contrairement au pèlerinage que j'ai documenté plus tôt cette année à St Mullins, les pèlerins étaient dispersés autour du site. Un grand groupe de personnes était assis sur des chaises devant l'oratoire en plein air, qui a été construit pour la visite du pape Jean-Paul II en 1979,

Pèlerins assis devant l'oratoire en plein air

le reste des pèlerins était dispersé parmi les pierres tombales et les ruines d'autres églises du site.

Pèlerins éparpillés autour des ruines des églises

Comme le Pattern à St Mullins, il y a aussi un élément social à cette occasion, c'est le moment pour les gens de se rattraper et de discuter, c'est aussi un moment pour les gens de se souvenir de ceux qui sont morts. Beaucoup de personnes qui ont assisté au modèle visitent également les tombes d'êtres chers enterrés dans le complexe principal et le cimetière moderne à côté. La visite des tombes a lieu avant et après la messe du Jour du Modèle.

Au cours du XIXe siècle et jusqu'à une époque récente, le puits de St Ciarán, situé à une courte distance sur la route de Shannonbridge, était un élément central du Pattern Day. Selon une dame à qui j'ai parlé aussi, la messe et les stations ici sont maintenant le principal centre d'intérêt des pèlerins, mais certaines personnes visitent encore le puits lors de la fête des saints avant ou après la messe.

Clonmacnoise fait partie du diocèse catholique d'Ardagh et de Clonmacnoise. St Ciarán est l'un des saints patrons de ce diocèse. Le pèlerinage est une partie importante du calendrier diocésain, à tel point que l'évêque de Colm O’Reilly a officié à la messe, aidé de 11 prêtres.

Le pèlerinage a commencé par la procession de la « croix de pèlerinage » (une croix de procession) autour du complexe monastique pendant que le chapelet était récité.

Pilgrim Cross transporté en procession jusqu'à la première station

Les habitants ont été invités à se joindre à la procession, mais la plupart ont préféré prier là où ils étaient et seul un petit groupe de personnes s'est joint à la procession. La première station a commencé au petit oratoire connu sous le nom de Temple Ciarán, le lieu de sépulture traditionnel de St Ciarán.

La première gare de Tempel Ciarán

La Croix du Pèlerin s'est ensuite déplacée vers la deuxième station au sommet de l'enceinte parmi les pierres tombales.

La deuxième station parmi les pierres tombales

La croix a ensuite été transportée jusqu'à la troisième station à la Croix des Écritures en face de l'église cathédrale.

La troisième station à la Croix des Écritures

La Croix du Pèlerin est ensuite passée à la quatrième station, à la Tour Ronde.

La quatrième station de la Tour Ronde

La Croix du pèlerin a ensuite été amenée en procession jusqu'au Temple Connor, la cinquième station. C'est la seule église de Clonmacnoise encore utilisée, construite en 1010 par Cathal O’Conor, elle a été utilisée comme lieu de culte par l'Église d'Irlande depuis le XVIIIe siècle et des services y sont toujours célébrés.

Procession devant Temple Connor, la cinquième station

Les stations se terminaient par la récitation par l'évêque d'une litanie des saints d'Irlande. La messe a commencé et juste au moment où le sermon était prononcé par le père Liam Hickey PP de la paroisse St Ciaran de Hartstown, Dublin, originaire de cette région, le ciel s'est ouvert et la Clonmacnoise est devenue une très jolie mer de parapluies colorés.

Les parapluies sortent avec la pluie

Aussi vite qu'elle a commencé, la pluie s'est dissipée. Alors que la messe continuait, quelques touristes curieux regardaient prendre des photos, se demandant peut-être ce qui se passait.

Mgr O’Reilly donnant la communion aux pèlerins

En regardant autour de la Clonmacnoise, j'ai vraiment eu l'impression que le site était transformé d'un musée en un lieu de vie appartenant à la communauté. Il y avait aussi un vrai sens de l'histoire et de la tradition, les pèlerins dispersés autour du site suivaient les mêmes traditions séculaires de leurs ancêtres, arrivant ici pour célébrer la St Ciarán tout comme leurs parents et grands-parents l'avaient fait avant eux et leurs parents avant eux etc. Comme je le discuterai dans un autre article sur Clonmacnoise, les rituels de pèlerinage ont changé au cours des siècles, mais l'acte central du pèlerinage, la communauté qui se rassemble en l'honneur de leur saint le jour de sa fête est inchangé et je me sens vraiment chanceux d'avoir été ici pour faire l'expérience cette.


Clonmacnoise (Irlande)

Au début d'une nouvelle année, nous aimons souvent lire sur des lieux inspirants. L'un des sites historiques les plus inspirants et les plus paisibles que j'ai visités est Clonmacnoise, un site paléochrétien en Irlande datant du 6ème siècle. J'ai visité le site pour la première fois en tant qu'étudiant dans le cadre d'un programme d'études à l'étranger et je me suis souvenu de ses belles croix et de son sentiment mystique. Lors de la planification de notre voyage en famille en Irlande en 2019, je voulais revisiter Clonmacnoise mais je ne savais pas si ce serait adapté aux enfants. J'ai été agréablement surpris que mes enfants apprécient notre visite sur le site et soient fascinés par son histoire riche en histoire.

Clonmacnoise se trouve sur les rives de la rivière Shannon, à 70 miles à l'ouest de Dublin. Si vous conduisez entre Dublin et Galway, Clonmacnoise fait un arrêt à mi-chemin parfait. Soyez prévenu, une fois que vous quittez l'autoroute, les routes menant au site réel sont assez étroites et déroutantes. Je ne sais pas comment ils font descendre les bus touristiques!

Lorsque vous arriverez sur le site, vous entrerez par le centre d'accueil où vous pourrez acheter vos billets. Assurez-vous de demander une copie d'une feuille d'activités pour enfants, qui contient une carte du sentier familial du site. Cela rend la visite interactive pour les enfants et leur donne un objectif pendant la tournée afin qu'ils puissent gagner un cachet d'achèvement. Mes enfants adorent avoir un objectif comme celui-ci sur les sites historiques !

Je vous recommande fortement de vous renseigner sur la prochaine opportunité de visite guidée si vous avez des enfants plus âgés. Comme la majeure partie du site est en ruines, il peut être difficile de savoir ce que vous voyez sans guide. Les visites sont gratuites et ça vaut le coup d'attendre !

Pendant que vous attendez le début de votre visite, visitez le petit musée qui fait partie du centre d'accueil. C'est ici que vous pouvez voir les croix originales du site et regarder un court métrage sur son histoire. Il y a des expositions interactives ici que les enfants apprécieront ! Vous pouvez également avoir une bonne vue rapprochée et personnelle des croix, ce qui peut aider vos enfants dans leur quête de feuille d'activité.

À l'heure de la visite, retrouvez votre guide à l'extérieur pour une visite de 30 minutes des ruines. Notre guide a expliqué comment les croix hautes étaient utilisées pour raconter des histoires de la Bible à ceux qui ne savaient pas lire. Nos enfants ne pouvaient pas croire que les croix étaient à l'origine peintes avec beaucoup de couleurs !

La partie préférée de la visite pour les enfants est la célèbre arche des murmures qui fait partie des ruines de la cathédrale. Nos fils se sont portés volontaires pour l'essayer et cela a fonctionné !!

Notre guide connaissait très bien le site et son rôle dans l'histoire irlandaise au fil des ans. C'était tellement intéressant d'apprendre comment le site était défendu par deux tours avec des fentes pour les flèches. Vous pouvez visualiser les bateaux remontant la rivière et les flèches pleuvoir !

Situé directement sur la rivière Shannon, le site a été facilement attaqué à plusieurs reprises mais a toujours été défendu avec succès. Ce n'est qu'en 1552 que la destruction définitive du site par une garnison anglaise eut lieu et que le site tomba en ruine.

Les ruines de la cathédrale et des temples sont particulièrement pittoresques.

Vous pouvez également visiter l'oratoire plus moderne, qui a été visité par le pape Jean-Paul II en 1997.

Permettez à vos enfants de se promener dans le parc et de voir ce qui les intéresse. Le site est très évocateur et même les enfants peuvent sentir qu'il est spécial. La paix que vous pouvez obtenir en regardant la rivière tranquille tout en étant entouré de ruines est quelque chose que vous et vos enfants n'oublierez pas. Je m'en souvenais de mes années à l'université et 23 ans plus tard, j'étais tellement excitée de pouvoir partager cet endroit spécial avec mes enfants !


Clonmacnoise

Le monastère de Clonmacnoise (qui signifie Prairie des Fils de Nós) est situé dans le comté d'Offaly, en Irlande, sur la rivière Shannon au sud d'Athlone. Il a été visité par le Pape en 1979. Le site peut être visité contre paiement, via un Centre d'interprétation.

Clonmacnoise a été fondée en 546 par Ciarán, un jeune homme de Rathcroghan, Co. Roscommon. Jusqu'au IXe siècle, il avait des liens étroits avec les rois du Connacht. L'emplacement stratégique du monastère l'a aidé à devenir un centre majeur de religion, d'apprentissage, d'artisanat et de commerce. Le site comprend les ruines d'une cathédrale, sept églises (Xe-XIIIe siècle), deux tours rondes, trois hautes croix et la plus grande collection de tombes paléochrétiennes. Le site comprend également des croix hautes originales.

Parmi les nombreux vestiges de Clonmacnois se trouvent deux Hautes Croix complètes plus le fût d'une autre. La plus célèbre, la Croix des Écritures, également connue sous le nom de Croix du Roi Flann, est la pièce maîtresse du nouveau centre d'interprétation. Les croix ont été déplacées de leurs positions d'origine en 1991 dans le nouveau centre et de superbes répliques ont été placées à l'extérieur dans les positions d'origine. Sur la photo de droite, la face ouest de la Croix des Écritures. Cette croix est décorée de sculptures figurées sur les quatre côtés. La Croix des Écritures a été mentionnée deux fois dans les annales des Quatre Maîtres, d'abord en 957 et plus tard en 1060. Au centre de la tête sur la face Est se trouve le Jugement Dernier, et au sommet de l'arbre Est se trouve un panneau montrant Christ avec Pierre et Paul. Au-dessous de ce panneau se trouvent deux autres panneaux portant une iconographie qui sont encore ouverts à l'interprétation. Sur la base se trouvent trois cavaliers tournés vers la gauche et deux chars tournés vers la droite. Au bas du fût se trouve une inscription qui est maintenant devenue presque impossible à voir.

La croix du Sud est très similaire aux croix ornementales d'Ahenny et aux croix en pierre d'Iona en Écosse, en ce sens qu'elle est également une représentation skeuomorphe d'une croix en bois. Les bossages en relief représentent les montants qui auraient maintenu les croix de bois ensemble, avec la moulure hachurée le long des bords représentant les plaques de métal enveloppant le bois. La croix porte une scène de crucifixion sur le côté ouest du puits, qui marquerait une transition vers les croix scripturaires. Du côté est du puits se trouve un panneau avec une vigne et des oiseaux. La base à trois degrés de la croix représente le rocher du Golgotha ​​et porte de nombreuses gravures usées. Le côté sud a une iconographie dans le panneau de gauche montrant la chute de l'homme. Bien que le côté ouest de la base soit très usé, on distingue un cortège de cavaliers.

De nos jours, le site se présente comme une ruine préservée sous la direction de l'Office des travaux publics. Un centre d'interprétation et des installations pour les visiteurs ont été construits autour du site, qui est ouvert au public moyennant des frais. Le cimetière entourant le site continue d'être utilisé et des services religieux sont régulièrement organisés sur le site dans une chapelle moderne.

L'histoire longue et variée de Clonmacnoise est racontée dans une présentation audiovisuelle présentée dans le centre d'accueil. Il y a aussi des expositions qui traitent de la flore, la faune et le paysage de la région.


Bibliographie

Bennet, Isabelle, éd. Fouilles 1998 : Récapitulatif desFouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 2000.

——. Fouilles 1997 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1998.

——. Fouilles 1996 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1997.

——. Fouilles 1995 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1996.

——. Fouilles 1994 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1995.

——. Fouilles 1993 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1994.

——. Fouilles 1992 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1993.

——. Fouilles 1991 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1992.

——. Fouilles 1990 : Comptes sommaires des fouilles archéologiques en Irlande. Bray, Irlande : Wordwell, 1991.

Bradley, J. "La ville monastique de Clonmacnoise." Dans Etudes Clonmacnoise. Vol. 1, Documents de séminaire 1994. Edité par Heather A. King, p. 42-56. Dublin : Duchas, Service du patrimoine, 1998.

Kehnel, Annette. Clonmacnois, l'église et les terres de St.Ciarán : Changement et continuité dans une fondation monastique irlandaise (VIe-XVIe siècle). Vita regularis. Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter. Groupe 8. Münster, Allemagne : LIT, 1997.

King, Heather A., ​​éd. Études Clonmacnoise. Vol. 3, SéminaireDocuments 1998. Bray, Irlande : Wordwell, sous presse.

——, éd. Études Clonmacnoise. Vol. 1, Documents de séminaire1994. Dublin : Duchas, Service du patrimoine, 1998.

Manning, Conleth. Clonmacnoise. Dublin : Bureau de la papeterie, 1994.

Murphy, Denis, éd. Les Annales de Clonmacnoise : Être les Annales d'Irlande de la période la plus ancienne àune.. 1408. Traduit par Conell Mageoghagan. Dublin : Société royale des antiquaires d'Irlande, 1896.

Söderburg, John. « Nourrir les communautés : monastères et développement urbain au début de l'Irlande médiévale. » Dans Façonner la communauté : l'art et l'archéologie du monachisme. Articles d'un symposium organisé au Frederick R. Weisman Museum, Université du Minnesota, 10-12 mars 2000. Edité par Sheila McNally, p. 67-77. Oxford : Archéopress, 2001.


Un Compte veuf américain de ses voyages en Irlande en 1844&ndash45 à la veille de la Grande Famine :

En partant de New York, elle a entrepris de déterminer la condition des pauvres irlandais et de découvrir pourquoi tant d'entre eux émigraient dans son pays d'origine.

Les souvenirs de Mme Nicholson de sa tournée parmi la paysannerie sont encore révélateur et saisissant aujourd'hui.

L'auteur est retourné en Irlande en 1847&ndash49 pour aider à soulagement de la famine et enregistré ces expériences dans le poignant:

Annals of the Famine in Ireland est la suite d'Asenath Nicholson à Welcome to the Stranger en Irlande. La veuve américaine intrépide est retournée en Irlande au milieu de la Grande famine et a aidé à organiser des secours pour les démunis et les affamés. Son compte est ne pas une histoire de la famine, mais témoignage personnel à la souffrance qu'il a causée. Pour cette raison, il exprime la réalité de la calamité d'une manière beaucoup plus révélatrice. Le livre est également disponible en Kindle.

The Ocean Plague : ou, A Voyage to Quebec in a Irish Emigrant Vessel est basé sur le journal de Robert Whyte qui, en 1847, traversa l'Atlantique de Dublin à Québec dans un Navire d'émigrants irlandais. Son récit du voyage est un témoignage inestimable de témoins oculaires de la traumatisme et la tragédie que de nombreux émigrants ont dû affronter en route vers leur nouvelle vie dans Canada et Amérique. Le livre est également disponible en Kindle.

The Scotch-Irish in America raconte comment le race rustique d'hommes et de femmes, qui en Amérique est devenu connu comme le &lsquoScotch-irlandais&rsquo, a été forgé dans le nord de l'Irlande au XVIIe siècle. Il relate les circonstances dans lesquelles le grand exode vers le Nouveau Monde ont commencé, les épreuves et les tribulations auxquelles ces pionniers américains coriaces et l'influence durable qu'ils en vinrent à exercer sur la politique, l'éducation et la religion du pays.


Clonmacnoise

Clonmacnoise est le site d'un célèbre centre religieux sur la rive gauche de la rivière Shannon dans le comté d'Offaly, en Irlande. Un certain nombre d'églises, deux tours rondes, de hautes croix et des dalles funéraires sont encore visibles à Clonmacnoise. C'est un lieu important dans l'histoire de l'Europe chrétienne primitive.

Communauté à Clonmacnoise

Saint Ciarán fonda une abbaye à Clonmacnoise il y a près de 1500 ans. Les abbayes sont des communautés religieuses comprenant un monastère, ou un lieu où vivent des moines. En plus d'abriter des moines qui vivaient dans le monastère, Clonmacnoise a grandi pour devenir une communauté de personnes locales. Ils travaillaient comme artisans et commerçaient avec des gens de l'extérieur de la région. La communauté est devenue un important centre d'apprentissage et de politique.

Premiers bâtiments

Les premiers bâtiments de l'église étaient en bois et n'ont pas survécu. À partir d'environ 900 de notre ère, cependant, la pierre a été utilisée pour les bâtiments. Des parties d'une petite église en pierre de cette période, appelée Temple Ciarán, ainsi qu'une plus grande connue sous le nom de Cathédrale, restent debout. Certaines parties de ces deux églises sont le résultat d'une reconstruction ultérieure.

D'autres églises ont été ajoutées à Clonmacnoise dans les siècles qui ont suivi. L'un d'entre eux, le temple Finghin, a été construit dans les années 1100 et est doté d'une tour ronde.

Autres structures

La plus haute des croix hautes, la Croix des Écritures, mesure 4 mètres de haut et est gravée de figures. La plupart des dalles funéraires des premiers chrétiens portent des prières.

Le saviez-vous?

Clonmacnoise possède la plus grande collection de dalles funéraires paléochrétiennes d'Europe occidentale.


Clonmacnoise - Histoire

Clonmacnoise Round Tower Co. Offaly

Tour O'Rourke (clogas mor)
Tour McCarthy (clogas beag)

Tour Ronde de Clonmacnoise
Comté d'Offaly
OS Carte 47

Emplacement: Sur la rive est de la rivière Shannon. Depuis juste à l'est de Ballinasloe dans le comté de Galway (N6), à environ un kilomètre, prenez la R357 SE jusqu'à Shannonbridge (environ 10 km). A Shannonbridge, prenez la R444 (sur votre gauche) NE env. 5 km. La route fait ici un virage à 90 degrés et l'entrée de Clonmacnois se trouve sur la gauche juste avant le virage. Depuis Athlone, prendre la N62 sud puis à droite la R444. Parce que c'est un site tellement connu, il y a un parking assez grand. Il est très fréquenté pendant les mois d'été, mais il est ouvert toute l'année, généralement de 10 h à 17 h 30. Les cartes Héritage sont acceptées ici.

La tour O'Rourke
La tour est située dans l'angle nord-ouest de l'ancien cimetière. Jusqu'à la construction du mur actuel en 1957, la tour se trouvait à l'extérieur des murs du complexe monastique. Il y a un décalage d'environ 10 cm de large et d'environ 20 cm au-dessus de la chaussée environnante. Au-dessus de ce décalage, la circonférence est d'un peu plus de 17,5 mètres, ce qui rend le diamètre d'un peu plus de 5,5 mètres. Du trottoir au point culminant de la tour, il y a env. 19,3 mètres. La tour est composée de blocs de calcaire gris rectangulaires bien galbés jusqu'au niveau des fenêtres du clocher où des travaux de reconstruction évidents utilisent des pierres plus petites et plus irrégulières. Les annales rapportent qu'il a été construit par Turlough O'Connor et O'Malone, le successeur de Ciaran et achevé en 1124. Il a été endommagé par la foudre en 1135 et le sommet actuel avec ses huit ouvertures est de date ultérieure. La porte fait face au sud-est à une hauteur de 3,5 mètres au-dessus du décalage à la base. C'est un arc de forme légèrement triangulaire, plus étroit en haut, plus large en bas. L'arc est magnifiquement taillé de neuf pierres assorties reposant sur des pierres de transition qui se projettent légèrement dans l'embrasure de la porte et au-dessus des cinq jambages de chaque côté. Toutes les pierres traversent toute la profondeur du mur. Il y a 10 fenêtres. Une fenêtre à linteaux au nord-ouest est un niveau au-dessus de la porte. Une autre fenêtre à linteaux est au nord face à la rivière Shannon. Les huit autres fenêtres, toutes à linteaux, sont au niveau du clocher, face aux points cardinaux et aux points opposés entre eux.

Tour McCarthy ou Teampuill Finghin
Le beffroi complet de la tour ronde attaché à la jonction de la nef et du choeur de cette église romane est situé au bord du cimetière le plus proche du Shannon. La tour fait partie intégrante du bâtiment, n'ayant jamais été autonome et daterait d'environ 1160-70. L'arc du chœur roman semble avoir été endommagé par un incendie à un moment donné et son ordre intérieur actuel est un remplacement ultérieur en calcaire. Souvent appelée la deuxième tour ronde de Clonmacnoise, elle mesure 16,7 mètres de haut pour un diamètre de près de 4 mètres à la base. Le capuchon conique, avec son motif à chevrons inhabituel, a été démonté et remis à neuf par le Bureau des travaux publics en 1879-80. La tour a une porte au niveau du sol sans aucune indication que la porte surélevée habituelle ait jamais existé. L'absence des fenêtres traditionnelles à quatre étages est également inhabituelle, car il n'y en a que deux à ce niveau - au nord et au sud - et elles sont sensiblement plus basses que les fenêtres habituelles des autres tours. Les cinq fenêtres du tambour sont toutes situées du côté sud de la tour. La plupart de ces fenêtres sont soit cintrées, soit dans un cadre voûté en retrait.

Commentaires: Clonmacnoise (l'irlandais Cluain Mhic Nos) est un ancien site ecclésiastique, situé au sud d'Athlone, près du centre de l'Irlande. Son emplacement a contribué à son développement en tant que centre majeur de religion, d'apprentissage, de commerce, d'artisanat et d'influence politique. Le terrain du monastère contient de nombreux édifices religieux.

Autres sujets d'intérêt : Le musée de ce site abrite une remarquable collection de dalles funéraires ornées ainsi que les hautes croix originales (des répliques ont été installées dans les emplacements d'origine) pour la préservation. La porte nord du temple Dermot du XIIIe siècle a de belles sculptures et est surmontée de hauts-reliefs de trois saints : Dominique, Patrick et François (bien que la tête de saint François soit manquante). L'intérieur de la cathédrale était inaccessible en 2004 en raison de travaux de restauration. Une ruine de château anglo-normand est perchée de manière précaire sur un monticule élevé à côté du complexe de Clonmacnois. Elle date de quelque part entre 1214 et 1220. Également à l'extérieur du complexe, mais très important pour le site, se trouve l'église des religieuses. Bien que les cartes indiquent la direction, je n'en ai pas encore vu une avec des indications claires vers cette belle église hiberno-romane. La porte et l'arc du choeur de cette petite église sont richement sculptés d'entrelacs celtiques, de têtes de bêtes et d'humains fantaisistes et de motifs floraux. Sur le côté gauche de l'arc du choeur dans le septième losange se trouve une petite sheela-na-gig acrobatique, les pieds cachés derrière ses oreilles. Pour trouver l'église des nonnes, suivez le chemin à travers l'ancien cimetière, dans le nouveau cimetière le long de l'ancien "chemin du pèlerin" surélevé jusqu'à la route à la porte. Marchez le long de la route droite, en gardant le Shannon sur votre gauche. À environ 400 mètres sur la droite se trouve la petite église des nonnes - assez facilement visible dans son propre enclos.


Légendes de l'Irlande paléochrétienne

Lorsque St Ciaran a établi Clonmacnoise, il a apporté un dun cow avec lui pour se nourrir mais il nourrissait aussi sa communauté. Selon la légende, la vache a donné des quantités incroyables de lait, assez pour tout le monde. Il existe de nombreuses légendes paléochrétiennes impliquant des vaches laitières et des produits laitiers (comparez les légendes de Saint Brigid). Les produits laitiers étaient difficiles à produire et à conserver au frais et constituaient une partie rare de l'alimentation. Les produits laitiers étaient servis en point d'orgue des festins, ce qui souligne leur statut. Comprendre cela peut aider à mettre ces légendes dans leur contexte.

La vache Dun de Saint Ciaran était vénérée à un point tel que la peau de vache est devenue une relique à Clonmacnoise. Certains disent que certaines pages du Livre de la vache brune, écrites au scriptorium ici, ont été écrites sur la peau de la vache. Une autre tradition voulait que quiconque mourrait couché sur la peau irait sûrement au paradis.

Une exposition au centre d'accueil d'une impression d'artiste d'un atelier de tailleurs de pierre de l'époque.


Voir la vidéo: Clonmacnoise