Ingolfr Arnarson fonde Reykjavik

Ingolfr Arnarson fonde Reykjavik


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Reykjavík

L'homme que l'on appelle généralement le premier colon en Islande était un Viking norvégien, Ingolfur Arnarson. Lui et son frère adoptif Hjoerleifur se sont disputés avec les fils d'un puissant comte en Norvège et en ont tué deux. Le comte était furieux et ils durent lui céder toutes leurs terres. Après cela, ils ont décidé de naviguer vers l'Islande avec leurs familles, leurs esclaves et tout ce qu'ils pouvaient emporter avec eux. C'était vers l'an 870 de notre ère.

Ingolfur voulait que les dieux lui disent où il devrait s'installer dans le nouveau pays. Près de la côte islandaise, il jeta par-dessus bord les hauts piliers qu'il avait emportés avec lui de son ancienne maison en Norvège. Il voulait s'installer là où ils dérivaient à terre. Le premier hiver, il s'installa à 'Ingolfsh fdi' sur la côte sud-est et pendant trois ans, il parcourut la côte sud en se déplaçant vers l'ouest chaque année. Enfin, les esclaves d'Ingolfur trouvèrent ses hauts piliers dans une petite baie de la côte sud-ouest.

Ingolfur était, bien sûr, très heureux que les dieux lui aient montré leur volonté. Ici, il y avait de nombreuses sources chaudes auxquelles les Normands n'étaient pas habitués à la maison. Ingolfur a nommé sa nouvelle maison d'après la « fumée » blanche s'élevant des sources chaudes et l'a appelée « Reykjavik » (Smoky Bay). Ingolfur a pris une très grande superficie en sa possession, toute la partie sud-ouest du pays de 'Hvalfjördur' (Baie des Baleines) à l'ouest jusqu'à ' lfusa' à l'est. Il n'a jamais pu utiliser toute cette terre et en a vendu ou donné des parties à ses amis et parents qui sont venus avec lui ou plus tard pour s'installer en Islande.

A Reykjavik aujourd'hui, nous avons beaucoup de choses qui nous rappellent Ingolfur Arnarson. Au milieu de la ville, il y a une petite colline appelée 'Arnarholl' et au sommet se trouve une statue d'Ingolfur réalisée par un artiste islandais. Il y a peu de temps, une nouvelle place a été ouverte au centre de la partie la plus ancienne de Reykjavik et deux énormes piliers de pierre (haut siège) ont été érigés avec le nom du premier colon dessus. Et par temps froid, la « fumée » des sources chaudes est toujours visible, mais elle provient désormais de nos nombreuses piscines extérieures chaudes.


Ingolfur Arnarson

jengólfur Arnarson et son entourage furent les premiers colons permanents de l'Islande, le seul pays européen dont l'histoire a un début défini.

Deux frères vikings norvégiens, Bjornolf et Hroald, se sont installés à la fin du VIIIe ou au début du IXe siècle à Dalsfjord, dans la province de Fjalar, en Norvège. Le fils de Bjornolf, Orn, avait un fils, Ingólfur, et une fille, Helga. Le fils de Hroald, Hrodmar, était le père de Leif. Les cousins ​​germains, Ingólfur et Leif, étaient les meilleurs amis du monde. Ils se jurèrent la fraternité de sang, un lien viking solennel par lequel chacun promettait de toujours protéger l'autre. Leif était également amoureux d'Helga.

Les frères de sang ont effectué plusieurs raids avec les trois fils du comte Atli le Svelte. Ils s'entendaient bien jusqu'à ce que l'un des fils du comte, Holmstein, commence à faire des avances à Helga. Après que Holmstein a juré d'épouser Helga ou personne, Leif et Ingólfur l'ont tué. Plus tard, ils ont tué son frère, Herstein. Ils ont offert une compensation légale, l'argent du sang, au comte et à son troisième fils, Hastein, mais Atli et Hastein ont exigé à la place tous leurs biens. Plutôt que d'être réduits à la pauvreté, Leif et Ingólfur ont choisi de devenir les hors-la-loi du comte Atli. Cela signifiait que le comte ou toute personne à son service pouvait tuer Leif ou Ingólfur à tout moment en toute impunité.

Les hors-la-loi s'embarquèrent pour l'Islande, alors inhabitée. À travers les récits des voyages de deux Suédois, Naddoddur et Gardar, et d'un Norvégien, Raven Floki, les Vikings norvégiens connaissaient l'existence de l'Islande depuis environ 20 ans. Après une reconnaissance préliminaire, Leif et Ingólfur ont passé un hiver à Ingolfshofdi dans le sud-est de l'Islande et ont déterminé qu'il s'agissait d'un terrain propice à la colonisation. Ingólfur est retourné en Norvège pour rassembler de l'argent, des parents et des amis pour l'émigration, tandis que Leif a fait un raid en Irlande, pillant de l'argent, des esclaves et une magnifique épée. Là après, il s'appelait Hjorleif (Sword-Leif). Vers cette époque, il épousa Helga. Hjorleif et Ingólfur ont uni leurs forces en Norvège, puis ont navigué à nouveau pour l'Islande vers 874.

Une coutume des chefs vikings sur le point de coloniser une nouvelle terre était de jeter par-dessus bord leurs piliers de siège, un emblème de rang, puis de s'installer là où les piliers s'échouaient. Parfois, cette procédure prenait un certain temps. Pendant ce temps, le colon resterait dans son navire ou érigerait une habitation temporaire. Il envoyait des esclaves ou des serviteurs à la recherche des piliers. Cela était considéré comme un très mauvais présage si les piliers dérivaient vers la mer.

Ingólfur a lâché ses piliers dès qu'il a aperçu la terre. Il débarqua à Ingolfshofdi et attendit le rapport de ses éclaireurs. Hjorleif a continué à naviguer vers l'ouest jusqu'à ce qu'il atterrisse à Hjorleifshofdi près de Myrdalsjökull dans le sud de l'Islande. Le printemps suivant, ses esclaves irlandais se sont révoltés, l'ont tué et se sont enfuis vers les îles Vestmanna, où Ingólfur les a retrouvés et tués.

Ingólfur et Hjorleif étaient en désaccord sur la religion. Ingólfur sacrifiait fréquemment à Thor et aux autres dieux nordiques, mais Hjorleif ne sacrifiait jamais. Ingólfur a rationalisé que le meurtre de Hjorleif était le juste mérite de quelqu'un qui a refusé de sacrifier.

Deux ans après la mort de Hjorleif et trois ans après son débarquement en Islande, les éclaireurs d'Ingólfur ont trouvé ses piliers sur la rive sud d'un magnifique fjord du sud-ouest de l'Islande. Il nomma l'endroit Reykjavík (Smoky Bay) et y construisit sa ferme. Au cours des 60 années suivantes, environ 30 000 réfugiés norvégiens supplémentaires se sont installés en Islande.

Ingólfur a libéré les deux esclaves, Vifil et Karli, qui ont localisé ses piliers. Il épousa Hallveig, fille de Frodi, et devint un chef bienfaisant dans le nouveau pays. Son fils, Thorstein, a fondé l'Assemblée Kjalarness, l'une des assemblées régionales qui ont précédé l'Assemblée nationale, l'Althing.


La plus ancienne colonie viking jamais découverte en Islande change totalement l'histoire des vikings

Une colonie viking a été découverte en Islande, considérée comme la plus ancienne du pays. Cela semble simple ? Pas du tout! La structure a été retrouvée sous une autre. Et cela peut changer la chronologie de la façon dont les historiens voient l'arrivée des Normands sur l'île, étant donné que l'âge des structures est censé dater d'avant la période communément acceptée lorsque les Vikings ont découvert et colonisé l'Islande.

L'archéologue Bjarni F. Einarsson et son équipe ont fouillé un site agricole à Stöð, près du village oriental de Stöðvarfjörður. Il a observé la zone pour la première fois en 2007 et a dû attendre jusqu'en 2015 avant le début des fouilles. En trouvant 2 bâtiments vikings, ou « maisons longues », c'est l'équivalent historique de « deux pour le prix d'un ».

Les maisons longues « étaient divisées en pièces et pouvaient être partagées par plusieurs familles », écrit Live Science. "Des feux ont été construits dans des foyers en pierre le long du centre, et les animaux de la ferme pouvaient y être logés pour les protéger du froid." La maison du haut remonte à environ 874 après JC et appartenait à ce que le site Web Iceland Review appelle un « paysan riche ».

La plus récente des deux maisons longues de la colonie viking trouvées contient la cache d'artefacts la plus précieuse et la plus ancienne jamais trouvée en Islande et était probablement la salle d'un chef viking. (Crédit image : Bjarni Einarsson)

D'une longueur de 130 pieds, il dépasse les 92 pieds requis pour la maison d'un chef. Einarsson dit que la structure de la ferme est "la plus riche d'Islande à ce jour", en raison de la variété stupéfiante de matériel à l'intérieur. Des pièces de monnaie de Rome et du Moyen-Orient auraient été déterrées, ainsi que 29 objets en argent et 92 perles. Il y a aussi ce que l'on appelle le hacksilver, "des morceaux d'argent coupés et pliés utilisés comme lingots ou monnaie par les Vikings et d'autres peuples anciens". (Sciences en direct)

La plus ancienne des deux maisons longues des colonies vikings trouvées date d'environ 800 après J.-C., plusieurs décennies avant la date communément acceptée de la fondation et de la colonisation de l'Islande en 874 après J.

La date de cette maison longue, considérée comme la plus ancienne colonie viking, correspond aux hypothèses sur le moment où les Vikings ont débarqué en Islande. Cependant, la présence d'une deuxième maison en dessous oblige les experts à réviser leur pensée assez rapidement. Einarsson commente à Iceland Review qu'il a été "construit à l'intérieur des murs effondrés de l'ancienne structure qui semble avoir été énorme, d'au moins 40 m de long".

Il estime que l'endroit remonte à environ 800 après JC, soit près de 75 ans avant la date de l'établissement des Vikings sur l'île. De plus, il semble qu'il s'agisse d'un logement saisonnier plutôt que de quelque chose de permanent. Alors que la maison du haut est un peu aristocratique, la maison du bas semble être celle des travailleurs. La preuve d'une forge sur place montre la greffe dure impliquée. C'est le seul exemple de forge de forgeron viking trouvé en Islande.

Les fouilles ont mis au jour de nombreuses perles de verre décoratives et une grosse perle de grès qui étaient probablement utilisées pour le commerce. (Crédit image : Bjarni Einarsson)

Comment se fait-il que les Vikings aient installé ce camp ? L'histoire de l'Islande - relatée dans le texte médiéval classique "Landnámabók" ("Le livre des colonies") par le premier historien du pays Ari Þorgilsson - présente une version poétique de la façon dont les choses ont commencé sur l'île.

Fuyant la Norvège et son tyrannique roi Fairhair, des aventuriers courageux aperçoivent l'île à l'horizon. "Les archives racontent l'histoire du chef viking, Ingolfur Arnarson", écrit le Daily Mail, "qui a navigué de Norvège avec des amis et des ouvriers agricoles à la recherche de terres vierges des humains". Ingólfur a été le premier colon permanent de l'Islande, l'emplacement ayant été découvert pour la première fois par le Viking Naddodd.

Les archéologues ont également trouvé des artefacts de la vie quotidienne sur le site, notamment plusieurs fusées en grès qui étaient utilisées pour filer des fibres en fil ou en ficelle. (Crédit image : Bjarni Einarsson)

La revue islandaise reprend l'histoire : « Ingólfur a jeté ses piliers à siège haut par-dessus bord, jurant de construire sa ferme où qu'ils viennent à terre. Les dieux ont dirigé les piliers vers Reykjavík, où Ingólfur a fait sa demeure en l'an 874.

Sur cette évidence, le grand chef a basculé un peu tard. « Landnámabók érige ce mur en l'an 874 », raconte Einarsson à la Review. « Les universitaires ont hésité et ont eu peur de regarder au-delà. » La Revue mentionne « une sorte de moment de ruée vers l'or » que beaucoup associent à la fondation du pays. En réalité, il aurait fallu beaucoup de planification. Quelle meilleure façon de connaître le terrain que de demander aux travailleurs de l'essayer d'abord?

Einarsson théorise que le camp saisonnier était axé sur la chasse, "exploité par un chef norvégien qui a organisé des voyages en Islande pour rassembler des objets de valeur et les ramener de l'autre côté de la mer en Norvège". Que chassaient-ils ? L'absence d'ossements d'animaux indique que quelque chose a bien été retrouvé, et plutôt efficacement. L'année dernière, des traces d'une sous-espèce aujourd'hui disparue du morse de l'Atlantique ont été identifiées. Les visiteurs scandinaves auraient-ils pu les anéantir pour leurs propriétés utiles et, plus important encore, négociables ? Ceux-ci comprenaient les peaux, la graisse et la viande.

« La population totale semble avoir été petite, peut-être aussi peu que 5 000 animaux », a déclaré le directeur du Musée islandais d'histoire naturelle, le Dr Hilmar Malmquist, cité par Iceland Review. "Ils auraient été complètement inaccoutumés aux humains et faciles à tuer". La Revue observe que « la chasse au morse aurait joué un rôle vital au cours des premières explorations et de la colonisation initiale de l'Islande, générant potentiellement d'énormes richesses pour les colons ambitieux ».

D'autres matériaux tels que les dents de baleine étaient également précieux. De plus, ils se sont promenés sur le rivage en abondance, où les gens pouvaient simplement les ramasser pour les ramener à la maison.

Einarsson et ses collègues passent au crible la maison longue "la plus récente" avant de pouvoir se familiariser correctement avec l'ancienne. Non seulement cette dernière découverte représente une étape potentielle dans l'exploration viking, mais elle modifie les perspectives sur l'histoire islandaise d'une manière inattendue. Le règlement montre comment la vie à l'époque était vraiment vécue par la peau des dents…!


Attributs uniques

Villes fondées avec des Skaldes ou sur des types de terrain différents de Le capital commence par un libre Grande fente pour le travail d'écriture. Gagner Great Writer points en découvrant des civilisations ou en remportant des batailles navales.

  • Peut embarquer et traverser l'océan profond
  • Double Mouvement et défense lors de l'embarquement
  • Peut trouver des villes sur des continents étrangers
  • Produit unique Grandes œuvres
  • -20% Coût de production
  • +2 Le bonheur si connecté à la Capitale
  • Forme des connexions entre la ville et la capitale par l'eau

Contenu

On pense que le premier établissement permanent en Islande par les Normands a été établi à Reykjavík par Ingólfr Arnarson vers 870 après JC. Ceci est décrit dans Landnámabók, ou le livre de règlement. On dit qu'Ingólfur a décidé de l'emplacement de sa colonie en utilisant une méthode nordique traditionnelle : il a jeté ses piliers de siège élevé (Öndvegissúlur) dans l'océan lorsqu'il a vu le littoral, puis s'est installé là où les piliers arrivèrent au rivage. Cette histoire est largement considérée comme une légende, il semble probable qu'il s'est installé près des sources chaudes pour se réchauffer en hiver et n'aurait pas décidé de l'emplacement par hasard. De plus, il semble peu probable que les piliers aient dérivé jusqu'à cet endroit d'où ils auraient été jetés du bateau. C'est pourtant ce que le Landnamabok dit, et il dit en outre que les piliers d'Ingólfur se trouvent encore dans une maison de la ville.

La vapeur des sources chaudes de la région aurait inspiré le nom de Reykjavík, qui se traduit vaguement par Smoke Cove (la ville est parfois appelée Baie de Fumée ou Baie enfumée dans les guides de voyage en anglais). [9] [10] Dans la langue moderne, comme en anglais, le mot pour « fumée » et le mot pour le brouillard ou la vapeur torride ne sont pas communément confondus, mais on pense que c'était le cas dans l'ancienne langue. Le nom original était Reykjarvík (avec un "r" supplémentaire représentant la terminaison génitive habituelle des noms forts) mais cela avait disparu vers 1800. [11]

La région de Reykjavík était une terre agricole jusqu'au XVIIIe siècle. En 1752, le roi Frederik V du Danemark a fait don du domaine de Reykjavík à la société Innréttingar, le nom vient du mot danois indretninger, signifiant institution. Le chef de ce mouvement était Skúli Magnússon [est] . Dans les années 1750, plusieurs maisons ont été construites pour abriter l'industrie de la laine, qui fut le principal employeur de Reykjavík pendant quelques décennies et la raison originelle de son existence. D'autres industries ont été entreprises par les Innréttingar, telles que la pêche, l'extraction de soufre, l'agriculture et la construction navale. [12]

La Couronne danoise a aboli le commerce monopolistique en 1786 et a accordé à six communautés à travers le pays une charte commerciale exclusive. Reykjavík était l'un d'entre eux et le seul à conserver la charte en permanence. 1786 est donc considérée comme la date de la fondation de la ville. Les droits de commercialisation étaient limités aux sujets de la Couronne danoise et les commerçants danois continuaient de dominer le commerce en Islande. Au cours des décennies suivantes, leur activité en Islande s'est développée. Après 1880, le libre-échange s'est étendu à toutes les nationalités et l'influence des marchands islandais a commencé à croître.

Montée du nationalisme Modifier

Le sentiment nationaliste islandais a gagné en influence au XIXe siècle et l'idée de l'indépendance de l'Islande s'est répandue. Reykjavík, en tant que seule ville d'Islande, était au cœur de ces idées. Les partisans d'une Islande indépendante ont réalisé qu'un Reykjavik fort était fondamental pour cet objectif. Tous les événements importants de l'histoire de la lutte pour l'indépendance étaient également importants pour Reykjavík. En 1845, Alþingi, l'assemblée générale formée en 930 après JC, fut rétablie à Reykjavík, elle avait été suspendue quelques décennies plus tôt alors qu'elle était située à Þingvellir. À l'époque, il ne fonctionnait que comme une assemblée consultative, conseillant le roi sur les affaires islandaises. L'emplacement d'Alþingi à Reykjavík a effectivement fait de la ville la capitale de l'Islande.

En 1874, l'Islande s'est dotée d'une constitution, Alþingi a obtenu des pouvoirs législatifs limités et est essentiellement devenue l'institution qu'elle est aujourd'hui. L'étape suivante consistait à transférer la majeure partie du pouvoir exécutif à l'Islande : l'autonomie gouvernementale a été accordée en 1904 lorsque le bureau du ministre de l'Islande a été créé à Reykjavík. Le plus grand pas vers une Islande indépendante a été franchi le 1er décembre 1918 lorsque l'Islande est devenue un pays souverain sous la couronne du Danemark, le Royaume d'Islande.

Dans les années 1920 et 1930, la majeure partie de la flotte croissante de chalutiers de pêche islandais partait de Reykjavík. La production de morue était sa principale industrie, mais la Grande Dépression a durement frappé Reykjavík avec le chômage et les luttes syndicales sont parfois devenues violentes.

Seconde Guerre mondiale Modifier

Le matin du 10 mai 1940, à la suite de l'occupation allemande du Danemark et de la Norvège le 9 avril 1940, quatre navires de guerre britanniques se sont approchés de Reykjavík et ont jeté l'ancre dans le port. En quelques heures, l'occupation alliée de Reykjavík était terminée. Il n'y avait pas de résistance armée, et les chauffeurs de taxi et de camion ont même aidé la force d'invasion, qui n'avait initialement aucun véhicule à moteur. Le gouvernement islandais avait reçu de nombreuses demandes du gouvernement britannique pour consentir à l'occupation, mais il a toujours refusé sur la base de la politique de neutralité. Pendant les années restantes de la Seconde Guerre mondiale, les soldats britanniques et plus tard américains ont occupé des camps à Reykjavík, et le nombre de soldats étrangers à Reykjavík est devenu à peu près le même que la population locale de la ville. Le Royal Regiment of Canada faisait partie de la garnison en Islande au début de la guerre.

Les effets économiques de l'occupation ont été positifs pour Reykjavík : le chômage des années de dépression a disparu et les travaux de construction ont commencé. Les Britanniques ont construit l'aéroport de Reykjavík, qui reste en service aujourd'hui, principalement pour les vols court-courriers (vers des destinations intérieures et le Groenland). Les Américains, quant à eux, ont construit l'aéroport de Keflavík, situé à 50 km (31 mi) à l'ouest de Reykjavík, qui est devenu le principal aéroport international d'Islande. En 1944, la République d'Islande a été fondée et un président, élu par le peuple, a remplacé le roi, le bureau du président a été placé à Reykjavík.

Développement d'après-guerre Modifier

Dans les années d'après-guerre, la croissance de Reykjavík s'est accélérée. Un exode de la campagne rurale a commencé, en grande partie parce que l'amélioration de la technologie dans l'agriculture a réduit le besoin de main-d'œuvre et à cause d'un boom démographique résultant de meilleures conditions de vie dans le pays. Un village autrefois primitif s'est rapidement transformé en une ville moderne. Les voitures particulières sont devenues courantes et les complexes d'appartements modernes se sont multipliés dans les banlieues en expansion.

En 1972, Reykjavík a accueilli le championnat du monde d'échecs entre Bobby Fischer et Boris Spassky. Le sommet de Reykjavík de 1986 entre Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev a souligné le statut international de Reykjavík. La déréglementation du secteur financier et la révolution informatique des années 90 ont à nouveau transformé Reykjavík. Les secteurs financier et informatique sont désormais des employeurs importants dans la ville.

La ville a accueilli des musiciens et artistes de renommée mondiale au cours des dernières décennies, tels que Björk, Ólafur Arnalds et les groupes Múm, Sigur Rós et Of Monsters and Men, le poète Sjón et l'artiste visuel Ragnar Kjartansson.

Reykjavík est située au sud-ouest de l'Islande. Le littoral de la région de Reykjavík est caractérisé par des péninsules, des criques, des détroits et des îles.

Pendant l'ère glaciaire (jusqu'à il y a 10 000 ans), un grand glacier couvrait des parties de la ville, s'étendant jusqu'à Álftanes. D'autres parties de la ville étaient recouvertes d'eau de mer. Pendant les périodes chaudes et à la fin de la période glaciaire, certaines collines comme Öskjuhlíð étaient des îles. L'ancien niveau de la mer est indiqué par des sédiments (avec des palourdes) atteignant (à Öskjuhlíð, par exemple) jusqu'à 43 m (141 pi) au-dessus du niveau de la mer actuel. Les collines d'Öskjuhlíð et de Skólavörðuholt semblent être les vestiges d'anciens volcans boucliers qui étaient actifs pendant les périodes chaudes de l'ère glaciaire. Après l'ère glaciaire, la terre s'est élevée au fur et à mesure que la lourde charge des glaciers tombait, et a commencé à ressembler à ce qu'elle est aujourd'hui.

La région de la capitale a continué d'être façonnée par des tremblements de terre et des éruptions volcaniques, comme celui il y a 4 500 ans dans la chaîne de montagnes Bláfjöll, lorsque la lave descendant de la vallée d'Elliðaá a atteint la mer dans la baie d'Elliðavogur.

La plus grande rivière à traverser Reykjavík est la rivière Elliðaá, qui n'est pas navigable. Il propose la pêche au saumon dans les limites de la ville. [13] Le mont Esja, à 914 m (2 999 pi), est la plus haute montagne des environs de Reykjavík.

La ville de Reykjavík est principalement située sur la péninsule de Seltjarnarnes, mais les banlieues s'étendent loin au sud et à l'est. Reykjavík est une ville étendue : la majeure partie de sa zone urbaine se compose de banlieues à faible densité et les maisons sont généralement très espacées. Les quartiers résidentiels extérieurs sont également très espacés les uns des autres, entre eux se trouvent les principales artères de circulation et de nombreux espaces vides. La latitude de la ville est de 64°08' N, ce qui en fait la capitale la plus septentrionale d'un État souverain (Nuuk, la capitale du Groenland, est légèrement plus au nord à 64°10' (environ 80 km) mais le Groenland est un pays constitutif, pas un état indépendant).

Climat Modifier

Reykjavík a un climat océanique subpolaire (Köppen : Cfc) [14] étroitement limitrophe d'un climat continental subarctique (Köppen : Dfc) dans l'isoterme 0 °C. La ville a sa classification climatique actuelle depuis le début du 20ème siècle. [15] [16]

À 64° nord, Reykjavik se caractérise par des durées extrêmes de jour et de nuit au cours de l'année. Du 20 mai au 24 juillet, la lumière du jour est essentiellement permanente car le soleil ne descend jamais à plus de 5° sous l'horizon. La durée du jour tombe à moins de cinq heures entre le 2 décembre et le 10 janvier. Le soleil ne monte qu'à 3° au-dessus de l'horizon pendant cette période. Cependant, la durée du jour commence à augmenter rapidement en janvier et à la fin du mois, il y a sept heures de lumière du jour.

Malgré sa latitude nord, les températures descendent très rarement en dessous de -15 °C (5 °F) en hiver. La proximité du cercle polaire arctique et la forte modération de l'océan Atlantique sur la côte islandaise (influence du courant nord-atlantique, prolongement du Gulf Stream) façonnent un hiver relativement doux et un été frais. L'emplacement côtier de la ville la rend cependant sujette au vent et les coups de vent sont fréquents en hiver (influence de la dépression islandaise). [17] Les étés sont frais, avec des températures oscillant entre 10 et 15 °C (50 et 59 °F), dépassant rarement 20 °C (68 °F). C'est le résultat de l'exposition aux vents maritimes dans son emplacement exposé sur la côte ouest qui fait qu'il fait beaucoup plus frais en été que des latitudes similaires en Scandinavie continentale. Reykjavík reçoit en moyenne 147 jours de pluie (plus de 1 mm) par an. [18] Les sécheresses sont rares, bien qu'elles se produisent certains étés. Juillet et août sont en moyenne les mois les plus chauds de l'année et janvier et février les plus froids.

À l'été 2007, aucune pluie n'a été mesurée pendant un mois. L'été a tendance à être la saison la plus ensoleillée, bien que le mois de mai soit en moyenne le plus ensoleillé de tous les mois. Dans l'ensemble, la ville reçoit environ 1 300 heures d'ensoleillement par an, [19] ce qui est comparable à d'autres endroits du nord et du nord-ouest de l'Europe comme l'Irlande et l'Écosse, mais nettement moins que les régions tout aussi septentrionales avec un climat plus continental, y compris la Botnie. Bassin de la baie en Scandinavie. Néanmoins, Reykjavík est l'une des capitales les plus nuageuses et les plus fraîches de toutes les nations du monde. La température la plus élevée enregistrée à Reykjavík était de 25,7 °C (78 °F), signalée le 30 juillet 2008, [20] tandis que la température la plus basse jamais enregistrée était de -24,5 °C (-12 °F), enregistrée le 21 janvier 1918. [21] Le mois le plus froid jamais enregistré est janvier 1918, avec une température moyenne de -7,2 °C (19 °F). Le plus chaud est juillet 2019, avec une température moyenne de 13,4 °C (56 °F). [22]

Ligne de toits colorés Reykjavík

Une autre vue de Reykjavík depuis Hallgrímskirkja

Vue depuis Skólavörðustígur

Le Conseil municipal de Reykjavík gouverne la ville de Reykjavík [29] et est élu directement par les personnes âgées de plus de 18 ans domiciliées dans la ville. Le conseil compte 23 membres élus selon la méthode de la liste ouverte pour des mandats de quatre ans.

Le conseil sélectionne les membres des conseils, et chaque conseil contrôle un domaine différent sous l'autorité du conseil municipal. Le conseil le plus important est le conseil municipal qui exerce les droits exécutifs avec le maire de la ville. Le maire de la ville est le plus haut fonctionnaire public et également le directeur des opérations de la ville. D'autres agents publics contrôlent les institutions de la ville sous l'autorité du maire. Ainsi, l'administration se compose de deux parties différentes :

  • Le pouvoir politique du conseil municipal se répercute sur les autres conseils
  • Agents publics sous l'autorité du maire de la ville qui administrent et gèrent la mise en œuvre de la politique.

Contrôle politique Modifier

Le Parti de l'Indépendance était historiquement le parti au pouvoir de la ville, il avait une majorité globale depuis sa création en 1929 jusqu'en 1978, quand il a perdu de justesse. De 1978 à 1982, il y avait une coalition tripartite composée de l'Alliance du peuple, du Parti social-démocrate et du Parti progressiste. En 1982, le Parti de l'Indépendance a retrouvé une majorité globale, qu'il a détenue pendant trois mandats consécutifs. Les élections de 1994 ont été remportées par Reykjavíkurlistinn (la liste R), une alliance de partis socialistes islandais, dirigée par Ingibjörg Sólrún Gísladóttir. Cette alliance a remporté la majorité lors de trois élections consécutives, mais a été dissoute pour l'élection de 2006 lorsque cinq partis différents étaient sur le bulletin de vote. Le Parti de l'indépendance a remporté sept sièges et, avec le seul Parti progressiste, ils ont pu former une nouvelle majorité au conseil qui a pris le pouvoir en juin 2006.

En octobre 2007, une nouvelle majorité s'est constituée au conseil, composée de membres du Parti progressiste, de l'Alliance sociale-démocrate, de Gauche-Verts et de la liste F (libéraux et indépendants), après une polémique concernant REI, filiale de l'OR, la société énergétique de la ville. Cependant, trois mois plus tard, la liste F a formé une nouvelle majorité avec le Parti de l'indépendance. Ólafur F. Magnússon, le leader de la liste F, a été élu maire le 24 janvier 2008, et en mars 2009, le Parti de l'indépendance devait nommer un nouveau maire. Cela a encore changé le 14 août 2008 lorsque la quatrième coalition de la législature a été formée, par le Parti de l'indépendance et l'Alliance sociale-démocrate, avec Hanna Birna Kristjánsdóttir devenant maire.

L'élection du conseil municipal en mai 2010 a vu un nouveau parti politique, The Best Party, remporter six des 15 sièges, et ils ont formé une coalition avec le comédien de l'Alliance sociale-démocrate Jón Gnarr est devenu maire. [30] Aux élections de 2014, l'Alliance sociale-démocrate a connu sa meilleure performance à ce jour, avec cinq sièges au conseil, tandis que Bright Future (successeur du Best Party) a obtenu deux sièges et les deux partis ont formé une coalition avec la Gauche-Verte. mouvement et le Parti Pirate, qui ont remporté un siège chacun. Le Parti de l'Indépendance a connu ses pires élections, avec seulement quatre sièges.

Maire Modifier

Le maire est nommé par le conseil municipal, généralement l'un des membres du conseil est choisi, mais ils peuvent également nommer un maire qui n'est pas membre du conseil.

Le poste a été créé en 1907 et publié en 1908. Deux candidatures ont été reçues, de Páll Einarsson, shérif et maire de la ville de Hafnarfjörður et de Knud Zimsen, conseiller municipal de Reykjavík. Páll a été nommé le 7 mai et a été maire pendant six ans. A cette époque, le maire de la ville recevait un salaire de 4 500 ISK par an et 1 500 ISK pour les dépenses de bureau. Le maire actuel est Dagur B. Eggertsson. [31]

Reykjavík est de loin la colonie la plus grande et la plus peuplée d'Islande. La commune de Reykjavík comptait 131 136 habitants au 1er janvier 2020, soit 36% de la population du pays. La région de la capitale, qui comprend la capitale et six municipalités qui l'entourent, abritait 233 034 personnes, soit environ 64 % de la population du pays. [32]

Au 1er janvier 2019, sur une population de 128 793 habitants, la première et la deuxième génération étaient au nombre de 23 995 (18,6 %), contre 12 352 (10,4 %) en 2008 et 3 106 (2,9 %) en 1998. [33] La plus courante les citoyens étrangers sont les Polonais, les Lituaniens et les Lettons. Environ 80 % des résidents étrangers de la ville sont originaires des États membres de l'Union européenne et de l'AELE, et plus de 58 % sont originaires des nouveaux États membres de l'UE, principalement des anciens pays du bloc de l'Est, qui ont adhéré en 2004, 2007 et 2013. [34]

Les enfants d'origine étrangère forment une minorité plus importante dans les écoles de la ville : jusqu'à un tiers par endroits. [35] La ville est également visitée par des milliers de touristes, d'étudiants et d'autres résidents temporaires, dépassant parfois le nombre d'indigènes dans le centre-ville. [36]


Dernières pensées

L'Islande est un incroyable morceau de terre flottant dans l'océan, regorgeant de merveilles naturelles et d'un paysage relativement inchangé depuis des millions d'années. En 2018, l'Islande s'est classée numéro 4 dans le World Happiness Report. Il est facile de comprendre pourquoi avec leurs sources chaudes et leurs musées punk. Si vous étiez curieux de tout le buzz autour de la sensation internationale qu'est l'Islande, nous espérons avoir assouvi votre curiosité !

Certains des liens sur Hotel Jules sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que si vous effectuez un achat, nous pouvons faire une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous.) Merci d'utiliser nos liens ! Votre soutien maintient le site en marche


Trois des plus grands explorateurs vikings qui aient jamais mis les voiles

Combattants redoutables, commerçants prospères, voyageurs intrépides… il n'y avait pas grand-chose que les Vikings n'étaient pas bons. Équipés de leurs techniques de navigation avancées, ils ont explosé hors de Scandinavie au 8ème siècle après JC et se sont propagés avec succès à travers le monde. Au cours des trois siècles suivants, de l'Amérique à l'Extrême-Orient, ces aventuriers ont marqué le monde qui les entourait.

Nous jetons un coup d'œil à certains des plus grands explorateurs vikings qui aient jamais vécu.

Naddodd

Au début des années 800, les Vikings nordiques ont commencé à s'installer dans les îles Féroé. Originaire de Norvège, un homme du nom de Naddodd espérait se rendre aux îles, mais au cours de son voyage, son navire a dévié de sa trajectoire. Perdu en mer, il a finalement dérivé vers la côte est de l'Islande, devenant la première personne à le découvrir, bien que par accident.

Après avoir gravi une montagne et n'avoir trouvé aucun signe d'activité humaine, il est retourné à son bateau alors qu'il commençait à neiger. Il a décidé de baptiser la terre nouvellement découverte « Snowland ». Un Suédois du nom de Garðar Svavarsson a dévié de sa route vers les Hébrides et est devenu le prochain Viking à arriver sur les côtes islandaises. Il a été la première personne à faire le tour de l'Islande, établissant le fait qu'il s'agissait d'une île. Again, he didn’t hang around long but felt compelled enough that the new land should be called ‘Garðarshólmi’, after his own name.

Read more about: Secrets of the Viking Stone

'It was like a calling': Peter Stormare on 'Secrets of the Viking Stone'

After his return to Norway, Naddodd spread the news of his discovery and inspired a fellow Norwegian, Flóki Vilgerðarson, to become the first Norseman to intentionally set sail for the newly discovered Iceland. Flóki spent one winter there with his family and the sagas say he was the one who gave Iceland its current name after climbing a mountain and seeing a fjord full of icebergs.

In the early 870s, Ingólfr Arnarson became the first Norse settler of Iceland along with his wife and brother. According to tradition, they founded Reykjavík in 874 AD. It wasn’t long before the settlement had grown to some 20,000 people.

Erik le Rouge

One of Iceland’s most famous sons was a legendarily aggressive warrior named Erik the Red. Although initially from Norway, Erik's father uprooted the family early in Erik's life and migrated to Iceland. La raison? His father had been found guilty of some murders. Violence was clearly in Erik's blood and as a young man, he too found himself in temporary exile from Iceland after some killings.

Read more about: Vikings

The history of the Viking Age

However, Erik was also blessed with an adventurous spirit and used his time in exile well, discovering Greenland in around 982 AD. Although a Norwegian by the name of Gunnbjörn Ulfsson is often credited as the first person to spot Greenland, Erik the Red is acknowledged as founding its first settlement, after persuading 500 or so Icelanders to accompany him to establish a colony there. His naming of the newly discovered land as ‘Greenland’ was an attempt to make the island sound more appealing. In the end, his colony would last until the mid-15th century.

Leif Erikson

Although the Vikings used advanced navigational techniques whilst at sea, including a sun compass, they were still very much at the mercy of the winds. An Icelandic Norseman called Bjarni Herjólfsson found himself blown off course on his way from Iceland to Greenland and in the process ended up becoming the first known European to spot North America in 986 AD.

Upon finally reaching Greenland he spoke of his discovery of lands to the west. Some sixteen years later, Leif Erikson, the son of Erik the Red, hoped to retrace Herjólfsson’s steps and become the first European to set foot on the mysterious land of forests and mountains that he’d heard so much about.

Read more about: Vikings

Vikings, Living in America

Purchasing the same ship that Herjólfsson had been on when he’d seen North America, Leif gathered a crew and set sail. Historians believe that Leif landed on Baffin Island and Labrador before finally making camp on Newfoundland, setting foot on North American soil some 500 years before Christopher Columbus. The Vikings called it ‘Vinland’, due to the wild grapes that apparently grew there.

After wintering in Vinland exploring the surrounding area, Leif returned to Greenland to tell of his amazing discovery.

Gudrid Thorbjarnardottir

By any standards, Gudrid Thorbjarnardottir was a well-travelled person, which was reflected in her nickname the ‘far-traveller’. Born in Iceland in the late 900s AD, her life story is documented in two Old Norse sagas, ‘The Saga of Erik the Red’ and ‘The Saga of the Greenlanders’. Her story begins on a voyage with her father from Iceland to Greenland to join Erik the Red’s new colony that had been established there.

Read more about: Vikings

Fiercest female Viking warriors

The tales differ in their accounts of what comes next but the gist of it saw her arrive safely in Greenland. She would spend the next couple of winters living in harsh conditions as famine and illness struck the fledgeling colony. She was said to marry Thorstein, the son of Erik the Red and younger brother of Leif Erikson. Their marriage was short-lived as Thorstein died of illness not long after they were wed.

Her next marriage was to an Icelandic merchant called Thorfinn Karlsefni. She persuaded Thorfinn to voyage with her to Vinland. Along with around sixty men, five women and various livestock, the pair led an attempt to settle the newly discovered lands.

Read more about: Vikings

5 fiercest Viking warriors

Whilst in Vinland, Gudrid gave birth to a son called Snorri who became the first known European to be born in North America. It’s believed Gudrid lived in Vinland for three years before returning to Iceland and in her later years she even travelled to Rome an intrepid explorer to the very end.

Vikings in the East

As well as being adventurous travellers, the Vikings were also excellent traders, trading all over Europe, North Africa and as far east as Constantinople (modern-day Istanbul), which was the capital city of the Byzantine Empire, the eastern wing of the old Roman Empire. Some Norsemen made it further to Baghdad in Iraq, returning home with ships laden with silks, spices and silver. In return, the Vikings sold items such as amber, fur, wool and leather.

Read more about: Vikings

Who were the Varangian Guard?

In Eastern Europe they settled on coastal areas along the Baltic Sea and their presence was felt in what is now modern-day Ukraine, Belarus and Russia. The Norse settlers of these regions became known as the Rus’ people, providing the name for the future country of Russia. The Rus’ would supply the first members of the Varangian Guard, an elite fighting force sworn to protect the Byzantine Emperor. Amongst its established ranks would be the last great Viking ruler, Harald Hardrada, who joined the Guard as a young man and forged his reputation as a mighty warrior there.


The Old City in Reykjavik

Les Tourist Information Office at Aðalstræti 2 is a good starting point. Aðalstræti is the oldest street in Reykjavík, and the point from which all street numbers begin: The higher the number, the greater the distance from Aðalstræti. On the footpath across the road (Vesturgata) from the information office, the official hub of Reykjavík is marked, the perfect (if clichéd) place to stand a moment before you launch your journey around the city. Ingólfstorg (“Ingólfur’s Square”) takes up most of Aðalstræti’s eastern edge. Ingólfur Arnarson, traditionally regarded as Iceland’s first permanent settler, is thought to have settled here around 870—though Reykjavík didn’t have a proper street until the 18th century. For most of its history, Reykjavík was just one of many hereditary coastal estates. In 1613 the Danish monarch, who had imposed an oppressive trade monopoly on its Iceland colony, bought the settlement under threat of force. Reykjavík then grew into a kind of shantytown for seasonal workers assisting Danish merchants, mostly associated with the fishing trade. Les oldest house in Reykjavík, from 1764, is at Aðalstræti 10 plans are afoot to open the house for tours.

A block east of Aðalstræti is Austurvöllur Square, an important outdoor gathering place and potent national symbol to every Icelander. During the early days of the financial crisis in 2008, this is where people gathered to protest. In December, a Christmas tree arrives here, a gift from the people of Oslo, as Iceland produces no adequately tall specimens. By European standards the square has little architectural distinction, but Austurvöllur has only been a public green since 1930. In the middle is a statue of Jón Sigurðsson (1811–1879), the hero of Iceland’s independence movement from Denmark. His birthday, June 17, was designated “National Day” after Icelandic independence in 1944. On the pedestal is a relief called “The Pioneer,” depicting an early settler, amid cliffs and basalt columns, forging a trail for later generations, who are lined up waiting to follow. Both the statue and relief are by Iceland’s best-known sculptor, Einar Jónsson.

Jón Sigurðsson looks approvingly at Alþingishús (Parliament House), an 1880 stone building with a glass and stone annex added in 2002. From October to May you can watch parliamentary proceedings from the visitors’ gallery (Mon 3pm Tues–Wed 1:30pm Thurs 10:30am). The Alþingishús (or Alþingi) and City Cathedral next door represent Icelandic independence and Reykjavík’s coming of age in the late 18th century. In 1797, the Danish king consolidated Iceland’s northern and southern bishoprics into a single diocese in Reykjavík, just as the cathedral was being completed. The following year, the Icelandic parliament (Alþing) was moved here from Þingvellir, only to be abolished 2 years later. It was reinstated in 1845 in an advisory role to the Danish authorities. Behind the Alþingi is the Parliament House Garden, the country’s oldest park maintaining its original design: a traditional, formal layout with paths emanating from a circular lawn.

The elegant, understated City Cathedral (Dómkirkjan) (tel. 520-9700 Mon–Fri 10am–4:30pm unless in use for services Sat–Sun often busy for weddings, but open before or after high mass Sunday 11am various masses Sun evenings prayer mass Tues 12:10–12:30pm) is a good counterweight to the grandiosity of Hallgrímskirkja. National independence received its first religious blessing here, and annual sessions of parliament start here with a prayer service. Completed in 1796, the cathedral was enlarged in 1848 by Copenhagen’s royal architect, L. A. Winstrup, using a conventional blend of neoclassical and baroque features. The loft was the original site of the National Museum and Archives, and still has an interesting photo exhibit. Check the information box outside the church for concerts and events, listed in Icelandic but often discernible anyway.

Also in Austurvöllur Square is the Hótel Borg, Iceland’s first luxury hotel, built in 1930 to accommodate foreign guests for the millennial celebration of Iceland’s first parliamentary assembly at Þingvellir. It’s been an important cultural landmark ever since: Public dances for Allied soldiers were held here during World War II foreign visitors suffering under prohibition laws found refuge at the bar and Iceland’s punk rockers performed here in the 1980s. Come in the morning to breakfast among parliament members, or visit for a drink in the small, wildly decorated lounge.

One long block east of Austurvöllur is Lækjargata, a broad avenue dividing the western and eastern halves of the city. Originally there was a brook here, and underneath the pavement, Tjörnin pond still drains to the sea.

In the courtyard behind Lækjargata 6 is the Unknown Official. Several countries have monuments to the Unknown Soldier, but perhaps only Iceland has a sculpture paying tribute to—in lighthearted manner—the thankless, anonymous job of the bureaucrat. The 1994 sculpture by Magnús Tómasson depicts a man in a suit holding a briefcase, with his head and shoulders subsumed in a slab of unsculpted stone.

Reykjavík’s geographical heart, Lækjartorg Square, has an important history of public meetings. From the square, look northeast to the statue of Ingólfur Arnarson holding his spear aloft, and the grassy slope of Arnarhóll, which was named for him. According to the Icelandic sagas, Ingólfur became Iceland’s first permanent settler in 874. After his exile from Norway on murder charges, he wintered for 3 years on the south coast of Iceland. Arnarson decided on Reykjavík after following a pagan ritual that involved throwing his high-seat pillars (carved wooden columns set at the corner of a chieftain’s chair) into the sea and trusting the gods to guide him to the right spot. Ingólfur’s slaves, so the story goes, found the pillars 3 years later right at Arnarhóll. The statue by Einar Jónsson was unveiled in 1924.

Austurstræti leads from Ingólfstorg to Lækjargata, then changes name to Bankastræti, which proceeds east from Lækjartorg Square, and after three small blocks divides into two busy commercial streets, Laugavegur et Skólavörðustígur. Austurstræti, Bankastræti, and Laugavegur form a fairly straight line, and many assume Laugavegur covers this whole stretch. A block north of Laugavegur is Hverfisgata, another good street for strolling and people-watching.

Laugavegur (Hot Spring Path), Iceland’s busiest and most prestigious commercial street, was originally built as a trail for maids walking to Laugardalur to wash laundry in the natural springs. The street’s odd jumble of buildings reflects the emergent needs of commerce and benign neglect of architectural planners.

Noter: Ces informations étaient exactes au moment de leur publication, mais peuvent changer sans préavis. Assurez-vous de confirmer tous les tarifs et détails directement avec les entreprises en question avant de planifier votre voyage.


Viking, explorer, colonist

Relieved of his land ownership in Norway due to disputes, Ingólfur Arnarson decided to emigrate with his family and supporters. He first settled on an island off the coast of Iceland and still bears the name Ingólfshöfði today . After his blood brother Hjörleifur Hróðmarsson had been slain by his Irish slaves on a neighboring island and Ingólfur Arnarson had taken revenge on the murderers, he left the island, threw the raised pillars of his former house from Norway into the sea and vowed that his new home would be there build up where they would be washed ashore. So he came to a bay with hot springs. There he finally settled and named the place Reykjavík .

In Reykjavík on Arnarhóll above Lækjartorg there is a bronze statue of Ingólfur made by the artist Einar Jónsson . An identical statue can be found in Rivedal in Norway, the place from which Ingólfur set out on his journey.


1,000 Year Old Viking Sword Uncovered In South Iceland

SKAFTÁRHREPPUR, SOUTH ICELAND – A group of fowl hunters were tracking a gaggle of geese in southern Iceland when they stumbled across something none of them had expected to find: a 1,000 year old Viking sword. The area of south Iceland had been subject to some flooding, which had unearthed the find for them.

The sword tip has been broken off and the metal has been corroded, but for being a thousand years old, it’s still in remarkably good condition. When the group of friends found it, they immediately handed over the find to the Cultural Heritage Agency of Iceland. They date it to 950 AD, or even earlier.

“We are very excited…” Kristín Huld Sigurðardóttir, director of the Cultural Heritage Agency of Iceland said, “…this is only the 23rd sword from Viking times found in Iceland.”

Arni Bjorn Valdimarsson, one of the men who found the sword, boasted about the find on Facebook, saying “[I was] going goose hunting but ended up finding a sword that I think has been owned by Ingólfur Arnarson.

Ingólfur Arnarson was the Viking man credited with founding Iceland sometime around 870 AD. He, along with his wife, Hallveig Frodesdatter are accepted to be the first Nordic settlers of Iceland. According to Icelandic tradition, they founded Reykjavik from a single, simple wooden hut they built themselves.

Archaeologists and historians have done some digging at Reykjavik’s Main Street. Their findings have somewhat confirmed this story, as there is evidence of a small group of inhabitants dwelling in the area that dates back to around 870 AD. Does the sword belong to Ingólfur, though? That is less clear.

“There might be some remains of scabbard on the blade but we will know more about this when the conservators have done a thorough search. The goose hunters that found the sword discovered another object which we have not analyzed yet,” Kristín Huld Sigurðardóttir said, “Our archaeologists have now gone to evaluate whether this [area] is a pagan grave.”

What will it mean if a grave is discovered? Well, unless an inscription or some other clue as to the identity of the owner is found in the area, it won’t be certain that the sword belonged to the legendary founder of Iceland. Even so, it’s a remarkable find, and a grave could add more valuable insight into the life of the earliest inhabitants of Iceland’s past.

We’ll know more when the Agency’s archaeologists return from their dig with their findings.


Voir la vidéo: Ingolfur Arnarson: First Meet