Alai Darwaza et base de Qutab Minar, Delhi

Alai Darwaza et base de Qutab Minar, Delhi


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Alai Darwaza et base de Qutab Minar, Delhi

Cette vue le long de l'un des murs extérieurs de la Grande Mosquée de Delhi (également connue sous le nom de mosquée Quwwat-ul-Islam) montre l'Alai Darwaza, la porte d'entrée du complexe de la mosquée, et la base du Qutab Minar, le plus haut minaret de briques dans le monde

Un grand merci à Ken Creed pour nous avoir envoyé ces photos, qui ont été prises par l'oncle de sa femme Terry Ruff pendant son temps avec le No.357 Squadron, une unité d'opérations spéciales qui opérait au-dessus de la Birmanie, de la Malaisie et de Sumatra.


Cours d'histoire à l'ombre de Qutub Minar

Le 20 février, notre classe a fait une promenade patrimoniale jusqu'au complexe Qutub Minar. C'était vraiment une expérience merveilleuse. Les bâtiments anciens contrastaient fortement avec les bâtiments modernes et c'était comme remonter dans le temps. J'avais pensé que ce serait comme un cours d'histoire ordinaire, mais j'allais avoir une surprise.

Avec un guide expliquant chaque histoire associée à l'endroit, cela m'a fait réaliser que nous avons vraiment un riche patrimoine. L'architecture m'a stupéfié - j'ai eu du mal à croire que même alors les gens étaient si créatifs et travailleurs. Les figurines soigneusement sculptées, les motifs et les inscriptions arabes ont tous été si finement réalisés que même le meilleur des architectes modernes ne sera pas en mesure de les reproduire. La meilleure partie était qu'il ne s'agissait pas d'un seul monument dans une vaste zone. À côté du Qutub Minar de 72,5 mètres de haut se trouvaient l'Alai Darwaza, l'Alai Minar et le pilier de fer, pour n'en nommer que quelques-uns.

Ce qui m'a vraiment étonné, c'est le fait que les bâtiments qui ont été construits il y a des siècles restent debout, tandis que les bâtiments modernes s'effondrent quelques mois après leur construction.

J'ai vraiment apprécié la promenade du patrimoine et j'ai appris beaucoup plus que ce que j'aurais appris dans le cours normal - assis dans la classe d'histoire à l'école - et j'adorerais refaire une visite comme celle-ci.

Le 20 février, nous avons fait une promenade patrimoniale à Qutub Minar. Nous sommes d'abord allés à l'Alai Darwaza, la porte d'entrée principale du côté sud de la mosquée Quwwat-ul-Islam. Il a été construit par le deuxième sultan Khilji. Il a également ajouté une cour du côté est. La porte en forme de dôme est décorée de grès rouge et de décorations incrustées de marbre blanc. Il comportait des inscriptions en écriture naskh et des écrans de pierre en treillis mettant en valeur le remarquable savoir-faire des artisans turcs qui l'avaient créé.

Nous sommes ensuite allés au Qutub Minar. C'est le plus haut minaret en briques du monde, inspiré du minaret de Jam en Afghanistan et est un exemple important de l'architecture afghane ancienne. Cela a évolué plus tard dans l'architecture indo-islamique. Le Qutub Minar mesure 72,5 mètres (239 pieds) de haut, a cinq étages distincts, chacun marqué par un balcon en saillie porté sur un corbeau muqarnas et se rétrécit d'un diamètre de 14,3 mètres à la base à 2,7 mètres au sommet, qui est à 379 marches .

Il a été construit comme une tour de la victoire, pour célébrer la victoire de Mohammed Ghori sur le roi Rajput, Prithviraj Chauhan, en 1192 après JC, par son vice-roi d'alors, Qutb-ud-din Aibak, qui devint plus tard le premier sultan de la dynastie mamelouke. Sa construction a également marqué la fin du dernier des royaumes hindous du nord de l'Inde et le début de la domination musulmane en Inde. Même aujourd'hui, le Qutub reste l'une des tours de victoire les plus importantes du monde islamique. Aibak, cependant, ne pouvait construire que le premier étage. Pour cette raison, l'étage inférieur regorge d'éloges à Mohammed Ghori. Les trois étages suivants ont été ajoutés par son gendre et successeur, Iltutmish.

Après cela, nous sommes allés à la mosquée Quwat-ul-Islam qui est la première mosquée construite à Delhi après la conquête islamique de l'Inde et le plus ancien exemple survivant de l'architecture Ghurids dans le sous-continent indien. La construction de cette Jami Masjid (mosquée du vendredi) a commencé en 1192 après JC, quand Aibak était le commandant de la garnison de Muhammad Ghori qui occupait Delhi. Le Qutub Minar a été construit en même temps que la mosquée, mais semble être une structure autonome. il a été construit comme le Minar de Jami Masjid, pour que le muezzin appelle azaan, l'appel à la prière.

Nous sommes ensuite allés au pilier de fer - l'une des curiosités métallurgiques du monde. Le pilier, 7,21 mètres de haut et pesant plus de six tonnes, a été à l'origine érigé par Chandragupta II Vikramaditya (375-415 CE) devant un complexe de temples de Vishnu à Udayagiri vers 402 après JC, et a ensuite été déplacé par Aangpal au 10ème siècle après JC à partir de Udaygiri à son emplacement actuel. Anangpal a construit un temple de Vishnu ici et voulait que ce pilier fasse partie de ce temple. Ensuite, nous sommes allés voir les tombes d'Iltutmish et de l'Imam Zamim.

Enfin, nous sommes allés voir l'Alai Minar. Il a été construit par Alauddin Khilji, après avoir doublé la taille de la mosquée Quwwat ul-Islam. Il a conçu cette tour pour être deux fois plus haute que Qutb Minar. La construction a cependant été abandonnée, juste après l'achèvement du noyau du premier étage de 24,5 mètres de haut (80 pieds). Ala-ud-din mourut en 1316 et l'œuvre ne fut jamais reprise par ses successeurs. Le premier étage de l'Alai Minar, un noyau de maçonnerie en moellons géants, existe encore aujourd'hui, qui était évidemment destiné à être recouvert de pierres de taille plus tard. Le poète soufi et saint Amir Khusro dans son œuvre, Tarikh-i-Alai, mentionne les intentions d'Ala-ud-din d'étendre la mosquée et de construire un autre minar.

n Shambhavi Kalash, VII-F

L'histoire a toujours été mon point faible. Cela a été prouvé une fois de plus - quand j'ai vu que le complexe de Qutub n'avait pas seulement le Qutub Minar, mais d'autres structures et ruines. Nous (mes amis et moi) y sommes allés en voyage scolaire. Nous avons rencontré un guide qui nous a fait visiter les monuments . L'Alia Minar inachevé, l'Alia Darwaza et les ruines de la mosquée Quwwat-ul-Islam étaient fascinants. Le Qutub Minar, qui a l'air si banal de loin, a étonnamment, des sculptures du Coran et d'autres motifs sur ses murs. Il y a un pilier de fer qui a été érigé par le roi Chandragupta II Vikramaditya.

Le Qutub Minar a été construit en 1192 par Qutb-ud-din Aibak, et plus tard complété par son successeur Iltutmish. La haute tour conique est un exemple exquis de l'architecture afghane indo-islamique.

Qutub Minar est un site du patrimoine mondial et a survécu de manière impressionnante aux ravages du temps. Le minar est entouré d'un jardin verdoyant, un lieu de détente idéal pour les visiteurs.

L'Alai Darwaza est la principale porte d'entrée du complexe. La passerelle a été construite par le premier sultan Khilji de Delhi, Ala-ud-din Khilji. La porte en forme de dôme est décorée de grès rouge et de décorations en marbre incrusté, d'écrans en pierre à treillis et met en valeur le savoir-faire remarquable des artisans turcs. Il a été construit en 1311 après JC.

Ala-ud-din Khilji a commencé à construire l'Alai Minar, qui a été conçu pour être deux fois plus grand que Qutb Minar. La construction a été abandonnée, cependant, après l'achèvement du premier étage de 24,5 mètres de haut, peu de temps après la mort d'Ala-ud-din. Le premier étage de l'Alai Minar existe toujours aujourd'hui. Il est considéré comme l'un des bâtiments les plus importants construits à l'époque du sultanat.

Ensuite, nous avons vu le pilier de fer. Il mesure près de sept mètres de haut et pèse plus de six tonnes. Il a été érigé par Chandragupta II Vikramaditya (375-415 CE). C'est le seul morceau du temple jaïn qui reste, qui se tenait là avant d'être détruit par Qutb-ud-din Aibak. Une clôture a été érigée autour du pilier en raison de la popularité d'une tradition qui considérait comme une bonne chance si vous pouviez vous tenir dos au pilier et faire en sorte que vos mains se rencontrent derrière lui. Après un certain temps, nous avons dû quitter Qutb Minar. Nous avons dit au revoir au grand monument, au guide, puis nous sommes partis.

L'un des plus grands minarets de l'histoire, le Qutub Minar, culmine à 75,2 mètres. Il est incliné d'environ 60 cm à cause des tremblements de terre et des tsunamis.

Le complexe Qutub Minar se compose du minar, du célèbre pilier de fer, d'une mosquée et de trois arches. Lors de ce voyage historique intéressant, je me suis amusé parce que j'ai beaucoup appris sur la culture de notre nation.

Le Qutub Minar a été construit par Qutb-ud-din Aibak en 1192 et a été achevé par son successeur Iltutmish. Il mesure 72,5 mètres de haut. La base mesure 14,2 mètres de large et se rétrécit à 2,7 mètres au sommet. Le minar servait de tour de guet et a été construit sur la capitale des chauhans appelée Lal Qot. Ils étaient les derniers dirigeants hindous de Delhi. Le minar a cinq étages, chaque étage étant séparé par des balcons décoratifs. Le premier étage présente une alternance de bandes courbes et angulaires, la deuxième courbe et la troisième angulaire. Les deux étages supérieurs ont été réparés par Sikander Lodi car ils ont été endommagés par la foudre. Du marbre blanc, du grès rouge et jaune ont été utilisés pour construire le minar. Les matériaux pour la construction du minar ont été apportés de Makrana au Rajasthan. Le minar et ses bâtiments attenants sont collectivement appelés le complexe Qutub. La tombe d'Iltatmish est derrière le minar. Il y a aussi une mosquée dans le complexe, appelée la mosquée Quwat-ul-Islam qui a été achevée en 1198 par Firoz Shah Tughlaq. L'entrée pour remonter le minar a été fermée en raison de nombreuses bousculades, notamment celle de 1981, au cours de laquelle beaucoup sont morts.

On pense que le complexe Qutub a été construit en utilisant les pierres de 26 temples hindous et jaïns. De nombreuses pierres ont des images de dieux hindous et des représentations. Le style architectural hindou et jaïn peut être vu sur de nombreux bâtiments, qui soutiennent cette théorie. Il y a des gravures de cloches, de lotus et de conques sur de nombreux bâtiments. Ces exemples montrent également qu'en adoptant de nombreux styles architecturaux hindous et jaïns, les dirigeants voulaient montrer la coexistence des hindous, des jaïns et des musulmans.

Un pilier remarquable, appelé le pilier de fer fait également partie du complexe, qui n'a pas rouillé après toutes ces années. Il mesure 7 mètres de haut et son poids est estimé à plus de 6 tonnes. Une inscription en sanskrit écrite en écriture brahmi sur le pilier mentionne également un souverain nommé Chandra, qui pourrait être Chandragupta II Vikramaditya. Une petite sculpture de Garud reposait autrefois sur le pilier (qui était le symbole de Chandragupta) qui a maintenant été retiré. Il y a une légende qui dit que si l'on pouvait se tenir dos au pilier et faire se rencontrer les mains derrière le pilier, cela porterait chance. Cette pratique a causé une usure importante de la partie inférieure du pilier et il est donc maintenant barricadé.

Les Lodhis voulaient également construire un autre minar, qui serait le double des dimensions du minar original, mais n'ont pas pu le faire à cause de mauvaises fondations. Il mesure 24,5 m de haut et porte le nom d'Alauddin Khalji. Le Qutub Minar est également un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.


Qutub Minar

Les lieux suivants sont situés à l'intérieur du complexe Qutub et sont visités ensemble :

Qutub Minar
Alaï Minar
Alaï Darwaza
Tombeau et madrasa d'Alauddin Khilji
Tombeau d'Iltutmish
Pilier de fer

Les lieux suivants sont à proximité du complexe Qutub et sont idéalement visités en un seul voyage :

Parc archéologique de Mehrauli (2 km)
Jahaz Mahal (2 km)
Sri Aadya Katyayani Shakti Peeth Mandir - Chhatarpur (4 km)

À une distance de 15 km de la gare de New Delhi, Qutub Minar est la magnifique tour de la victoire se dresse dans le complexe Qutub situé à Aurabindo Marg près de Mehrauli à Delhi. Qutub est la plus haute tour de l'Inde et est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est l'un des sites touristiques incontournables de Delhi et l'un des meilleurs sites patrimoniaux de la ville de Delhi. Il est également couramment présenté dans la promotion du tourisme de Delhi.

Qutub-ud-Din Aibak a jeté les bases de Minar en 1199 après JC pour l'utilisation du Mu'zzin (crieur) pour donner des appels à la prière et a élevé le premier étage, auquel trois autres étages ont été ajoutés par son successeur et son fils -loi, Shamsud-Din Iltutmish (AD 1211-36). De nombreuses inscriptions en caractères arabes et Nagari à différents endroits du Minar révèlent l'histoire de Delhi. Selon les inscriptions sur sa surface, il a été réparé par Firoz Shah Tughlaq (AD 1351-88) et Sikandar Lodi (AD 1489-1517). Le major R. Smith a également réparé et restauré le Minar en 1829.

C'est un exemple idéal de style architectural indo-islamique. Le minar a un diamètre de 14,32 m à la base et environ 2,75 m au sommet avec une hauteur de 72,5 m (234 pieds). Les trois premiers étages sont en grès rouge et sont fortement échancrés avec différents styles de cannelures, alternativement rondes et angulaires au rez-de-chaussée, rondes au deuxième et angulaires au troisième. Les quatrième et cinquième étages sont en marbre et en grès. Qutub Minar est l'une des plus hautes tours individuelles du monde. Tous les étages sont entourés d'un balcon projeté encerclant le Minar et soutenu par des consoles en pierre, qui sont décorées avec un motif en nid d'abeille. Il y a une porte du côté nord, menant dans la tour à un escalier en colimaçon avec 379 marches qui mènent au balcon à chaque étage.

À la base du Minar se trouve la mosquée Quwwat-ul-Islam. C'est la plus ancienne mosquée existante construite par les sultans de Delhi. Il se compose d'une cour rectangulaire avec les colonnes et les piliers sculptés de 27 temples hindous et jaïns qui ont été démolis par Qutub-ud-Din Aibak comme indiqué dans son inscription sur l'entrée principale est.

Le complexe possède également un certain nombre d'autres monuments importants - la passerelle construite en 1310, l'Alai Minar, la Madrasa, les tombeaux d'Iltutmish, d'Aladdin Khalji et d'Imam Zamin.

Frais d'entrée (complexe Qutub): Rs. 10 pour les Indiens et Rs. 250 pour les étrangers.


Qutub Minar Delhi

Construit au 13ème siècle, Qutub Minar n'est pas seulement le plus haut minaret de briques du monde, mais aussi l'un des célèbres monuments historiques de l'Inde. En tant que site culturel du patrimoine mondial de l'UNESCO, Qutub Minar attire des milliers de visiteurs chaque jour. En visitant le site touristique, on découvre la zone archéologique environnante qui comprend des bâtiments funéraires, notamment la magnifique porte Alai-Darwaza, chef-d'œuvre de l'art indo-musulman construit en 1311, et deux mosquées.

Témoin du monument, vous serez sûrement captivé par l'immense structure qui a résisté à toutes les épreuves du temps. S'élevant jusqu'à 72,5, Qutub Minar a 379 marches qui doivent être couvertes pour atteindre le sommet. Construits en pierre rouge et en marbre, les trois étages de la base sont construits en grès rouge tandis que les deux étages supérieurs sont en marbre et en grès.

La magnifique structure architecturale a été construite pour mettre en avant l'importance de la religion islamique. De plus, il n'a pas été entièrement construit d'un seul coup mais a subi divers travaux de réparation pour la restauration de cette structure en conservant le style indo-islamique inspiré du minaret de Jam en Afghanistan. En entrant dans le minaret, on rencontrait les inscriptions arabes sur les murs de la tour qui dépeignaient vraiment l'importance historique de la structure.

Étant le lieu touristique populaire de Delhi, le monument reste ouvert du lever au coucher du soleil pour les habitants ainsi que pour les touristes nationaux et internationaux. Alors, ne manquez pas de visiter l'imposante structure Qutub Minar lors de votre visite à Delhi pour tirer le meilleur parti de votre visite en Inde.

Histoire de l'attraction

La construction de Qutub Minar a commencé en 1199 après JC par Qutb ud-Din Aibak, le fondateur de la dynastie mamelouke à Delhi, qui a ensuite été achevée par son successeur et gendre Iltutmish. Bien que l'origine du Qutub Minar soit entourée de controverses et certains pensent qu'il a été érigé comme une tour de victoire pour signifier le début de la domination musulmane en Inde. Alors que, certains croient qu'il a été construit pour appeler les fidèles à la prière.

Horaires des visites

On peut faire une visite à Qutub Minar du lundi au dimanche de 6h00 à 18h00.

Frais d'entrée

L'entrée à Qutub Minar est de 10 INR pour les Indiens et de 250 INR pour les touristes étrangers.

Meilleur moment pour visiter

Qutub Minar peut être visité en toutes saisons tout au long de l'année. Pour découvrir et admirer la beauté de Qutub Minar, essayez de visiter pendant la saison hivernale lorsque le temps reste frais.

Meilleures choses à faire et lieux à voir à proximité

Les autres attractions touristiques près de Qutub Minar satisfont les envies des passionnés d'histoire qui cherchent à rassembler des informations décrivant la richesse de la culture et de l'art.

  • Situé à une distance de 3 km, visitez le parc archéologique de Mehrauli, qui a la particularité unique de contenir des monuments autour du 11ème siècle.
  • Une visite à la galerie d'art Threshold, située à 2 km de Qutub Minar, vous conduirait à un minimum de décorations où se tiennent des expositions et des expositions d'art.
  • Jahaz Mahal est une autre attraction touristique située à 3 km de Qutub Minar.
  • À une distance de 3 km de Qutub Minar, vous trouverez le Jardin des cinq sens qui est un endroit parfait et tranquille où vous pourrez assister à l'abondance d'oiseaux et de belles fleurs.

Comment atteindre

Se rendre à Qutub Minar est pratique. Les voyageurs doivent prendre la ligne jaune en direction du centre-ville de Huda à Gurgaon.


La résilience de Qutub Minar

Paromita Shastri est rédactrice et rédactrice indépendante. Elle a précédemment travaillé pour les magazines Accenture, Mint et Outlook.

Nous examinons le complexe de Qutub, qui présente un amalgame de plusieurs styles architecturaux en Inde - persan, arabe et indien - qui deviendra plus tard connu sous le nom d'indo-sarrasin. Le célèbre Qutub Minar lui-même a bravé des calamités naturelles et des efforts de préservation désastreux pour continuer à être l'un des monuments les plus identifiables de l'Inde. (Photo gracieuseté : Ayan Ghosh/Sahapedia)

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le Qutub Minar de 72,5 mètres de haut est devenu le symbole durable de Delhi. C'est la plus haute tour en briques du monde et l'un des plus beaux spécimens de l'artisanat islamique. Situé dans un complexe verdoyant de monuments et de ruines dans le parc archéologique de Mehrauli, anciennement appelé Qila Rai Pithora, ce site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO attire environ trois millions de visiteurs par an. En effet, tout comme la ville qu'il symbolise, le Qutub Minar a non seulement résisté à l'épreuve du temps pendant plus de 800 ans, mais a également résisté à plusieurs modifications de conception, réparations et reconstructions, à la foudre et aux tremblements de terre, voire à des efforts de préservation.

Le Qutub Minar est une tour de grès rouge de cinq étages construite par les conquérants musulmans au XIIIe siècle pour commémorer leur triomphe final sur les dirigeants Rajput de Delhi (Qutub signifie victoire), tout en servant de tour d'où muezzins (crieurs) appellent à la prière à la mosquée Quwwatu'l-Islam à proximité. Les minar (tour) est gravé de fines décorations arabesques sur sa surface, principalement des versets du Coran. Bien qu'il soit basé sur le minaret de Jam à Ghazni, dans l'ouest de l'Afghanistan, Qutub Minar est beaucoup plus grand et plus richement gravé de cloches et de guirlandes en boucle et de bordures de lotus. Ibn Battuta, le célèbre voyageur marocain du XIVe siècle, juge à l'époque de Mohammed Bin Tughlaq et gardien du complexe pendant un certain temps, a été impressionné par '. . . le minaret, qui n'a pas d'équivalent sur les terres d'Islam ».[1]

Fig. 1. Le complexe Qutub présente la coexistence du patrimoine architectural et des styles de différentes confessions (Courtoisie : Ayan Ghosh/Sahapedia)

Une histoire en couches
L'histoire de Qutub Minar est aussi diversifiée et stratifiée que l'histoire et la culture de l'Inde. Le complexe Qutub, qui abrite également l'Alai Darwaza, la mosquée Quwwatu'l-Islam et le pilier de fer, met en valeur la coexistence du patrimoine architectural et des styles de différentes confessions, parfois un mélange harmonieux et une juxtaposition hâtive à d'autres. La construction du minar a commencé en 1198 avant notre ère par Qutubu'd-din Aibak, le mamelouk (esclave) commandant en chef de Muhammad de Ghori, et fondateur de la domination musulmane en Inde. Aibak, qui est devenu le premier roi de la dynastie mamelouke, a réussi à terminer la base de la tour avant sa mort en 1211. Son fils et successeur, Shamsu'd-din Iltutmish (1211-1236), a ajouté trois étages supplémentaires. Lorsque le minar a été endommagé par la foudre au XIVe siècle, Firoz Shah Tughlaq (1351-1388) a construit la partie supérieure, un bel exemple de fabrication en marbre blanc et grès rouge.

Le règne d'Aibak, écrit l'architecte Richa Bansal Aggarwal dans Sahapédia, a marqué le début du Sultanat de Delhi (1192-1526), ​​qui a eu une grande influence sur la culture, la foi, l'art et l'architecture du sous-continent.[2] En effet, le complexe présente plusieurs exemples étonnants d'une nouvelle ère de l'architecture en Inde, un amalgame de styles persan, arabe et indien qui deviendra plus tard connu sous le nom d'indo-sarrasin, alternativement d'indo-islamique. Le mélange s'est produit naturellement car le complexe a été construit sur les ruines de Lal Kot qui comptait 27 temples hindous et jaïns, un fait que les constructeurs eux-mêmes ont inscrit sur les monuments. Les inscriptions en caractères persan-arabe et nagaris sur le minar racontent l'histoire complète : le pourquoi, qui et comment du minar, le temps pris et bien d'autres détails.

Fig. 2. Porte d'entrée de la mosquée Quwwat-ul-Islam (Courtoisie : Ayan Ghosh/Sahapedia)

Selon une inscription en langue coufique, le minar aurait été établi pour refléter l'ombre de Dieu à l'Est et à l'Ouest. Cela est particulièrement évident dans la mosquée adjacente Quwwatu'l-Islam, la première du genre à Delhi, construite par Aibak à la hâte sur quatre ans entre 1393 et ​​1397. La mosquée a des piliers qui semblent avoir été utilisés inchangés par rapport au temple précédent, ainsi que des colonnes sculptées et des dômes à encorbellement en pierre de taille, lui donnant l'impression d'un temple hindou/jain.

Le magnifique Alai Darwaza, ajouté au complexe en 1311, est le plus ancien exemple connu d'un véritable arc moghol, avec des minarets creux et un dôme unique abritant une petite coupole au-dessus de la plus grande. Le portail, construit en grès rouge et en marbre blanc, est abondamment décoré de jaali motifs (écrans en treillis) et dessins géométriques et floraux. Alauddin Khilji madrasa et tombe qui sont pour la plupart en ruines, le mausolée de grès et de marbre décoré par calligraphie d'Iltutmish de style sarrasin, avec des motifs géométriques et des inscriptions, et la tombe du sultan Ghiyas-ud-din Balban (d. 1287) sont d'autres spécimens brillants de l'architecture en le complexe. Le plus remarquable de tous est entièrement hindou. Il s'agit d'un pilier en fer de 7 mètres de haut, construit au IVe siècle après J. Vishnudhvaja (tour du dieu Vishnu) sur la colline de Vishnupada, portant une image du dieu hindou Garuda au sommet.[3] Le pilier est composé à 98 % de fer mais n'a toujours pas rouillé. Il est largement admis que les inscriptions du pilier concernant sa création à la mémoire du roi Chandra font référence à Chandragupta Maurya le second, qui date le pilier de 375 à 415 de notre ère, soulignant les réalisations étonnantes de l'Inde en métallurgie il y a environ 1 600 ans.

Les experts disent que le Qutub Minar - en fait l'ensemble du complexe en général - marque également un départ dans les points les plus fins de l'architecture car il représente un changement clair de la forme trabeate (poutres, piliers et linteaux) à la forme arquée (vraies arches structurelles, un style qui est originaire de Rome), montrant à quel point les artisans indigènes se sont adaptés aux nouveaux styles de construction.[4] Une des gravures sur le minar dit Shri Vishwakarma prasade rachita (créé avec la bénédiction de Vishwakarma, le dieu hindou de la construction), reflétant la contribution des artisans locaux.

Fig. 3. La chambre funéraire d'Alauddin Khalji dans le complexe de Qutub (Courtoisie : Ayan Ghosh/Sahapedia)

Patiné, mais pas battu
Le Qutub Minar, qui passe de 14,32 mètres à sa base à 2,75 mètres au sommet, possède un balcon entourant chaque étage, soutenu par des consoles en pierre décorées en nid d'abeille. Auparavant, on pouvait monter l'escalier en colimaçon de 379 marches jusqu'au sommet, mais une ruée tragique en 1981 a conduit à sa fermeture définitive. Même le pilier de fer, que les visiteurs encerclaient avec leurs mains pour porter chance, est enfermé dans une barrière en raison du contact humain qui corrode sa surface.

En effet, la menace environnementale pour les monuments du complexe est assez grave. Il a été plusieurs fois endommagé par des catastrophes naturelles. Hormis deux coups de foudre en 1368 et 1503, un tremblement de terre en 1802 renversa la coupole. Le minar s'incline d'un peu plus de 65 cm par rapport à la verticale, ce que l'Archaeological Survey of India (ASI) considère comme sûr. Il estime également que la base solide du minar empêche tout dommage important dû à des facteurs d'origine humaine. Mais les infiltrations d'eau de pluie continuent d'être une menace. Construction aléatoire et précipitée, types de matériaux utilisés, réparations défectueuses par les Britanniques, menaces sismiques qui rendent les étages supérieurs vulnérables et importance historique - tous ces facteurs font de Qutub Minar le premier sur la liste de préservation de l'ASI.

Fig. 4. Arabesques, motifs de feuillage et autres motifs décoratifs (Courtoisie : Ayan Ghosh/Sahapedia)

Qutub Minar dans le vieux Delhi

Construit par le sultan Qutb-ud-din à la fin du XIIe siècle, Qutub Minar à Delhi est le plus haut minaret de la ville. L'imposant monument de Qutub Minar, Old Delhi a été construit en 1193 pour célébrer la domination de la communauté musulmane après la défaite du dernier souverain hindou à Delhi. Situé à Mehrauli, cet entrepôt du patrimoine de la capitale de l'Inde, est utilisé comme lieu du festival Qutub, où un grand nombre d'artistes, de danseurs et de musiciens sont réunis chaque année. Des grès finement sculptés portant des versets du Coran expliquent la construction du Qutub Minar. La zone est entourée de bâtiments funéraires, de la porte Alai-Darwaza et de deux mosquées construites avec des matériaux réutilisés. Qutub Minar à Delhi est actuellement un site préservé du patrimoine mondial de l'UNESCO.

À propos du complexe Qutub Minar

Monument emblématique épelant le récit de la capitale de l'Inde, Qutub Minar représente l'insigne de la domination moghole. Et, il se présente comme l'une des attractions les plus importantes du complexe Qutub, qui comprend Alai Minar, Alai Darwaza, le pilier de fer, la mosquée Quwwat-ul-Islam, la madrasa et le tombeau d'Ala-ud-din, le tombeau de l'imam Zamin, la coupole du major Smith , et le cadran solaire de Sanderson. La magnifique attraction de Qutub Minar à Delhi est le plus haut minaret de briques du monde conçu en ressemblant au minaret de Jam en Afghanistan. Par conséquent, des visiteurs du monde entier fréquentent l'endroit lors de leur tournée à Delhi.

L'histoire de Qutub Minar remonte à 1193 lorsque le souverain Qutb-ud-din Aibak a proclamé son autorité sur les dirigeants hindous de Qila Rai Pithora. Et, on pense qu'il a été nommé d'après lui, car il était responsable de l'érection de ce monument. Construit comme un symbole de la victoire des musulmans sur le dernier souverain hindou de Delhi, il a été construit par le premier souverain de la dynastie mamelouke-Qutb-ud-din Aibak commémorant la victoire de Muhammad Ghori sur Prithvi Raj Chauhan en 1192. Le minaret a traversé de nombreux changements dans les mains de la nature et de la domination britannique. Et ainsi, sa façade architecturale est assez variée reflétant les époques allant d'Aibak à la dynastie Tuglaq.

Style architectural de Qutub Minar

Influencée par le minaret de Jam en Afghanistan, l'architecture de Qutub Minar à Delhi est destinée à s'émerveiller. Avec cinq étages effilés et un escalier de 379 marches, cette attraction est embellie par des cloches en boucle, des guirlandes et des bordures de lotus sculptées. En explorant cette attraction, vous pouvez également trouver des inscriptions parso-arabes et nagaris sur ses murs, qui reflètent les preuves de sa reconstruction par Sikandar Lodi et Tuglaq entre 1381 et 1517.

Construit dans le style afghan, la hauteur de Qutub Minar est de 73 mètres. Bien que la structure imposante s'incline à environ 65 cm de la base verticale, elle est considérée comme assez sûre. Cependant, les experts souhaitent qu'il soit surveillé en permanence, sinon les infiltrations de pluie pourraient affecter sa base.

Informations sur Qutub Minar

Visitez ici juste avant que le crépuscule ne tombe, et vous aurez peut-être l'occasion d'assister à la silhouette penchée de cette structure imposante qui vous transporte dans le passé, tandis que le magnifique coucher de soleil offre une toile de fond parfaite à cette attraction. Si vous êtes un passionné d'histoire à la recherche d'une visite de cette attraction afin de vous plonger dans l'histoire de l'Inde, alors ses plaques glorifiées sont toutes là pour vous accueillir. De plus, en plus d'être un monument historique, cette attraction sert désormais de décor de conte de fées à de nombreux visiteurs, où vous pouvez passer un moment de gala avec vos proches.

Étant le plus haut minaret de briques du monde, Qutub Minar à Delhi est fréquenté par des visiteurs du monde entier.

Le monument est dédié par Aibak au saint soufi Ordre Chishti - Qutbuddin Bhaktiyar Kaki.

Vous pouvez également louer un audioguide dès son entrée pour chérir chaque tranche d'histoire qu'il représente.

Approchez-vous de ce monument et vous pourrez lire les versets du Coran qui ont été gravés sur ses briques et sont recouverts de sculptures élaborées.

Autres Monuments Historiques à proximité de Qutub Minar

Après avoir exploré ce monument historique du vieux Delhi, vous pouvez également choisir de visiter quelques autres monuments historiques situés à proximité, tels que le parc archéologique de Mehrauli, le tombeau de Firoz Shah Tuglaq, le Fort Rouge, Alai Minar et Jama Masjid. Ces monuments ainsi que Qutub Minar vous feront voyager dans le temps. Le parc archéologique de Mehrauli est l'un des meilleurs endroits à visiter depuis Qutub Minar. Il est également situé à une distance proche de 650,0 m, par conséquent, on peut facilement y accéder par une brève promenade. Alai Minar est une autre option qui est située à une distance de 400,0 m. À seulement 650,0 m de Qutub Minar, le tombeau de l'imam Zamin est également l'un des meilleurs endroits que l'on puisse envisager de visiter. Le tombeau de Firoz Shah Tughlaq est une autre destination que vous pouvez visiter. Il est situé à une distance de 5,7 km. D'autre part, le Fort Rouge est également situé à une distance de 21,2 km.


Architecture

Il est largement admis que le pinacle, qui montre le style d'ingénierie afghan précoce, a été fabriqué en s'inspirant du minaret de Jam en Afghanistan. Chacun des cinq récits indubitables du minaret est rehaussé d'une galerie en saillie soutenue par des sections planifiées de manière imprévisible. Alors que les trois premiers étages sont intrinsèquement en grès rouge clair, le quatrième est simplement fait de marbre et le cinquième est un mélange de marbre et de grès. Les styles de composition de la base au sommet contrastent également, en raison des nombreux dirigeants qui l'ont construit partie par partie.

Il existe des groupes de gravures sur diverses zones de Qutub Minar qui décrivent son ensemble d'expériences. Des strophes coupées embellissent le pinacle.


Fait intéressant à propos de Qutub Minar

1. La construction de Qutub Minar a été lancée par le souverain de la dynastie Ghulam, Qutubuddin Aibak en 1193 après J. Construit au dernier étage.

2. On dit que Qutub Minar a été nommé d'après Khwaja Qutbuddin Bakhtiar Kaki.

3. Le nom original de Qutub Minar est Vishnu Pillar qui a été construit non par Qutubdin mais par l'un des Navratnas de l'empereur Chandragupta Vikramaditya et de l'astronome Varahamihira.

4. Qutub Minar est la plus haute tour du monde en brique. Il mesure 72,5 mètres de hauteur et 14,3 mètres de diamètre, qui culmine à 2,75 mètres au sommet.

5. Les trois étages du Qutub Minar à cinq étages sont faits de grès rouge et les deux autres étages sont faits de marbre et de grès rouge et les balcons sont situés devant chaque étage.

6. The round staircase has been built inside the Qutub Minar tower having 379 steps.

7. Qutub Minar is in Qutub Minar Complex, also has Kubbat-ul-Islam Mosque, Alai Minar, Aali Darwaza, Iron Pillar, and Iltutmish’s Tomb.

8. The specialty of the iron pillar located on the premises of Qutub Minar is that even after being hundreds of years old, this pillar has not yet rusted.

9. Qutub Minar is built on the remains of ancient fortress Lalkot in the ancient city of Delhi, Dhillika. Dhillika was the capital of the last Hindu kings Tomar and Chauhan.

10. The Qutub Minar is surrounded by several great historical monuments and all of them together are referred to as “Qutb Complex”.


Qutub Minar and Mehrauli Archaeological Park

Mehrauli, the area around the Qutub complex is probably the oldest continuously inhabited area in Delhi and it’s the site of Delhi’s first and oldest of its seven cities, Lal Kot, founded by the Tomar Rajput, Anang Pal in 1060 AD.

The only remnants of this period are the fort walls and the Iron Pillar, which may have been moved here by the Tomar kings. The Chauhan Dynasty replaced the Tomars as the rulers of Delhi in the mid 12th century. The last ruler of this dynasty, Prithviraj Chauhan, enlarged the fortress of Lal Kot to form Qila Rai Pithora. The much lower fortification of Qila Rai Pithora had a circumference of about 8 km and twenty-eight gates. Today, only three gates and part of the wall remain of the original fort. It is believed that the most impressive buildings of this period were twenty-seven Hindu, Buddhist, and Jain temples, at the site where the Qutub Minar stands today.

Qutubudin Aibek, the commander of Muhammad of Ghor (in present-day Afghanistan), after defeating Prithvi Raj Chauhan in 1192 AD, captured Qila Rai Pithora (now Mehrauli), the capital of the Chauhans, as part of a series of conquests of territories of the Ghaznavid empire.
After the death of Muhammad in 1206 AD, Qutubudin assumed independent rule from Delhi. As Qutubudin was a military slave (Mamluk) of Turkish descent, he and his successors were known as the Slave Dynasty. This marked the beginning of the Delhi Sultanate (1192–1526AD), a succession of dynasties whose control came to extend across the northern plains and into the Deccan. The rulers brought with them cultures and a faith which had great impact on the subcontinent, and the influence was also manifested in art and architecture.

27 temples were destroyed by Aibek as an act of war, and their pillars used to build Delhi’s first mosque, the Quwwat-ul-Islam Mosque (1192 AD). This structure is a masterpiece of Indo-Muslim art and one of the oldest mosques in India. Its oldest portions were built using pillars from temples built by the Rajput’s, but it underwent two phases of further expansion, in the 1230s and 1300s.

Probably the most significant building of early Turk rule is the Qutub Minar built in the early part of the thirteenth century, by the emperors Qutubudin Aibek and Altutmish (Mamluk Sultan Altutmish) as a symbol of victory. The Qutub complex lies in the middle of the eastern part of Lal Kot. Qutub Minar is the tallest rubble masonry minaret in the world.
The construction of Qutub Minar was interrupted due to Qutubudin’s death, and the minar was primarily built by Altutmish, the successor of Qutubudin. It was later extended by Firoz Shah Tughlaq in 1368 AD.

Damage to the Qutub Minar was repaired by many sultans during subsequent periods of history, the last of these major repairs were carried out by the British who added to the tower in the 1820s, a cupola and sandstone railings on the balconies.

The entire structure of the Qutub Minar- its fittings, its Arabesque ornamentation and the corbelling of its ‘stalactites’ – are basically Saracenic in motif and feeling. It was for the first time that horse-shoe arch was used in the construction of any building in India.

Moreover, the history of the Qutub is written on some of its stone slabs. For instance, the name of Qutubudin Aibek, who laid the foundation of the Qutab in 1200 AD probably as a tower of victory on the model of one at Ghazni in Afghanistan, is engraved on it.

The minar also served as a minaret of the Quwwat-ul-Islam mosque for the Muslim priest to give call for prayers to the faithful. Ibn Batuta, a famous traveller and commentator of the Middle Ages, described the Qutab as “one of the wonders of the world . . . which has no parallel in the lands of Islam.” However so grandly conceived, the Qutub Minar seems to have been built by Aibek and his celebrated successor, Altutmish, in a hurry. Instead of getting stone and other building materials from afar – admittedly a time-consuming and back-breaking activity – they made do with whatever they could get from the demolished Hindu and Jain temples in the area.

The indecent haste with which they built it and the material which they used in its construction have left an “indelible scar” on the Qutab. It suffers from an inherent construction defect. A.G. Page, superintendent of archaeological department of India between 1918-26, once opined: “It is not improbable that the displacement of the masonry is the result of settlement that occurred when the tower was being built, due to work being ‘run-up’ too quickly and to excessive use of mortar.” The difference in the thickness of the slabs used, also led to cracks and bulges and to the construction defects.

In addition to its traditional use for calling the faithful to prayer, it also has a monumental purpose, since a later Nagari inscription calls it Alaudin’s “victory monument” (Vijaya-stambha). In its present form it consists of five storeys, the topmost of the original four storeys having been replaced by two storeys during the reign of Firoze Shah Tughlaq. Each storey is separated from the next by highly decorated balconies, with pendentives and inscribed bands. The three earlier storeys are each decorated differently, the lowest being of alternating angular and rounded flutings, the second with rounded flutings alone, and the third with angular flutings alone the same vertical alignment continues, however, through
all three storeys.

The Qutub has been damaged twice by lightning and several times by earthquakes. Two of its storeys were struck by lightning in 1368 AD. They were reconstructed in marble by Firoze Shah Tughlaq. In 1503 AD, when it was again struck by lightning, Sikandar Lodi repaired it extensively. Qutab’s cupola toppled during the 1803 AD earthquake. The then Governor-General ordered repairs. Alexander Cunningham, a renowned archaeologist executed the orders. 25 years later, Major Smith of the Bengal Engineers carried out its repairs. He also added to the Qutub a kiosk which appeared to be so incongruous that Lord Hardinge ordered its removal in 1948 AD. It now lies on the lawn of the nearby Dak Bungalow.

In the repairs done in the last century and between 1910-15 AD, iron dowels were used to join stones, apparently to save cost. These dowels rusted with time and cracked the stones they were meant to join. Rain water seeped in and enlarged these cracks. All iron dowels are now being replaced by those of copper and gun-metal which will not rust. The new dowels are being firmly sealed with lead. Thinner slabs of 4cm thickness or less are also being replaced by red stone ones with 45cm thickness. Moreover, liquid cement mortar has been compressed into the masonry to fill the crevices and to make the base compact and solid. After the repairs, expert calligraphists will etch inscriptions from the Quran on the Qutab’s stone structure.
The latest repairs, according to experts, will avert any mishap to the Qutub from elements not beyond human control.


Quwwat-ul-Islam mosque in the backdrop of the Iron Pillar

Quwwat-ul-Islam (Might of Islam) – The oldest mosque/ Jama Masjid of North India

The Quwwatu’l-Islam mosque consists of a courtyard, cloisters, and a prayer hall. The high arched screen facing the prayer hall was added in the 14th century.

Inscriptions on the Qutub Minar suggested that Qutubudin Aibek built this Mosque as the first building after stepping on Indian Land. Qutubudin Aibek ruled over Delhi from 1206 to 1210 AD. There is a confusion over the actual name of this mosque. These days, we call it Quwwat-ul-Islam (Might of Islam) but the old books suggest that its name was Qubbat-e-Islam.

R.N.Munshi even writes it as ‘Qutb-ul-Islam’. Further, Munshi quotes the translation of the inscription written on the walls of Mosque (done by Thomas in his book – Pathan Kings):

“Kutb-ud-Din Aibak, on whom be the mercy of God, constructed this mosque. This fortress was conquered and this Masjid Jami was built during the months of the year 587 by the great and mighty commander-in-chief Kutb-ul-Dawlat-wa-ul-Din, the commander of commanders, Aibeg Sultan. May God exalt his helpers. Materials from 27 idol temples, each of which cost twice thousand into thousand Diliwals, have been used in this Masjid. May Almighty God send mercy on him, who prays for the rest of the builder.”
Quote Ref: The History of the Kutb Minar (Delhi) by R. N. Munshi (1911)

Later this mosque was extended by Alaudin Khilji and a college (Madrasa) was added to it. When Khilji died, he was buried in the same mosque and his tomb, though not decorated with glorifying marble and inscriptions, was built in same complex.

The systematic way in which the various elements were placed in the newly constructed mosque suggests that they were not treated as random spolia. For instance, the largest and most elaborately carved pillars were used in the western arcade, the part of the mosque closest to Mecca, and therefore the direction in which the congregation faced.

Iron Pillar

The Iron Pillar is 7.02m in length, 0.93m of this being below ground. It is built up of many hundreds of small wrought iron blooms welded together and is the largest known composite iron object from so early a period. The remarkable lack of corrosion is attributable to the combination of several factors, among them the high corrosion-resistance of wrought iron, the climatic conditions in Delhi, and the likelihood that it was frequently anointed with ghee (melted butter). The deep cavity at the top suggests that it may at one time have been crowned by a Garuda image.
The iron pillar was brought from elsewhere in India. It bears a 4th century AD Sanskrit inscription describing the exploits of a ruler named Chandra, believed to be the Gupta king Chandragupta II (375-413).


Calligraphy on the walls of the Alai Darwaza

Alai Darwaza

The first intact structure that employed true Islamic principles of construction was the Alai Darwaza, built in 1311 by Ala-ud-din Khilji. It was planned as one of the grand gateways to the Qutb Complex and the mosque. The other three seemingly could not be completed due to the death of Ala-ud-Din.

DISCOURSE ON CLAIM: Qutub Minar is a Hindu Monument

Recently, eleven mutilated and defaced stone idols of Hindu gods and goddesses were recovered from the inner core of the 72.56m high red-stone pillar during the repair work which is in progress. No Hindu king would have dreamt of using, much less dared to use, such idols as building material.
Moreover, ther minarets build by Islamic sultanate around the same time as Qutub Minar are very similar in construction.

Minaret of Ghazni: Built by Muizuddin Bahram in 10th century in the city of Ghazni. It is little different from the Qutb Minar but has many similarities, like built by same generation of rulers and it is also the minaret of a mosque.

Minaret of Gutluk Temir in Konye-Urgench: This is the third tallest rubble masonry minaret in world built in Old Urgench city of Turkmenistan in 11th century.

Minaret of Jam: This Minaret, very much similar to the architecture of Qutub Minar is situated in Shahrak District of Ghor Province of Afghanistan. It is right next to the Hari River. This 65m high minaret was completed in 12th century. This place (called Firuzkoh) was the summer capital of Ghorid Dynasty (from where Qutubudin Aibak came). This is the second tallest rubble masonry minaret of world and was probably attached to a mosque, just like Qutub Minar.

DISCOURSE ON CLAIM: Qutub Minar was built by Altamash

The following are the other prominent travel historians of related period.
Ibn Asir (with his work Kamil-ut-Tawarikh aka Tarikh-i-Kamil), Ata Malik Juwaini aka Alau-ud-din Juwaini (with his work Tarikh-i-Jahan-Kusha), Maulana Nuruddin Muhammed ‘Ufi, who lived in Delhi during Altamash’s period (with his work Jami-ul-Hikayat wa Liwami-ul-Riwayat), Minhaj-i-Siraj (with his work Tabkat-i-Nasiri). The above authors make no mention of Minar. If it was one of the biggest construction of era, these people, who were living in Delhi and writing particularly on Qutb-ud-Din Aibak must have mentioned about it.

Fatuhat-i-Feroz Shahi, written by Sultan Feroz Shah Tughlaq himself has a mention of Qutb Minar. It says: “The minara of Sultan Muizz-ud-din Sam had been struck by lightning. I repaired it and raised it higher than it was before”

It should be noted that Feroz Shah Tughlaq also repaired other monuments and mention correct names like Hauz-i-Shamsi, Hauz-i-Alai, Madrasa of Altamash, Rukn-ud-din’s Tomb, Sultan Jalal-ud-Din’s Tomb and so on. Tarikh-i-Firozshahi written by Shams-i-Siraj Afif however refer to this Minar as “the large pillar at old Delhi” raised by Sultan Shams-ud-Din Altamash. Ibn Batuta was not sure who built this minar so all he wrote about the builder was “Is it the minar of Feroz Shah”. Babur in his memoirs mention about this minar as the Minar of Sultan Alauddin Khilji. This shows that even till late 16th century, this minar was not attributed to Qutb-ud-Din Aibak. It was known by the names of Altamash, Khilji or Tughlaq, who we know built and repaired portions of minar.

DISCOURSE ON CLAIM: Built by Altamash, dedicated to Khwaja Qutubudin Bakhtiyar Kaki

Some historians claim that Altamash dedicated this Minaret to Khwaja Qutubudin Bakhtiyar Kaki, whose shrine is right behind this complex. Khwaja Kaki is the immediate successor of Hazrat Khwaja Mouinuddin Chisti of Ajmer. This could be true because we know how much Altamash respected Hazrat Kaki.
Ritter in the Journal of the Asiatic Society of Bengal (Vol XX, Nos. I to VIII, 1851, p353), wrote that this Minar could be in honour of Qutub Sahib, the celebrated saint. This statement is further corroborated by Major Raverty in his translation of Tabakat-i-Nasiri where he calls this Minar as ‘Lath of Kutb Sahib’. Several other historians like Miss Mabel Duff (aka Mrs. W. R. Rickemers) and even Sir Alexander Cunningham (Dir. Gen. of ASI – 1862) support this statement. But they all put forward their assumptions and no one gives an assurance of confirmed fact to prove it. The only logical reason was given by R.N. Munshi, who says that since Hazrat Kaki was such a celebrated saint, it is possible that the emperors never thought of putting an extra line on the Minaret and it was assumed by everyone as the ‘Laat of Qutub Sahib’.

DISCOURSE ON CLAIM: Hindu Monument, Link with 27 Nakshatras

Many people claim that since there were 27 temples and Qutub Minar has 27 edges on base, this could be a Hindu observatory to study the Constellation movement as Hindus believe in 27 Nakshatras.

There were 27 temples. They were a mix of Jain and Hindu Temples. This makes it impossible to form a pattern for observatory. These temples were built in different eras, some even decades apart. There is no proper documentation for each. The temples were not in a single complex. They were spread across the length and breadth of this first city. Some were even outside the walls of Lal Kot and Rai Pithora. We still have Jain Dada Badi and few other remains. A portion of Temple is still intact in the Quwwat-ul-Islam Mosque. One should see its placement and design, before reaching the final conclusion. The base has 27 conical edges and 27 circular ones. This makes it 54 at base.

Mehrauli Archaeological Park

Existing adjacent to the Qutub Minar is the Mehrauli Archaeological Park, which houses around 100 historical monuments dating to the days of Tomar Rajputs. Which was even before the Muslim dynasties. It is again a classic illustration of witnessing the many empires that ruled India in the past till the British Raj.
The Jamali Kamali mosque and tomb here are believed to be haunted, with rumors spreading all the time. Also, You’d find Balban’s Tomb, Rajon ki Baoli, Tomb of Quli Khan and many such remains.
_____________________

Lal-Kot

An irregular fort enclosure within which the famous Qutub-Minar stands. It is reputed to have been built by a Tomara Anangapala, possibly to be identified with Anangapala II, who figures in certain dyriastic lists and whose name with samvat 1100 (A.D. 1052) is inscribed on the iron pillar of Chandra. Its extension on the north and west bounded again by massive stone walls, is known as Qila Rai Pithora and is ascribed to the Chauhana king Prithviraja III, also known as Rai Pithora, who was defeated by Muhammad Ghuri. The two enclosures together have long been known as the first city of Delhi of early medieval times.

Some points along the Lal-Kot walls and inside it were probed in 1957 and 1958 by Y.D. Sharma, ASI in order to examine the reasons behind the obvious structural differences between the west and east flanks of the Lal-Kot rampart walls. and also to ascertain if the pre-Sultanate occupational levels could be distinguished from the Sultanate ones.

A small trench to the south of the Qutub-Minar has indicated that this was the residential part of Lal-Kot, at least in Sultanate times, for on either side of a 1.52 m wide street here flanked portions of houses. Drains from these houses join an open lime-plastered gutter running in the middle of the street, which show several road levels.

The pottery from these excavations can be divided into two phases. From the lower levels come plain red wares, sometimes slipped, the main types of which correspond generally with those of the topmost stratum of Ahicchatra, c. 850-1100. From the middle depth of the upper levels come glazed ware and associated black-slipped grey ware. The two phases are separated here by a deposit of ash and earth mixed with debris.

From Lal-Kot to Mehrauli

While the tower, the mosque, royal tombs and some waterworks were commissioned by the rulers, significant construction in Mehrauli in that period is attributable to the many other inhabitants of the capital city. Important remnants include mosques, tombs and shrines of Sufi saints, which added a layer of Islamic sacred spaces, in addition to the pre-existing Yogmaya Temple, an ancient site dedicated to a revered goddess, and the 11th century Dadabari Jain temple.
Over the succeeding centuries, as the centre of power shifted and the capital moved to newer sites in Delhi, the character of Mehrauli shifted in favour of its spiritual significance, as the site of important shrines– dargahs, tombs, mosques, temples, a church and a Buddhist centre, that have been constructed here right up to modern times.

Recommended Books:
1. Delhi’s Qutb Complex: the Minaret, Mosque and Mehrauli – by Catherine B. Asher
2. Delhi: 14 Historic Walks and Chandni Chowk: The Mughal City of Old Delhi – by Catherine B. Asher
.


Important Information--Delhi Metro station

The nearest metro station is Qutab Minar Metro station. It is an elevated yellow line metro station . the platform 1 is HUDA city centre and platform 2 is Samaypur Badli. the previous station is Saket towards Samypur Badli and the next station is Chhatarpur metro station.

If you make any purchase via a link on this site, I may receive a small commission with no added cost to you.

As an Amazon Associate I earn a small commission from qualifying purchases. Other links on this site may lead to other companies that I am associated with


Voir la vidéo: Alai Darwaza: Qutub Minar, the entrance to the Quwwat-ul-Islam Mosque