James Edmondson

James Edmondson

James Edmondson est né le 29 juin 1887. Après avoir fait ses études à l'University College School, il a rejoint l'armée britannique. Edmondson a combattu pendant la Première Guerre mondiale et a été gazé à Passchendale. Il a récupéré et en 1918 a été nommé à l'état-major du Commandement de l'Est.

Un membre du parti conservateur Edmondson a siégé au conseil du comté d'Oxfordshire (1922-1937). Edmondson a été élu à la Chambre des communes en novembre 1922. Il a occupé plusieurs postes gouvernementaux, notamment celui de secrétaire parlementaire au ministère des Pensions (1925-1931) et de whip adjoint du gouvernement (1937).

En mai 1939, Archibald Ramsay fonda une société secrète appelée le Right Club. Il s'agissait d'une tentative d'unifier tous les différents groupes de droite en Grande-Bretagne. Ou, selon les mots du chef de « coordonner le travail de toutes les sociétés patriotiques ». Dans son autobiographie, La guerre sans nom, Ramsay a soutenu : « L'objectif principal du Right Club était de s'opposer et d'exposer les activités de la communauté juive organisée, à la lumière des preuves qui sont entrées en ma possession en 1938. Notre premier objectif était de débarrasser le Parti conservateur de l'influence juive, et le caractère de nos membres et de nos réunions était strictement conforme à cet objectif. »

Les membres du Right Club comprenaient Edmondson, William Joyce, Anna Wolkoff, Joan Miller, AK Chesterton, Francis Yeats-Brown, Lord Redesdale, 5e duc de Wellington, duc de Westminster, EH Cole, John Stourton, Thomas Hunter, Aubrey Lees, Ernest Bennett, Charles Kerr, Samuel Chapman, John MacKie, Mavis Tate, marquis de Graham, Margaret Bothamley, comte de Galloway, HT Mills, Richard Findlay et Serrocold Skeels.

James Edmondson a pris sa retraite de la Chambre des communes en juin 1945. Créé baron Stanford, il a siégé à la Chambre des Lords jusqu'à sa mort le 16 mai 1959.


James E. Edmondson

Il est diplômé de la Central High School de Muskogee, Oklahoma, avant de fréquenter la Northeastern State University. [3] Suite à l'obtention du diplôme de NSU en 1967, il a servi dans la Marine Américaine depuis deux ans. [4] Il a obtenu son diplôme de J.D. [5] au Georgetown University Law Center en 1973. De 1976 à 1978, il a été procureur de district adjoint dans le comté de Muskogee, Oklahoma. [6] De 1978 à 1981, il a servi dans le bureau du procureur des États-Unis à Muskogee, Oklahoma, en tant que procureur adjoint des États-Unis, et plus tard procureur des États-Unis par intérim. [7] De 1981 à 1983, il était associé du cabinet d'avocats Edmondson avec son frère, Drew Edmondson. [8]

En 1983, il a été nommé juge du 15e district judiciaire de l'État et a occupé ce poste jusqu'à sa nomination à la Cour suprême de l'Oklahoma. [9]

Le gouverneur Brad Henry a nommé Edmondson juge associé de la Cour suprême de l'Oklahoma en 2003, en remplacement du juge Hardy Summers. Edmondson a été retenu sur le terrain lors des élections de 2006 et a été juge en chef de 2009 à 2010. Il a de nouveau été retenu sur le terrain lors des élections de 2016. [dix]

Edmondson est né à Kansas City, Missouri, [11] et est le fils d'Ed Edmondson, un ancien membre du Congrès américain de l'Oklahoma, et de June Edmondson, un neveu de l'ancien sénateur américain et gouverneur de l'Oklahoma J. Howard Edmondson, et le frère de l'ancien Le procureur général de l'Oklahoma Drew Edmondson.

Il est marié à Suzanne Rumler Edmondson et a deux enfants. [12] Sa fille Sarah Edmondson a été condamnée à 35 ans de prison pour son rôle dans une vague de crimes, prétendument inspirée du film Natural Born Killers, avec son petit ami qui comprenait un meurtre et un vol dans le Mississippi, ainsi qu'un vol et une tentative de meurtre. en Louisiane. [13] [14] Sarah Edmondson a été libérée sur parole le 20 mai 2010 [15] et purge sa libération conditionnelle en Oklahoma qui doit se terminer le 1er juin 2025.


Jim Edmondson

James H. Edmondson, directeur du groupe E&G, a plus de trente ans d'expérience dans le développement et la finance immobilière.

M. Edmondson a commencé sa carrière dans les affaires en 1972 à Washington, D.C. en tant que consultant chez Touche Ross & Co., après avoir servi comme officier dans l'armée américaine. En 1975, Edmondson a quitté Touche Ross pour rejoindre une société basée à Columbus, Ohio, Realcon III. Lui et ses partenaires ont développé des condominiums, géré des biens immobiliers et élaboré des prêts pour les banques. Pendant ce temps, Edmondson a servi de consultant sur un certain nombre de projets de développement à long terme.

En 1981, Edmondson a persuadé un ancien collègue puis directeur de Touche Ross, Tom Gallagher, de se joindre à lui pour former Edmondson & Gallagher dans le but d'acquérir et de réaménager des appartements d'après-guerre dans la région de D.C. en utilisant les nouveaux outils de financement et les lois fiscales. La société a développé un portefeuille d'environ 3 000 unités restreintes par acte et a créé une société de gestion immobilière qui se poursuit. E&G est devenu expert en matière de conformité et de réhabilitation d'immeubles à appartements. L'entreprise et ses dirigeants continuent de développer, de posséder et de gérer des appartements abordables.

Edmondson est actif dans les affaires locales en Virginie du Nord. Il a été membre fondateur d'AHOME, un groupe de défense du logement abordable, il a été vice-président de la Health Systems Agency of Northern Virginia pendant de nombreuses années, il a été ancien de l'église presbytérienne de Lewinsville et il a occupé d'autres postes de responsabilité dans des organisations communautaires. En 2009, le gouverneur Kaine l'a reconduit dans ses fonctions de représentant des consommateurs au Virginia Board of Health.


L'histoire et l'hérésie de la théologie de la libération noire

La plupart des évangéliques ne connaissent pas les origines et les croyances fondamentales de la théologie de la libération noire. C'est peut-être pourquoi de nombreux évangéliques aujourd'hui deviennent sympathiques à ses doctrines hérétiques.

L'influence de la théologie de la libération noire sur le mouvement pour la justice sociale au sein de l'Église a été perceptible par beaucoup de ceux qui passent un temps considérable à étudier la théologie de la libération noire, l'histoire de l'Église noire et le mouvement évangélique pour la justice sociale.

Pour être clair, certains des membres les plus virulents du mouvement pour la justice sociale au sein de l'Église ont rejeté la théologie de la libération noire dans le passé. Cela inclut des personnes comme Thabiti Anyabwile, Anthony Bradley et Ekemini Uwan.

Néanmoins, au cours des dernières années, j'ai eu des conversations privées avec de nombreux chrétiens professants qui embrassent la théologie de la libération noire. C'est en partie parce que le fondateur de Black Liberation Theology, James Cone, a reçu l'admiration des leaders de la justice sociale au sein de l'église comme Jemar Tisby et dans une moindre mesure, Mika Edmondson et d'autres.

Je refuse généralement de partager des noms de personnes comme ça si publiquement, pas parce que je pense que c'est un péché de le faire. Et je ne pense pas que ce soit parce que je crains les inévitables accusations sur mes motivations ou ma prétendue méchanceté. Je n'aime généralement pas partager les noms des gens comme ça parce que certains lecteurs pourraient réagir en attaquant les gens, au lieu d'attaquer leurs idées.

Mais je suis à l'aise pour partager leurs tweets car, comme c'est de plus en plus courant aujourd'hui, de nombreuses personnes semblent refuser d'accepter toute préoccupation sérieuse concernant le mouvement pour la justice sociale. Trop souvent, peu importe à quel point j'essaye d'être aimable, ils semblent plus soucieux de discerner mes motifs que de discerner la mauvaise théologie.

Pourtant, bien que de nombreux chrétiens refusent d'accepter l'influence de la théologie de la libération noire sur le mouvement de justice sociale, le New York Times ne font pas la même chose. Plus tôt cette semaine, ils ont partagé un article sur le mouvement évangélique pour la justice sociale. Et dans l'article, un professeur de théologie au Southeastern Baptist Theological Seminary admet que "Les idées de Cone sont en jeu.”

L'année dernière, j'ai écrit un article comparant la théologie de l'éveil du mouvement évangélique pour la justice sociale à la théologie de la libération noire. Mais c'était un article simple et court sur la pertinence de la théologie de la libération noire dans le mouvement pour la justice sociale aujourd'hui.

Donc, plus tôt cette année, j'ai eu l'incroyable privilège d'écrire un article de 5 000 mots sur l'histoire et l'hérésie de la théologie de la libération noire pour Jubilé, un journal de l'Institut Ezra, l'un des meilleurs ministères au Canada.

Dans l'article, j'explique que la théologie de la libération noire est une conséquence tragique de l'esclavage et de la ségrégation dans l'histoire américaine. Dans cet article, j'explore comment la théologie de James Cone est le point culminant de la théologie de Frederick Douglass, de la théologie de Walter Rauschenbusch, de l'idéologie de Malcom X et de la théologie de Martin Luther King Jr. Et enfin, j'explique comment des événements modernes comme les émeutes de Fergusson et l'influence de Black Lives Matter ont façonné une forme de théologie de la libération noire dans l'Église.

Si vous voulez savoir pourquoi je décris la théologie de la libération noire comme une théologie conçue pour rembourser le mal pour le mal, vous pouvez lire l'article de 5 000 mots à la page 15 du dernier numéro de Jubilé, ici.


Informations sur James Edmondson

De la publication Genforum.com de Stephen W. Edmondson :


JAMES EDMUNDSON (167_-1741) ET DESCENDANTS ( THOMAS-1)

James semble être le fils aîné de Thomas et Ann Gregory Edmundson. James Edmundson épousa Judith Alleman Parr, veuve de Philip Parr, en 1700 (Essex County Marriages, Book 10, p. 70). Judith était la fille de Thomas Allaman du comté de Gloucester. Le testament de Philip Parr était daté du 30 décembre 1699 et a été prouvé dans le comté d'Essex le 10 juin 1701. Parr, de la paroisse de South Farnham, dans le comté d'Essex, donne 150 acres sur le marais de Gleab à son parent Richard Carter, à l'aîné fille Judith Parr, toutes les terres du comté de Middlesex, autrefois données par son grand-père, Thomas Alleman à sa fille, Mary Parr, ma fille de plantation Manor, Constant Parr, épouse Judith Parr, tout le reste de mes terres, beau-père , Thomas Allaman, et beau-frère, M. Richard Covington, exécuteurs testamentaires. Le 11 juin 1702, James Edmundson , avec James Boughan en garantie, a exécuté une caution à Thomas Ellis, conditionnée à la poursuite d'un appel d'un jugement rendu contre James Edmundson et Judith, sa femme, administrateurs, avec le testament annexé, de Philip Parr , décédé. Un document judiciaire ultérieur relatif à une action devant le Tribunal général indiquait que Thomas Allaman, décédé dans le comté de Gloucester le 9 mars 1706, s'était marié deux fois et avait de sa première épouse une fille Judith, qui a épousé Edmundson et a eu Thomas Edmundson et John Edmundson , tous deux vivant en 1753. (William and Mary College Quarterly, Vol. 13, 276 Tyler's Quarterly, Vol. 1, p. 225).

Mars 1703/04. James Edmondson et Edward Adcocke ont été témoins d'un acte de donation de Francis Thornton du comté de Stafford. Wills and Deeds, Essex, n° 11, p. 214.

1704, comté d'Essex. James Edmondson a signalé un inventaire supplémentaire dans la succession de Philip Parr. Tabac dû à la succession : Elizabeth Gregory, 180. M. Thomas Edmondson, 300. M. Bindrey, 100. M. Robert Deputy, 365. William Hudson, 15. Tim. Driscoll, 9. Henry Nixson, 15. Richard Huchens, 16. Richard Bradbury, 67. Robert Webb, 136. John Webb, 136. Edmond Roberts, 109. John Brasur, 210. John Brooks, 200. Francis Meriwether, 129.

James Edmundson possédait 500 acres de terre comme indiqué sur le Quit Rent Roll, 1704, comté d'Essex (English Duplicates of Lost Virginia Records, par deCognets, p. 136, publié en 1958 Virginia Tax Records, p. 548). James et Joseph Edmundson ont été témoins d'un acte, le 10 juillet 1703, par lequel John Haile, fils et héritier du capitaine Richard Haile, décédé, vend 100 acres dans le comté de King et Queen, une partie d'une plus grande parcelle appartenant au capitaine Haile, partie dans le comté de King et Queen et une partie dans l'Essex (Deed Book 11, p. 29).

10 novembre 1704. James Edmondson a été témoin d'un lien pour Nicholas Copeland en tant que tuteur de Jno. Adkinson, orphelin.

16 février 1705/06. James Edmondson a déclaré qu'il devait à George Loyd, gardien ordinaire, 1250 lbs. tabac qu'il refuse d'accepter.

23 octobre 1712. Le testament de John Braser a été témoigné par James Edmondson, Thomas Russell et Ann Gibbons.

12 mars 1712/13. Un acte a été enregistré de Plunkett Holt à John Boughan, Sr., 620 acres, commençant à Kings Swamp en dessous de Piscataway Mill. En présence de Thomas Bryan et James Edmondson.

James Edmundson a acheté 150 acres à Leonard Tarent et sa femme Mary, le 8 avril 1714 (Deed Book ?, p. 225, Essex County).

James Edmundson du comté d'Essex, le 13 janvier 1714/15, a vendu à son frère Samuel Edmundson 150 acres de terre pour 45 livres sterling, achetés de Leonard Tarent. Les témoins étaient William Edmundson, Bryant Edmundson, Robert Bryant. Judith Edmundson, épouse de James, a donné procuration à James Boughan pour renoncer à son droit de dot. James et Benjamin Edmundson ont fait l'inventaire de la succession d'Edward Coffy dans le comté d'Essex, le 4 décembre 1716. James Edmundson a signé une obligation en tant qu'administrateur de la succession de Jeffery Dyer en 1716. La terre de James Edmondson est mentionnée dans un brevet de Robert Forish dans King et le comté de Queen et dans l'Essex, le 22 juin 1722. (Va. Gen., Vol. 3, p. 237).

Bond a été fait comme suit : Connaître tous les hommes par ces présents que nous John Edmondson & Thomas Edmondson sommes tenus et fermement liés à Thomas Waring Alexander Parker William Daingerfield et Mungo Roy Messieurs les juges de paix du comté d'Essex, leurs héritiers et successeurs dans la somme de quinze cents livres sterling à laquelle le paiement doit bel et bien être fait, nous nous engageons nos héritiers Exrs & Adms conjointement et solidairement par ces présents Témoin nos mains et nos sceaux ce 15e jour de Septemr anno Dom 1741 L'état de cette l'obligation est telle que si l'exécuteur John Edmondson lié ci-dessus du dernier testament et du testament de James Edmond-fils fait ou fait faire un inventaire véritable et parfait de tous et au singulier les biens meubles et crédits dudit desed qui ont ou viendra entre les mains la possession ou la connaissance dudit John Edmondson ou entre les mains la possession ou la connaissance de toute autre personne ou personnes pour lui et le même ainsi fait faire E xhibit ou cause d'être exposé à la cour du comté d'Essex au moment où il y sera requis par ladite cour et les mêmes biens meubles et crédits et tous les autres biens meubles et crédits dudit défunt au moment de son décès qui, à tout moment après, viendra aux mains ou en la possession dudit John Edmondson ou entre les mains ou la possession de toute autre personne ou personnes pour lui fera bel et bien administrer conformément à la loi et en outre faire un compte juste et fidèle de ses actes et ses actes lorsqu'il y est requis par ladite Cour et également payer et livrer bel et bien tous les legs contenus et spécifiés dans ledit testament dans la mesure où lesdits biens meubles et avoirs s'étendront selon la valeur de celui-ci et le La loi imposera alors cette obligation d'être nulle et sans effet autrement de rester en pleine force et vertu. John Edmondson (sceau) Tho Edmondson jr (sceau)

Lors d'un tribunal tenu pour le comté d'Essex à Tappahannock le 15 septembre 1741, John Edmondson et Thomas Edmondson jr reconnaissent que ce lien est leur acte et acte qui a été ordonné d'être enregistré. Test S Robinson


Le testament de Judith Edmundson, daté du 6 mars 1763, nomme des filles : Constance Edmundson, Eliza Hull, Mary Breedlove, Judith Faulkner fils, John Edmundson. Au frère William Alleman, nègres maintenant en possession de Toy Tabb. Fils, John Edmundson et Thomas Edmundson. Témoins : James Edmundson et Thomas Edmundson. Plusieurs des noms des filles ne coïncident pas avec les noms des filles dans le testament de son mari. Cependant, le testament de Phillip Parr, cité plus haut, nomme les filles du mariage de Parr avec Judith : Judith, Mary et Constant Parr. Une autre source indique que Constance Parr a épousé Thomas Edmundson. (Bond, 18 décembre 1750, lié à la succession de Thomas Edmundson). Le frère de Judith Alleman Parr Edmundson, William Allaman, mourut en 1732, laissant une veuve Ann qui épousa John Tabb et eut Humphrey Toy Tabb (Tyler’s, Vol. I, p. 125). La fille de James Edmundson, Elizabeth Hay, semble avoir une fille Sarah Hay en 1741 et s'être remariée en 1763 (Eliza Hull). Les petits-enfants de James et Judith, John et Sarah Edmundson, seraient les enfants de son fils James Edmundson, Jr. et Christiana Gregory Edmundson. (Voir le comté de Dinwiddie).


Enfants de James Edmundson et Judith Allaman Parr Edmundson :

1. James Edmundson, Jr., qui épousa Christiana Gregory en 1731 et mourut en 1734, laissant deux enfants, John et Sarah. Voir le comté de Dinwiddie pour John. Son grand-père à sa mort en 1741 lui a laissé la plantation sur laquelle son père avait vécu. Sarah était célibataire en 1741. 2. Thomas Edmundson, dit capitaine Thomas Edmundson, était mentionné dans le testament de son père en référence aux biens détenus par Thomas. Comme aucun autre héritage n'est donné dans le testament, on pourrait penser que des biens importants avaient été attribués à Thomas à une époque antérieure. Il est dit dans le procès Allaman cité ci-dessus dans le William and Mary Quarterly qu'il vivait en 1753. Il était l'un des administrateurs de la succession de son oncle Thomas avec la veuve Constance. Sa lignée masculine semble s'être éteinte à la fin des années 1700. 3. John Edmundson, exécuteur testamentaire de son père. Dit aussi vivre en 1753. Probablement l'homme qui a signé les résolutions de Westmoreland en 1765. Voir le testament de Joseph Greenhill ci-dessous. Marié à Catherine Dunn. Mort en 1773. Nombreux descendants. 4. Elizabeth Edmundson qui a épousé M. Hay avant 1741 et a eu une fille Sarah Hay et a apparemment épousé plus tard M. Hull. Sarah Hay a été nommée dans le testament de son grand-père en 1741. 5. Sarah qui a épousé John Townley avant 1741. Voir compte. 6. Susannah Edmundson, célibataire en 1741. Recherche à faire.

Beaux-enfants de James Edmundson, enfants de Judith Allaman et Philip Parr :

1. Constance Parr qui a épousé Thomas Edmundson, frère de James. 2. Mary Parr qui a épousé Charles Breedlove. (Acte, comté d'Essex, 1er et 2 mai 1724. 3. Judith Parr qui a épousé Faulkner (probablement Henry Faulkner).

(Eliza Hull pourrait être une autre fille du premier mariage de Judith et non Elizabeth Edmundson, mariée maintenant à un deuxième mari, Hull, comme suggéré. Cependant, aucune Eliza Parr n'est nommée dans le testament de Philip Parr).

4. Anne Parr qui a épousé William Boulware et a vécu à St. Anne Parish, Essex. Voir l'acte de 1941 ci-dessous. Cette fille n'est mentionnée dans aucun autre document que j'ai vu et serait née après la rédaction du testament. SUE


Mur de commentaires

Vous devez être membre de la généalogie de la famille Edmondson pour ajouter des commentaires !


Voici la pierre tombale de Nathaniel Marmaduke Edmondson située au cimetière de rutledge Salem


C'est la pierre tombale de Robert Spilsby Edmondson située au cimetière de Rutledge Salem

THOMAS EDMUNDSON (169?-1750) ET DESCENDANTS
(Thomas-1)

Thomas est probablement le fils cadet de Thomas Edmundson l'immigrant et de sa seconde épouse Mary _____. Il est nommé dans le testament non daté de son père qui a été homologué dans le comté d'Essex en 1715, probablement rédigé vers 1698. Il était mineur lorsque le testament non daté a été rédigé car un esclave noir doit lui être remis «quand il aura 21 ans». Il devait également recevoir « un cheval, une selle et une bride, 2000 livres de tabac étant la moitié des 4000 livres dus par facture de mon fils Samuel Edmundson ».

Il semble avoir été aubergiste dans le comté d'Essex puisqu'il a donné caution en 1724 en tant qu'« ordinaire ». Il possédait également des terres et exerçait d'autres activités. Il a été déduit du fait qu'il s'appelait « Glover Thomas » dans une déposition de John Fargeson en 1766 qu'il fabriquait ou vendait des gants. Cependant, cela fait référence à sa vie sur l'ancienne propriété de Glover qu'il avait acquise. Son fils William dans sa déposition dans Wright contre Edmondson en 1765 que son père travaillait comme surveillant. Nous devons prendre soin de le distinguer de son neveu très en vue, fils de James et Judith Alleman Parr Edmondson.

Il épousa Constance Parr, fille de Phillip Parr et Judith Alleman Parr, vers 1720 (estimation). Elle est nommée dans le testament de sa mère comme Constance Edmundson. Actes et testaments d'Essex, livre 17, p. 323, montre, le 2 mai 1724, la vente par Thomas et Constance Edmundson de 50 acres brevetés à James Webster « et maintenant appartiennent à Constance Edmondson et Mary Breedlove en tant qu'héritières de Mary Webb, fille de John Webster » (Tylers, Vol. 17 , page 105). Constance était la belle-fille de James Edmondson, le frère aîné de Thomas qui avait épousé la veuve Judith Allaman Parr.

On pense que Thomas Edmundson, époux de Constance, est décédé le 20 avril 1749. Cependant, son fils William dans une déposition en 1765 a donné l'année de sa mort comme 1750. Il est décédé avant le 16 octobre 1750, comme l'Essex Order Book 16, p. 209, nous dit : « Constantine Edmondson doit comparaître devant le prochain tribunal qui se tiendra pour le comté et produire le dernier testament de son défunt mari Thomas Edmondson, le cas échéant. Le même carnet de commandes, p. 219, 18 décembre 1750, dit Constance Edmundson et Thomas Edmondson, Jr., prient pour l'administration de la succession et ont affiché un cautionnement de succession, signé également par John Edmondson. Constance signé d'une marque. Une évaluation successorale a été ordonnée par les juges : Thomas Waring, Simon Miller, John Clements et James Jones, Messieurs. L'inventaire et l'évaluation de la succession de « Thomas Edmondson, decd. », daté du 19 janvier 1750/51, ont été renvoyés à la Cour d'Essex, le 22 mai 1751, et son enregistrement a été ordonné. Volonté Livre 9, p.67. Il montre Thos. Edmondson et Const. Edmondson en tant qu'administrateurs. Une liste partielle (page 3) comprend :
3 vieux plateaux, un rouet, un ? ? table, une paire de cartes en coton et une paire de cartes en laine, un cuir de parsol, un vieux cochon Tubb &, une peau de vache, un vieux cochon de cèdre, un bason en étain, un gril, une paire de pinces à feu, une broche en fer, une poêle à frire, un vieux sac, un petit vieux miroir, une serviette, deux vieilles serviettes, de la doublure de table, 2 taies d'oreiller, un nègre appelé Dick, une nègre appelée Dinah, une nègre appelée Frank, une nègre appelée Inez ?, un garçon noir appelé Sam, huit oies et quatre jars, une petite meule, deux canards et un Drake, un parsol de vieil étain, un vieil plat en étain, un poinçon, 3 agneaux, un fourrage de parsol, quatre barrols et trois boisseaux de maïs indien. (Beaucoup d'éléments illisibles).

Thomas Edmondson, Jr., et John Edmondson étaient tous deux les fils de James Edmondson et de Judith Parr Edmondson, neveux du défunt. La déposition de William Edmondson en 1766 indique clairement que l'administrateur était le capitaine Thomas Edmondson et non Thomas le fils du défunt. (Résumés des dépositions fournis par Lee Edmundson)

Le testament de Judith Alleman Parr Edmundson, veuve de James, le 6 mars 1763, nomme les filles Constance Edmundson, Mary Breedlove, Judith Faulkner.
Comme James et Judith n'avaient pas de fille nommée Constance, il semble clair que Constance était une Edmundson par alliance et une enfant du premier mariage de Judith.

Un procès de la chancellerie a été intenté contre William Edmondson dans l'Essex en 1765 par M. George Wright. Wright a tenté de recouvrer une ancienne dette contre la succession de Thomas Edmundson plus de 15 ans après la mort d'Edmundson. Constance Edmundson a fait une déposition en tant que veuve de Thomas. James Edmundson, un fils, a été déposé. Il a déclaré qu'il était « âgé d'environ 43 ans », indiquant sa naissance vers 1723. William Edmondson, dans sa déposition le 18 mars 1765, a déclaré qu'il avait courtisé sa femme actuelle en 1748. William, dans sa réponse à Wright, a déclaré que l'administration de la succession de son père a été repris par le capitaine Thomas Edmondson (fils de James Edmundson et demi-frère de Constance Parr Edmundson).

Constance Edmondson ne s'est probablement pas remariée. The Vestry Book of South Farnham Parish déclare, p. 79, 3 décembre 1755 : « Nous, les abonnés, avons paisiblement et tranquillement défilé chaque terre… sauf les lignes entre Henry Purkins Tyler et Constantine Edmondson dont ladite ligne ne peut être trouvée sans Phil Par Edmondson ». Quelques années plus tard, le 3 décembre 1759, le Vestry Book, p. 103, mentionne la procession de « aussi la lignée de James Edmondson comme Isaac Hayes vit, aussi la lignée de Constant Edmondson »… La procession de 1763, p. 119, rapporte que les lignes de Constant Edmondson sont à nouveau parcourues, l'une étant "La ligne entre Constant Edmondson et James Edmondson". Comme son beau-père, James Edmondson, est décédé des années plus tôt, cela doit faire référence à son fils James. Le rapport de procession de 1771 note, pp. 136-137, les lignes entre Philip Kidd, John Rodden, Robert Brooke et Constance Edmondson. Le Vestry Book ne fait plus référence à elle après 1771. (Voir THE VESTRY BOOK OF SOUTH FARNHAM PARISH, ESSEX COUNTY, VIRGINIA, 1739-1779, par Ann K. Blomquist, Heritage Books, 2006. Extraits fournis par Lee Edmundson).

Lucrecy Breedlove est décédé en 1772. Il a été prouvé le 17 janvier 1772 (Essex Co. Virginia Will Book 12, pp. 444-45 et 551-52). Elle n'a nommé aucun enfant. Des comptes ont été réglés à un certain nombre de personnes, dont Nathan Breedlove et Constance Edmundson. Il semble que Constance Parr Edmundson vivait à l'époque.

Thomas Edmundson et Constance Parr Edmundson ont eu cinq enfants connus :
1. Thomas Edmundson qui semble avoir déménagé dans le comté de Frederick, en Virginie, probablement avant 1766, et y vivait en 1779, 1781 et plus tard. Un acte pour la vente de 98,5 acres dans l'Essex, à William Roane, daté d'octobre 1781, a été conclu par les héritiers de William Edmondson : Philip Parr Edmondson du comté de Charles City, James Edmondson, Sr., et Priscilla sa femme d'Essex, Thomas Edmondson et Mary sa femme du comté de Frederick, et John Mann et sa femme Judith du comté d'Essex. Il a vendu sa terre à Frederick vers 1792 et a déménagé dans le district de Pendleton, en Caroline du Sud, où il est décédé en 1809. Il a eu plusieurs enfants du premier mariage qui ont déménagé en Caroline du Sud et plus tard dans le nord-est de la Géorgie. Il épousa la veuve Ann Campbell dans le comté de Frederick, le 16 mars 1786. Voir le comté de Frederick, en Virginie, et le district de Pendleton, en Caroline du Sud, pour plus de détails.

2. William Edmundson, né avant 1728, marié vers 1748 et décédé en 1774. Il épousa Leah Allen qui était sa femme à sa mort. Sa mère se réfère à Leah comme à sa femme au moment où un esclave discuté dans le procès de la chancellerie a été donné à William avant la mort de son père. Bien que Susanna Allen dans sa déposition en 1766 mentionne ses « épouses », aucune autre épouse n'est connue. Le testament de William a nommé son épouse bien-aimée et a ordonné qu'« après le décès de ma femme, la terre que je détenais sur Daingerfield's Mill Swamp soit vendue et que l'argent en résultant soit divisé également entre mes trois frères Phill., James, Thomas et ma sœur Judith Mann ». . Le testament de Leah Edmondson, veuve de William, nomme ses frères, nièces et neveux, surnommés Allen. Elle a légué à une nièce, Ann Allen, "Six cuillères de table en argent que Thomas Edmondson de Winchester avait en argent à faire". Aucun enfant connu.

3. James Edmundson, né vers 1723. Marié à Priscilla. A vécu dans le comté d'Essex en 1766 et en 1781. Il a peut-être déménagé dans le comté de Frederick, en Virginie, pendant quelques années avant de s'installer dans le district de Pendleton, en Caroline du Sud, dans les années 1790. Un costume de chancellerie en 1797 indique qu'il avait quitté la Virginie et qu'on pensait qu'il se trouvait en Caroline du Sud. Décédé après 1807. Voir acte de propriété de son petit-fils, Samuel, fils de James, dans le district de Pendleton. Une partie de sa famille s'est installée dans le comté de Gwinnett et plus tard dans le comté de Forsyth, en Géorgie. Voir le compte plus complet suivant.

4. Judith Edmundson Mann qui a épousé John Mann. Vivant toujours en 1797 dans le comté d'Essex, cité dans un autre costume de chancellerie. Il semble être resté en Virginie et être le dernier des frères et sœurs à mourir.
5. Philip Parr Edmondson qui a vécu de nombreuses années dans le comté de Charles City, en Virginie. Les Journaux de la Maison des Bourgeois, éd. Par H.R. McIlwaine, 1752-1755, p. 132, se réfère à lui, 23 novembre 1753 : « Deux réclamations de William Rowntree, pour avoir pris en charge deux fuyards qui y sont mentionnés. Aussi, une réclamation de John Pond, pour le même service. Également une réclamation de Needlis Hill, pour le même service. De plus, deux réclamations de Philemon Parr Edmondson, pour les mêmes services, ont été présentées séparément à la Chambre et reçues. Ordonné, que ce soit une instruction au comité des réclamations d'accueillir lesdites réclamations dans le livre des réclamations. Il a épousé deux sœurs et n'a laissé aucun enfant connu. Sa première épouse était Martha____ . Sa seconde épouse était sa sœur, Elizabeth, veuve de William Cole, qu'il épousa en 1756. Carnet d'ordres, comté de Charles City, Virginie : 5 novembre 1755. Philip Edmonson fut nommé tuteur de William, Richard et Mary, orphelins de William Cole, décédé (voir Virginia Will Records. Volume II, The Coles Family, pp.82-83. Cet article est fourni par Beverly Brunelle)
Livre des Actes 7, p. 87, comté de Charles City. William Edloe, George Minge et Phil. Par Edmondson, messieurs, ont reçu l'ordre de recevoir la renonciation au droit de dot d'Anne , épouse de Mordecai Debnam, qui, par un contrat le 25 septembre 1760, a vendu à Buchner Stith des terres du côté sud de Sturgeion Creek, car elle ne pouvait pas voyager commodément. 6 novembre 1760. On leur a ordonné de s'occuper de la même affaire concernant la vente de 600 acres du côté nord de Sturgeon Creek à John Sherman Gregory à la même date. Voir le livre des actes 7, p. 89.
Le comité de comté pour le comté de Charles City, 1774-1775, choisi le 17 décembre 1774, présidé par Benjamin Harrison, comprenait Philip Par Edmondson, avec William Acrill, Francis Eppes, William Edloe, le révérend James Ogilvie, William Green Munford, William Rickman , Thomas Holt, Benjamin Harrison, jeune, William Gregory, Samuel Harwood, David Minge, John Edloe, George Minge, John Tyler, Freeman Walker, Francis Dancy, William Christian, James Bray Johnson, Peter Royster, Henry Southall, Benjamin Dancy, James Eppes, John Brown, Stith Hardyman, William Edloe, jeune, Henry Armistead, William Royall, Edward Stubblefield et Patrick Murdock, greffier. (Liste fournie par Beverly Brunelle.

Serait-il le Capitaine Philip Edmondson répertorié dans HISTORICAL REGISTER OF VIRGINIANS IN THE REVOLUTION, par John H. Gwathmey ?
Il est répertorié dans VIRGINIA TAXPAYERS, 1782-1787, par Fothergill et Naugle, 1940, vivant dans le comté de Charles City avec cinq esclaves. Il mourut le 22 octobre 1784, insolvable selon un procès ultérieur en equity en 1797. Aucun enfant connu.
(Son neveu John Edmondson, fils de Thomas, a épousé la veuve du Dr William Rickman. John a vécu dans le comté de Charles City pendant quelques années avant de déménager dans le comté d'Augusta).
Benjamin Edmondson, officier continental ayant vécu dans le comté de Charles City après la Révolution, était-il un fils de Philip Parr Edmondson ? Sinon, qui étaient ses parents ?


Histoire d'Edmondson, écusson familial et armoiries

L'histoire du nom Edmondson est longue et riche en histoire. Il commence chez les Boerniciens des Borderlands écossais/anglais où le nom est dérivé du nom personnel Edmond. Edmondson est un patronyme, qui appartient à la catégorie des patronymes héréditaires. De nombreux patronymes ont été formés par un fils utilisant le nom personnel de son père comme nom de famille. D'autres ont été tirés des noms de personnalités religieuses et laïques importantes. Des membres de la famille Edmondson se sont installés en Écosse, juste après la conquête normande de l'Angleterre, en 1066.

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Edmondson

Le nom de famille Edmondson a été trouvé pour la première fois dans l'Edinburghshire, un ancien comté, qui fait maintenant partie de la région du conseil de Midlothian où ils ont occupé un siège familial dès les premiers temps et ont reçu des terres de la reine Marguerite d'Écosse. Ils tirent leur nom du toponyme Edmondstone, le tun d'Eadmund, près d'Edimbourg. The name may have been derived from Aedmund filius Forn, one of the witnesses to a charter by Thor filius Swani (c. 1150) [1]

Forfait d'histoire des armoiries et du nom de famille

$24.95 $21.20

Early History of the Edmondson family

This web page shows only a small excerpt of our Edmondson research. Another 163 words (12 lines of text) covering the years 1070, 1560, 1607, 1659, 1622, 1627, 1712, 1640, 1627, 1712 and 1654 are included under the topic Early Edmondson History in all our PDF Extended History products and printed products wherever possible.

Sweat à capuche unisexe blason

Edmondson Spelling Variations

Boernician names that evolved in the largely preliterate Middle Ages are often marked by considerable spelling variations. Edmondson has been spelled Edmondson, Edmonson, Edminson, Edminston, Edmiston, Edmeston, Edmondon and many more.

Early Notables of the Edmondson family (pre 1700)

Notable among the family at this time was Henry Edmondson (1607-1659), an English schoolmaster, entered Queen's College, Oxford in 1622 aged 15. William Edmundson (1627-1712), was an English Quaker whose father was a wealthy yeoman, was born.
Another 36 words (3 lines of text) are included under the topic Early Edmondson Notables in all our PDF Extended History products and printed products wherever possible.

Migration of the Edmondson family to Ireland

Some of the Edmondson family moved to Ireland, but this topic is not covered in this excerpt.
Another 91 words (6 lines of text) about their life in Ireland is included in all our PDF Extended History products and printed products wherever possible.

Edmondson migration +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Edmondson Settlers in United States in the 17th Century
  • John Edmondson, who landed in Maryland in 1658 [2]
  • Mary Edmondson, who landed in Maryland in 1668 [2]
  • William Edmondson, who arrived in Maryland in 1668 [2]
  • Tho Edmondson, who arrived in Virginia in 1699 [2]
Edmondson Settlers in United States in the 19th Century
  • James Edmondson, who landed in Philadelphia, Pennsylvania in 1811 [2]
  • Thomas G Edmondson, aged 22, who landed in Maryland in 1812 [2]
  • Arthur Edmondson, aged 20, who landed in America, in 1893
Edmondson Settlers in United States in the 20th Century
  • Albert James Edmondson, aged 19, who landed in America from England, in 1904
  • Annie Edmondson, aged 19, who immigrated to America from Manchester, in 1905
  • Ambrose Edmondson, aged 19, who immigrated to the United States from Barraw, England, in 1910
  • Cissie Edmondson, aged 26, who landed in America from Nottingham, England, in 1910
  • Catherine Edmondson, aged 23, who landed in America from Barrow in Fuless, England, in 1911
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Edmondson migration to Australia +

L'émigration vers l'Australie a suivi les premières flottes de condamnés, de commerçants et de premiers colons. Les premiers immigrants comprennent :

Edmondson Settlers in Australia in the 19th Century

Edmondson migration to New Zealand +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :

Edmondson Settlers in New Zealand in the 19th Century
  • John Edmondson, who arrived in Auckland, New Zealand aboard the ship "Pegasus" in 1865
  • Mr. J. E. Edmondson, British settler travelling from London aboard the ship "Gloriosa" arriving in Port Chalmers, Dunedin, South Island, New Zealand on 22nd January 1865 [4]
  • J. Edmondson, who arrived in Wellington, New Zealand aboard the ship "Wild Duck" in 1869
  • William Edmondson, aged 23, a printer, who arrived in Wellington, New Zealand aboard the ship "Howrah" in 1874

Contemporary Notables of the name Edmondson (post 1700) +

  • Mr. William Edmondson, British sheriff, held the joint position of Sheriff of Nottingham, England from 1532 to 1533
  • George E. Edmondson Jr. (1922-2019), American insurance salesman from Tampa, Florida, known to the University of Florida community as "Mr. Two Bits"
  • Paul Michael Edmondson (1943-1970), American Major League Baseball pitcher who played in the 1969 for the Chicago White Sox
  • Thomas Edmondson (1792-1851), English inventor of the Edmondson railway ticket, pre-printed train tickets with serial numbers used worldwide from the 1840s through the 1980s
  • Kate Edmondson (b. 1983), British television presenter from Portsmouth, Hampshire, sister of Matt Edmondson
  • Jerold A. Edmondson, American Professor Emeritus of Linguistics at the University of Texas at Arlington
  • Matt Edmondson (b. 1985), British Sony Award-nominated television and radio presenter
  • Edmond "Ed" Augustus Edmondson (1919-1990), American politician, Member of the U.S. House of Representatives from Oklahoma (1953-1973)
  • Mark Edmondson (b. 1954), retired Australian professional tennis player, ranked World No. 15 (17 May 1982)
  • Thomas William Edmondson Ph. D (1869-1938), English-born, American mathematician
  • . (Another 25 notables are available in all our PDF Extended History products and printed products wherever possible.)

Historic Events for the Edmondson family +

USS Arizona
  • Mr. Kenneth E. Edmondson, American Coxswain working aboard the ship "USS Arizona" when she sunk during the Japanese attack on Pearl Harbor on 7th December 1941, he survived the sinking [5]

Histoires liées +

The Edmondson Motto +

La devise était à l'origine un cri de guerre ou un slogan. Les devises ont commencé à être représentées avec des armes aux 14e et 15e siècles, mais n'étaient pas d'usage général avant le 17e siècle. Ainsi, les armoiries les plus anciennes ne comportent généralement pas de devise. Les devises font rarement partie de l'octroi des armes : sous la plupart des autorités héraldiques, une devise est un élément facultatif des armoiries et peut être ajoutée ou modifiée à volonté, de nombreuses familles ont choisi de ne pas afficher de devise.

Devise: Virtus auget honorem
Traduction de devise : Virtue increases honour.


James Edmondson

Edmondson, called J.M. by his friends, was born 1937 in Corpus Christi. During that year, Franklin Roosevelt was president, the Hindenburg burst into flames, and Amelia Earhart disappeared while attempting to fly around the world events most students have only read about in history books.

Edmondson earned associate, bachelor, and master’s degrees in the in the ‘60s and ‘70s. In January 1993, Edmondson began taking classes at Texas A&M-Corpus Christi. In all, he has 13 degrees including seven master’s degrees in education from the Island University. With plans to graduate in May 2014 with his latest degree, he will have all of the master’s degrees the College of Education has to offer except Kinesiology. Since becoming an Islander 21 years ago, Edmondson has only missed one semester of school, spring 2010.

“I am trying to keep my brain from going bad,” said Edmondson. “Education keeps my brain alive and functioning.”

Edmondson has utilized many of his degrees, working as a farmer, teacher, rancher, and judge. For the last 15 years, he has served as Executive Director of the Mathis Housing Authority.

“I was a farmer for 20 years. Every year there was a drought, I had to go back to teaching to put bread on the table,” said Edmondson.

Edmondson says education runs in his family. Many of his relatives have master’s degrees. His daughter is a senior at Texas State University, and his son has a Nuclear Engineering degree from Texas A&M University.

“If society is going to progress, it has to learn from its past and project those things on to the future and education is how you do it,” said Edmondson. “I plan to stay in school until I die.”


I try to sketch on paper as much as I can. I usually ink my sketches by hand if I have the time. I prefer going a bit slow. Each project is different, and I don’t beat myself up for adjusting my process according to the constraints of the job. After a sketch or direction has been chosen, I carefully craft the beziers with extreme patience. I take pride in my curves like a plus-size model.

Where does most of your design process take place? What is your ideal work space?
Right now, all my work is done at home in my room. This is not ideal. I’m from a big family, and I love having a lot of people around. My ideal space would be maybe 30 independent designers or small studios all in a rad warehouse space with music playing, ping pong tables, and visiting designers stopping by to hang out. A mini ramp would be cool. Just writing that, and looking back at my desk makes me think, “What are you doing dude?!” One day it will come true, and it will be a blast.

Art history plays a huge role in many designers&rsquo point of view and style. Are there design time periods such as Bauhaus, Renaissance, or Constructivism that have effected your point of view or aesthetic?
When I think about type design, I think of design principles that aren’t tied to time. Figure/ground relationships, rhythm, and consistency are what my brain revolves around when I’m designing type&mdashcalligraphers had that stuff nailed a long time ago. One thing that is awesome about this craft is that I can focus on any sort of style I am interested in at that moment. Most often it’s 20th century, but I’m interested in going back further.

Also, quality is a much larger consideration than style in my mind. With every release, I try to drastically improve the overall product from the last one I put out. I am blown away by type designers like Jackson Cavanaugh. His first release was Alright Sans, and it was this huge perfect thing. And it sold well.

How did you get connected to Lost Type?
I stumbled on Lost Type after I designed my second or third typeface, Wisdom Script. I shot Riley Cran an email and he got back right away saying he was interested in Wisdom Script and Duke. I remember being bummed that he didn’t want my typeface Edmondserif, but now looking back on that font, it’s so obviously a piece of shit. Riley made a good call.

What drew you to working with Lost Type?
At that point I had finished three fonts, and I wasn’t sure what to do with them&mdashwhether or not I wanted to put them up on MyFonts, or just let people download them for free. Lost Type seemed like a perfect balance. It’s proven to be a great decision. Having my fonts out there got my work a ton of exposure, and in the last year I’ve met so many of design heroes, and made lots of new friends.

What&rsquos it like to see typefaces you designed being used in a variety of circumstances?
It’s fun! The weird thing is how excited my parents and friends get. I didn’t expect anyone else to care (or even to be able to spot which fonts were mine). My mom was excited when Wisdom was BarackObama.com, but I was thinking, “Who cares? RON PAUL 2012!”

Are you concerned about your fonts becoming overused because they are available on the Internet for free?
Should I be?! I’m a little bit bummed that Wisdom has become so popular because I now see how weak the design is. That said, there is no shame in a popular design if it’s well made.

What are your plans for the future?
One goal is to get accepted into the Type & Media program at The Royal Academy of the Arts in The Hague. Another is to write a hit song. I am also interested in other areas of design like furniture and interior design. I would love to work for trade more often. I really want to do some work for Vans&mdashdesigning a skate deck or doing lettering for a skate company would be just great. I’m actually terrible at skateboarding, but it has by far the most visually appealing culture and design. I think snowboarding is the worst. It’s right down there with 󈨞s NBA logos and energy drink cans. Lastly, I would love to teach typography some day. That’s major incentive for graduating college.


James Edmondson - History

Born in Muskogee, Oklahoma, on April 7, 1919, and son of Edmond Augustus and Esther Pullen Edmondson, U.S. Rep. Edmond A. "Ed" Edmondson graduated from Muskogee Junior College in 1938 and the University of Oklahoma in 1940. His father was a Muskogee County commissioner. His brother, J. Howard Edmondson, was Oklahoma governor and U.S. senator. While attending college, Ed Edmondson worked for a Muskogee newspaper and United Press International.

From 1940 to 1943 Edmondson was a special agent with the Federal Bureau of Investigation in Washington, D.C. During World War II he became a lieutenant in the U.S. Navy while serving in the Pacific. He was also in the U.S. Naval Reserve from 1946 to 1970. He married June Maureen Pilley on March 5, 1944. Their children were June Ellen, James Edmond (who became a district judge), William Andrew (who became Oklahoma attorney general), John, and Brian. Edmondson was the Washington, D.C., correspondent for several Oklahoma newspapers from 1946 to 1947. He received a law degree from Georgetown University in Washington, D.C., in 1947 and returned to Muskogee, serving as Muskogee County attorney from 1949 to 1952.

In 1952 Oklahoma's Second District voters first elected Ed Edmondson as a Democrat to the U.S. House of Representatives he served from 1953 to 1973. By the end of his congressional career he had attained considerable seniority on the Interior and Insular Affairs Committee and Public Works Committee. He was chair of the Mines and Mining Subcommittee and the second-ranking Democrat on the Indian Affairs Subcommittee. Other subcommittee membership included Environment Irrigation and Reclamation Public Lands Flood Control and Internal Development Investigation and Oversight Roads Conservation and Watershed Development and Economic Development Programs. He played a crucial role in passage of legislation creating the Arkansas River Navigation System and Copan Dam.

When he first went to Congress, he was a grass-roots liberal, and throughout his tenure he was prolabor. He supported Pres. John F. Kennedy's New Frontier legislation, but during Lyndon Johnson's administration he became more conservative. In 1972 and 1974 Edmondson ran for the U.S. Senate. His campaigns focused on his conservatism, his dislike of Democratic presidential candidate George McGovern, and his support for economic measures to help the "little man." Nonetheless, Republicans Dewey Bartlett and Henry Bellmon defeated him. In 1978 Edmondson tried again but lost his party's nomination to David Boren.

In later years Edmondson was an attorney in Muskogee. He was involved with the Oklahoma Scenic Rivers Commission and the preservation of the Illinois River. He died in Muskogee on December 8, 1990. He was survived by his wife, June, sons Jim, Drew, and Brian, and daughter June Ellen.

Bibliographie

Michael Barone, Grant Ujifusa, and Douglas Matthews, The Almanac of American Politics: The Senators, The Representatives, Their Records, States and Districts, 1974 (Boston: Gambit, 1973).

Biographical Directory of the American Congress, 1774–1996 (Alexandria, Va.: CQ Staff Directories, 1997).

Oklahoma State Election Board, Oklahoma Elections: Statehood to Present, Vol. 1 (Oklahoma City: Oklahoma State Election Board, 1988).

Tulsa (Oklahoma) World, 10 December 1990.

Who's Who in America, 2000 (58th ed. New Providence, N.J.: Marquis Who's Who, Inc., 2000).

Aucune partie de ce site ne peut être interprétée comme étant du domaine public.

Droits d'auteur sur tous les articles et autres contenus des versions en ligne et imprimées de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma est détenu par l'Oklahoma Historical Society (OHS). Cela inclut les articles individuels (droit d'auteur à OHS par attribution d'auteur) et collectivement (en tant que corpus complet), y compris la conception Web, les graphiques, les fonctions de recherche et les méthodes de liste/navigation. Le droit d'auteur sur tous ces documents est protégé par le droit américain et international.

Les utilisateurs acceptent de ne pas télécharger, copier, modifier, vendre, louer, réimprimer ou autrement distribuer ces documents, ou de créer des liens vers ces documents sur un autre site Web, sans l'autorisation de l'Oklahoma Historical Society. Les utilisateurs individuels doivent déterminer si leur utilisation du matériel relève des directives de la loi sur le droit d'auteur des États-Unis et n'enfreint pas les droits de propriété de l'Oklahoma Historical Society en tant que détenteur légal du droit d'auteur de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma et en partie ou en totalité.

Crédits photos : Toutes les photographies présentées dans les versions publiées et en ligne de L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma sont la propriété de l'Oklahoma Historical Society (sauf indication contraire).

Citation

Ce qui suit (selon Le manuel de style de Chicago, 17e édition) est la citation préférée pour les articles :
Todd J. Kosmerick, &ldquoEdmondson, Edmond Augustus,&rdquo L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma, https://www.okhistory.org/publications/enc/entry.php?entry=ED004.

© Société historique de l'Oklahoma.

Société historique de l'Oklahoma | 800 Nazih Zuhdi Drive, Oklahoma City, OK 73105 | 405-521-2491
Index du site | Contactez-nous | Confidentialité | Salle de presse | Demandes de site Web


Voir la vidéo: Overview: James